• Quand l’habillement est un défi

    Quand l'habillage est un défi
    On le sait tous, l’habillement peut être parfois tout un défi avec un enfant. Bien sûr, cette tâche demande du temps et de la patience pour tous les parents!

    Avec certains enfants, cette tâche est davantage complexe. Il est facile de tomber dans le piège et de faire la tâche à la place de l’enfant. Toutefois, le rôle de l’adulte est de montrer et enseigner à l’enfant comment devenir autonome.

    Ainsi, acheter du temps et le faire pour lui, au lieu de prendre quelques minutes de plus et de l’impliquer, est à éviter!

    Qu’est-ce qui fait que certains s’opposent à l’habillage et d’autres, non?

    Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette opposition. Certains enfants ont des particularités au niveau sensoriel. Ce qui veut dire qu’ils réagissent à certains éléments des vêtements : les étiquettes peuvent les déranger, les vêtements peuvent être trop serrés ou trop lousses, ça pique, ça gratte, etc.

    Si vous avez un enfant qui vous nomme souvent ce genre de choses, il peut être intéressant d’explorer si la cause se trouve au niveau de sa sensibilité avec l’ergothérapie.

    L’autre raison qui peut expliquer cette opposition est d’ordre comportemental. Ce qui veut dire que l’enfant a développé un comportement d’opposition lors de l’habillement pour différentes raisons :

    1. La tâche est peut-être trop difficile pour son niveau de développement et ce qu’on attend de lui, ou l’inverse, c’est-à-dire qu’on en fait trop à sa place selon son développement et son autonomie pour son âge;
    2. Il a peut-être besoin de davantage d’organisation ou de structure au moment de la tâche;
    3. Peut-être que les attentes fluctuent d’une journée à l’autre ou que la routine change d’une journée à l’autre, ou selon l’humeur de l’adulte;
    4. Peut-être que l’enfant a une perception négative de la tâche parce qu’il trouve ceci tout simplement ennuyant et qu’il voudrait continuer à jouer à la place ou encore parce que ce moment se déroule dans une atmosphère désagréable pour lui;
    5. En s’opposant, il obtient peut-être votre attention.

    Pour vous aider avec ces cinq différentes raisons, voici quelques conseils :

    En ce qui a trait à son niveau de développement, voici l’évolution de ce qu’un enfant peut faire de façon générale pour s’impliquer dans l’habillement, selon son âge:

    étape développement habillage

    * Information tirée en partie du tableau sur « Le développement de l’enfant au quotidien de 0 à 6 ans », de Francine Ferland, des Éditions du CHU Sainte-Justine

    Certains enfants ont besoin d’être davantage encadrés lors de tâches, telles que l’habillage. Vous pouvez vous aider de pictogrammes et de routines imagées afin que l’enfant puisse visualiser les étapes à exécuter. Par exemple, décortiquer la routine du matin avec des images :

    1. Je me lève;
    2. Je vais à la toilette;
    3. Je déjeune;
    4. Je m’habille;
    5. Je brosse mes dents;
    6. Je pars pour la garderie.

    Ou encore décortiquer la tâche de l’habillage en ordre avec des images :

    1. Les bas;
    2. La petite culotte / pull-up;
    3. Le pantalon;
    4. Le chandail.

    Ce genre d’organisation peut s’appliquer autant pour l’habillage d’extérieur. Les enfants peuvent parfois être mêlés dans les étapes à suivre lors de l’habillage et le déshabillage pour l’extérieur. Une aide visuelle peut grandement aider à ce moment. Vous pouvez également offrir une aide verbale, afin d’offrir votre support, sans pour autant le faire pour eux.

    De plus, si vos attentes envers votre enfant fluctuent et que votre routine d’habillage est chamboulée d’une journée à l’autre, ceci peut avoir un impact chez certains enfants et peut créer un comportement d’opposition.

    Que faire?

    Questionnez-vous sur vos attentes envers votre enfant et écrivez ce que vous attendez de lui concrètement lorsqu’il s’habille et se déshabille. Faites-le comme si vous l’expliquiez à quelqu’un afin que la personne puisse visualiser vos attentes et dans le cas de votre enfant, que ce dernier puisse les exécuter.

