• Elle ne tient pas en place 2 minutes !

    Mutter und Tochter mit Hund

    Bonjour,

    Ma fille a 3 ans. Depuis qu’elle est née, les siestes ont toujours été un problème. Le seul moyen de la faire dormir dans le jour bébé était la balançoire, le porte-bébé ou les bras. Bref, il devait toujours y avoir du mouvement. Évidemment, en vieillissant, quand ces moyens n’étaient plus possibles, il est devenu de plus en plus difficile pour elle de prendre un moment pour se calmer ou s’apaiser. Rester immobile pour elle semble impossible: même lorsqu’elle regarde la télé ou lit un livre qui la passionne énormément, elle ne cesse de bouger. Se concentrer sur un jeu plus de deux minutes tient du miracle. Le dessin n’est encore que barbeau et si elle essaie fort de se concentrer pour colorier « sans dépasser », cela finit inévitablement par un énorme barbeau après 30 sec.

    Son père ayant vraisemblablement un TDAH, j’essaie beaucoup de lui donner des outils pour se centraliser et se calmer, mais je dois dire que je suis à court d’imagination. Évidemment, ce manque d’attention est d’autant pire si elle ne dort pas l’après-midi. Et comme vous vous en doutez, prendre un temps calme est pour elle un énorme défi.

    J’ai essayé plusieurs moyens :

    1. Lui laisser le choix, i.e. la laisser dans sa chambre avec la « Grow clock » (genre de cadran visuel indiquant s’il est temps de se lever ou non) en lui disant de se reposer, même si elle ne dort pas. Inévitablement, elle prend ses livres ou se met à jouer dans sa chambre ou sort sans arrêt de sa chambre.
    2. J’ai essayé le côté « punitif » i.e. si tu n’écoutes pas les consignes (silence et reste dans ton lit tranquille) tu iras en punition. Premièrement, pour elle le retrait est totalement inefficace et ne fait que la crinquer plus. Essayer de rester assise sur une chaise pendant trois longues minutes pour elle est impensable alors elle se lève sans cesse. Et là, plus on essaie de la faire se rasseoir, plus elle trouve ça drôle et s’en suit une escalade de tension.
    3. J’ai aussi essayé les exercices de respiration et de relaxation, en lui parlant, lui expliquant le pourquoi de la sieste et ses bienfaits sur son humeur, la mienne et sur le fait qu’on va avoir plus de plaisirs à jouer ensemble après. Là aussi, elle s’en sert  comme jeu et cela ne fait que la crinquer encore plus. Et plus elle est fatiguée, plus elle se crinque facilement.
    4. Nous avons finalement un tableau de motivation depuis plusieurs mois. Elle est bien contente lorsqu’elle a un cadeau, mais cela ne semble pas la motiver à faire un effort pour se calmer. D’ailleurs, la plupart des siestes qu’elle réussit à faire sont à la garderie, rarement à la maison. Ma routine de dodo a toujours été la même et je m’efforce à garder la même qu’à la garderie, avec un horaire semblable.  Pour les dodos du soir, je n’ai jamais eu aucun problème à la coucher et elle fait en général des nuits de 10 à 12 heures.

    En gros, je souhaite trouver des moyens pour qu’elle réussisse à se calmer, contrôler son impulsivité et qu’elle soit capable de s’apaiser afin de réussir à trouver le sommeil, ou du moins à reprendre un calme qui lui permettrait de mieux se concentrer. Je crois que ces apprentissages sont essentiels pour l’avenir et compte tenu des antécédents familiaux, éviter peut-être un TDAH. Évidemment, moins elle ne dort l’après-midi, plus elle est dissipée, irritable et instable émotivement. Voilà, j’en ai fait une longue lettre, mais j’espérais vous donner le maximum de détail sur ma situation.

    Merci beaucoup de votre réponse,

    Une maman en quête d’outils!


    Bonjour à vous !

    Je comprends très bien votre désarroi face aux difficultés de votre fille.  Vous semblez faire un excellent travail pour offrir le meilleur à celle-ci: vos routines semblent constantes et vous essayez différentes options.  Bravo !

