• L’enfant qui suce son pouce

    Les habitudes orales des enfants sont fréquentes et se développent en bas âge. En effet, le jeune enfant peut sucer son pouce, un doigt, une suce ou propulser la langue. Vient un âge par contre où ces habitudes peuvent devenir plus problématiques.

    Pour ce qui est de l’utilisation de la suce, les professionnels de la santé reconnaissent que vers l`âge de 2 ans, cette habitude devrait être cessée, mais est tout de même considérée tolérable jusqu’à l’âge de 3 ans. Heureusement, si l’habitude persiste, il est alors plus facile pour le parent de la contrôler en limitant l’accès à la suce et ainsi d’en prévenir les méfaits. Chez les enfants dont l’habitude n’a pas été contrôlée, on remarque un palais plus étroit et ogival, donc moins large que l’arcade du bas puisque la langue ne peut se positionner de façon à former le palais. Même si les suces portent la mention « orthodontiques », elles ne s’avèrent pas moins dommageables avec une utilisation prolongée.

    Chez les enfants accros à leur pouce ou à un de leurs doigts, on observe que les incisives supérieures flairent vers l’avant et propulsent ainsi le bloc osseux, en plus de nuire à la forme du palais. On observe alors un remodelage au niveau squelettique. On suggère que le traitement de cette habitude se fasse alors avant l’éruption des incisives supérieures permanentes, soit avant 6-7 ans. Généralement la déformation du pré-maxillaire engendrée par la succion du pouce, durant la dentition primaire, pourra se normaliser suite à l’éruption des incisives permanentes, si l’habitude est contrôlée bien évidemment. Il est donc moins urgent d’intervenir avant cela sachant que le tout peut être réversible. Suite à l’éruption des incisives permanentes, les dommages risquent d’être plus permanents que transitoires. Il devient alors difficile de replacer les incisives et leur support osseux. De plus, des incisives plus avancées favorisent le développement d’une déglutition appelée atypique. L’espace créé entre les incisives supérieures et inférieures permet l’apposition de la langue lors de la déglutition. On entre alors dans un cercle vicieux.

    Pour corriger l’habitude de succion du pouce, il existe plusieurs appareils dentaires, entres autres la grille à pouce et l’écran vestibulaire. La grille à pouce consiste en un appareil prenant ancrage sur les dents et portant une petite grille appuyée derrière les incisives afin de prévenir l’insertion du pouce en bouche. Il permet aussi de favoriser le replacement des dents. Par contre, cet appareil est amovible, donc il se peut fortement que l’enfant le retire volontairement afin de continuer cette habitude. Il existe aussi une version fixe, c’est-à-dire collée aux dents, mais qui ne peut être utilisé que 3 mois maximum à cause d’effets secondaires sur les autres dents. L’écran vestibulaire quant à lui est un appareil présentant un morceau d’acrylique couvrant toutes les dents du haut et celles du bas et s’interposant entre les lèvres et les dents. Il empêche l’insertion du pouce en bouche et permet de replacer les dents vu la force exercée par les lèvres sur l’acrylique. Malheureusement, cet appareil est très massif et incommodant. Il n’est donc pas notre premier choix.

    Enfin, il existe d’autres sortes de méthodes pour contrôler cette habitude telle que l’application de produits au goût amer sur les doigts de l’enfant, les prothèses rigides disposées autour du coude de l’enfant limitant ainsi la flexion du bras, le port de pyjama avec mitaines et l’hypnose. Mais peu importe la technique choisie, l’enfant devra avoir une certaine maturité comportementale afin d’être réceptif au traitement et d’en comprendre le pourquoi. »