    Lorsque c’est fait, tenez-vous en à ceci. Évidemment, vos attentes doivent tenir compte du développement de votre enfant et de ses particularités.

    Pour l’inclure davantage dans la tâche, vous pouvez lui offrir des choix par rapport aux vêtements ou encore par rapport à qui mettra le vêtement : vous ou lui. De cette façon, l’enfant a l’impression d’avoir un certain contrôle sur sa vie, ce qui est important.

    Il va sans dire qu’il faudra ajuster vos attentes au fur et à mesure que votre enfant évolue puisque ses habiletés s’amélioreront avec le temps.

    Si votre enfant s’oppose parce qu’il trouve ceci ennuyant, votre meilleure stratégie est alors de renverser la vapeur en lui amenant cette tâche de façon positive et agréable. On transforme alors la tâche en jeu afin qu’il y trouve du plaisir.

    C’est bien connu, les enfants apprennent et collaborent lorsqu’ils y trouvent du plaisir. Alors entrons dans leur univers, mettons de côté la partie de nous qui est rationnelle et axée sur la tâche, et ayons du plaisir avec notre enfant.

    Vous pouvez transformer l’habillage en :

    • Mission de ninja : faire de grands mouvements silencieux pour mettre les vêtements;
    • Lapin «Perlinpimpim» : sauter autour de son lit entre chaque vêtement;
    • Théâtre musicale : chanter et danser tout en s’habillant.

    La chanson Le bon roi Dagobert est intéressante pour l’habillage :

    «Le bon roi Dagobert,
    Avait sa culotte à l’envers,
    Le grand Saint Eloi lui dit :
    « Ô mon Roi, Votre majesté
    Est mal culottée »
    « C’est vrai, lui dit le roi,
    Je vais la remettre à l’endroit»

    Et vous reprenez le même couplet en changeant ce que le roi avait mis à l’envers.

    Bien sûr, vous y aller avec les intérêts de votre enfant et ce qui le motive. L’important est qu’il y trouve du plaisir (et vous aussi pourquoi pas!) et qu’il collabore à la tâche, dans une belle atmosphère.

    Si vous croyez toutefois que votre enfant s’oppose à la tâche parce qu’il gagne votre attention, il faut alors minimiser, voir, couper complètement ce gain lors de la tâche.

    Comment? En utilisant l’ignorance intentionnelle. Il faut toutefois tenir compte de l’âge de l’enfant et de ses capacités développementales.

    Par contre, si vous croyez qu’une dynamique s’est installée et que votre enfant semble chercher à s’opposer pour que vous lui accordiez votre temps, alors, faites-le, mais de manière différente. Donnez-lui votre attention, mais de façon positive.

    Des exemples :

    • Offrez-lui davantage de câlins et de bisous avant le moment de l’habillage et tout au long de votre routine;
    • Offrez-lui davantage votre aide ou votre support pour l’habillage, avant même qu’il débute ses comportements d’opposition;
    • Félicitez-le pour ce qu’il fait de bien en général (pas seulement ce qui est en lien avec l’habillage), même si c’est quelque chose qu’il a appris depuis longtemps;
    • Soulignez ses efforts et nommez-lui votre fierté dans votre quotidien.

    Si vous avez essayé plusieurs stratégies et que rien ne semble fonctionner, alors il y a toujours une option qui s’offre à vous : l’aide externe. Un professionnel avec un œil objectif et qui est outillé pour faire face à ce genre de situation serait une option intéressante, car dites-vous qu’il y a toujours une solution, peu importe la situation.

    Pour résumer:  prenez un pas de recul, arrêtez-vous et analysez la situation. Mettez sur papier un plan de match et respectez-le. Ajustez-le au besoin. Sinon, allez chercher de l’aide!


    Pictogrammes pour la routine du dodo

    Découvrez notre outil pédagogique
    « La routine du dodo »!

    NS plus info bouton vert