    Pour le sommeil, je vous suggère de consulter les articles ci-dessous afin d’avoir d’autres pistes, mais voici ce qu’une de mes collègues du Réseau, Sylvie Lavallée, m’avait suggéré et qui fonctionne très bien:

    « Moi dans ces situations j’applique le 5 10 15 mais de manière très adaptée. La consigne des parents est de demander à l’enfant de rester 1 minute dans son lit sans pleurer ni se lever (Si c’est 30 secondes au départ, c’est correct aussi). Le parent demeure près de l’enfant à côté du lit ou cadre de porte ou l’autre côté du mur. Si l’enfant respect la consigne le parent va l’embrasser et lui souhaiter bonne nuit. Le parent doit recommencer la séquence en augmentant progressivement la durée jusqu’à ce que l’enfant dorme.  L’important c’est que l’enfant ne doit pas ressentir la montée de l’anxiété, juste le plaisir d’être compétant et rassuré. »

    Les premiers soirs, ça peut paraître exigeant pour les parents, mais en quelques jours, quand l’enfant a compris le principe, on commence à 5-10-puis 15 minutes.  L’enfant apprend ainsi à se détendre seul, sachant qu’il aura une petite visite dans un moment.  Personnellement, j’utilise une application avec une minuterie que je place à portée de vue de l’enfant (pas à portée de main par contre…) . Cliquez ici pour voir celui que je suggère.  Il est important qu’il soit visuel et non avec des chiffres .  Il faut par contre fermer le son parce que lorsqu’il commence à s’endormir, on ne veut pas que la minuterie le réveille !!!

    En second lieu, je vais vous donner plusieurs ressources qui abordent le TDAH, parce que les outils proposés pourraient très bien convenir à votre fille et éventuellement l’aider à se calmer et se concentrer.  Cependant, il est important de bien faire attention pour ne pas lui apposer d’étiquette : les enfants finissent par y croire et se comporter exactement comme on les a décrits, alors qu’avec du soutien, ils pourraient très bien développer des stratégies qui les aideraient à mieux s’adapter à la réalité de la garderie, de l’école et de notre société.

    Tout d’abord, votre enfant a-t-elle tendance à être anxieuse ?  Et son papa, a-t-il tendance à l’être ?  L’anxiété joue une rôle majeur chez une grande part des gens diagnostiqués avec un TDAH…  En principe, il faut d’abord s’occuper de la gestion des émotions et de l’anxiété avant d’émettre un diagnostic.  Voici quelques suggestions :

    • Le livre-cd « Calme comme une grenouille » est un excellent moyen d’aider les enfants à se détendre et garder le focus. Mais c’est comme un muscle : il faut le développer et ne pas donner des défis trop élevés.  L’enfant doit aimer ces exercices, quitte à ce qu’il ne les complète pas au début.  Vous pourriez vous asseoir avec elle et faire vous-même la méditation jusqu’au bout, qu’elle y participe un petit moment ou au complet.  Ne mettez pas de pression et ne faites pas de commentaires, outre de lui dire à quel point ça VOUS fait du bien !  Il faut de 21 à 30 répétitions pour créer une nouvelle habitude et 2 à 6 mois pour qu’elle soit bien intégrée !  Persévérez !
    • Les livres de Joël Monzée expliquent très bien l’impact de l’anxiété et des émotions mal canalisées dans le TDAH : http://institutdef.ca/31-pages-livres/189-collection-developpement-affectif-de-l-enfant
    • Nancy Doyon, fondatrice de l’école de coaching familial Nancy Doyon offre des formations sur la gestion des émotions, l’anxiété et le TDAH. J’y ai moi-même appris beaucoup, alors je vous encourage à aller visiter son site : http://www.sosnancy.com/conferences-et-formations/formation-de-perfectionnement/
    • J’ai aussi écrit 2 métaphores pour aider les enfants à se concentrer, se calmer et classer l’information dans leur tête. Peut-être plus  pertinent pour les enfants un peu plus vieux, mais comme les enfants aiment toujours les histoires, il n’y que des bénéfices à leur suggérer des outils qui demeureront dans l’inconscient ! http://www.nannysecours.com/developpement-de-lenfant/histoires-pour-apprendre-a-se-concentrer/

    Enfin, il pourrait être bon de vous assurer qu’elle bouge beaucoup.  Je sais, c’est parfois difficile à concilier avec les horaires de travail-garderie, mais voici quelques suggestions qui pourraient être aidantes :

    • Prévoyez un 10-15 minutes de folie et de jeux intenses (danse, saut, parcours à obstacles, etc.) 1h à 1h30 avant le dodo ou la sieste.
    • Achetez un mini trampoline à mettre dans la maison.
    • Si vous l’inscrivez à des activités, privilégiez celles où elle pourra se dépenser.

    Évidemment, je pourrais écrire un livre sur le sujet, tant il y a à dire…  Je vous invite donc à explorer les pistes ci-haut mentionnées, puis à consulter un coach familial expérimenté auprès des enfants présentant des difficultés à se calmer et se concentrer pour obtenir des conseils personnalisés qui tiendront compte de toutes les facettes de votre enfant et de votre famille.

    Bon succès !