• Mentir, un jeu qui en vaut la chandelle ?

    • Partagez cet article:
    • Partager sur facebook
    • Partager sur twitter
    • Partager sur Google +
    • Partager sur LinkedIn
    mensonges chez l'enfant
    Votre enfant vous raconte-t-il régulièrement des histoires ? Malgré les représailles, il continue de mentir ? Peut-être est-ce parce cette stratégie est efficace ?

    Lorsqu’un enfant répète un comportement indésirable, c’est probablement que ce dernier lui rapporte un bénéfice plus grand que les conséquences qui y sont rattachées.

    Voici quelques fonctions du mensonge 
    Se protéger

    La protection est la principale fonction du mensonge. La pensée magique est d’ailleurs beaucoup utilisée par les tout-petits ; ils font des gaffes et jurent qu’ils n’en sont pas responsables ! En fait, ils auraient souhaité que la situation se déroule autrement et aimeraient bien éviter les conséquences désagréables comme les punitions.

    Pour produire un mensonge, l’enfant doit vouloir camoufler la vérité et être assez créatif pour élaborer une histoire vraisemblable. Il doit avoir l’intention de tromper l’autre. Avant 7 ou 8 ans, un enfant n’a généralement pas la maturité intellectuelle d’y arriver. Avant cet âge, on parle plutôt de fabulation ; le petit invente des détails qui sont faux à partir d’un fait réel ou il prend ses désirs pour des réalités.

    Être accepté des autres

    Afin de façonner leur identité, les enfants vont parfois trafiquer la réalité pour faire partie d’un groupe. La peur de décevoir les gens et d’être jugé ou rejeté peut également motiver les mensonges.

    Marjorie fait semblant de connaître un chanteur populaire pour plaire à certains élèves de sa classe et éventuellement se faire des amis.

    Éviter quelque chose

    En mentant, l’enfant peut réussir à éviter une situation ou une personne.

    Liam dit à sa mère qu’il a beaucoup trop de devoirs et qu’il n’aura pas le temps de faire la vaisselle, alors que c’est faux !

    Obtenir l’attention ou susciter la réaction

    Certains enfants créent des histoires de toute pièce afin d’impressionner les autres et d’attirer les regards.

    Un élève marche accidentellement sur le pied de Sarah. Son enseignante s’approche d’elle pour s’assurer qu’elle va bien. Sarah se met à pleurer et accuse l’élève de l’avoir blessé volontairement.

    Préserver ou bonifier son estime personnelle

    Il est fréquent que les jeunes souhaitent bien paraître aux yeux de leur entourage et, par conséquent, trafiquent la vérité.

    Un jeune joueur de hockey raconte à ses copains qu’il a été élu l’étoile de son dernier match, alors qu’il n’a pas touché la rondelle.

    S’affirmer

    En vieillissant, les jeunes ressentent le besoin de cacher certains détails et créer leur « petit jardin secret ». Ils pourraient également mentir pour tester les limites des adultes lorsqu’ils sont en colère ou anxieux.

    La mère de Christelle lui demande qui était présent lors de la fête de son amie. Voulant éviter les questions de sa mère, elle omet volontairement de mentionner qu’Antoine, son nouvel amoureux, était là.

    S’évader

    Dans certaines situations difficiles, l’enfant peut s’inventer une vie qui est mieux que la sienne. Cela lui apporte un bien-être qu’il ne retrouve pas dans sa réalité.

    Jacob dit à ses amis qu’il est allé manger dans un grand restaurant la veille, alors qu’en vérité, le réfrigérateur de la maison était vide.

    Comment encourager votre enfant à dire la vérité ?

    Il est préférable de ne pas accorder trop d’attention aux mensonges. Si l’enfant ment pour obtenir de l’attention, on ne fera que renforcer son comportement. En réagissant excessivement à ses mensonges, vous risquez de le rendre craintif et cela pourrait engendrer d’autres mensonges. L’utilisation de l’humour est efficace pour désamorcer les situations tendues.

    Veillez à améliorer la relation de confiance avec votre jeune. Plus il se sentira à l’aise de communiquer avec vous, moins il ressentira le besoin de mentir. Ne le contraignez pas à dire la vérité, il risquerait davantage de se replier sur lui-même. Insistez plutôt sur le fait qu’il est important pour vous de communiquer librement et sans jugement.

    Évitez d’étiqueter votre enfant ; le traiter de menteur pourrait affecter son estime de soi et il pourrait en venir à se considérer comme tel. Il a peut-être plutôt besoin d’entendre que tout le monde fait des erreurs et qu’il sera aimé malgré tout.

    Tentez de comprendre pourquoi il a choisi de cacher la vérité. Quels désirs ou sentiments se cachent derrière le mensonge ? Quelle est sa motivation ? Vous serez ensuite en mesure de répondre adéquatement au besoin de votre enfant.

    Félicitez l’enfant s’il avoue qu’il ment ou dit d’emblée la vérité. Diminuez la conséquence qui aurait été prévue pour souligner son courage. Cela le motivera davantage à dire la vérité à l’avenir. Mais d’abord et avant tout, donnez le bon exemple !

    Personne n’aime entendre son enfant mentir. Gardez toutefois en tête que, s’il le fait, il n’a probablement pas l’intention de blesser les gens qui l’entourent. Continuez de lui accorder votre confiance, il sera davantage porté à vous dire la vérité !