• 10 conseils pour appliquer la technique du retrait de façon optimale

    • Partagez cet article:
    • Partager sur facebook
    • Partager sur twitter
    • Partager sur Google +
    • Partager sur LinkedIn
    Imposer des règles à la maison implique nécessairement d’appliquer des sanctions en cas de non-respect. Le retrait est une technique souvent utilisée par les parents, mais il faut rester prudent quant à la façon de l’appliquer.

    Étant donné que cette intervention est contraignante, elle ne devrait être choisie qu’en dernier recours. Diriger un enfant  dans sa chambre, dans le coin de réflexion ou sur une chaise en retrait peut être une méthode efficace. Cependant, certains aspects devraient être pris en considération afin d’utiliser convenablement cette technique.

    1. Les fonctions principales du retrait devraient être de permettre à l’enfant de se calmer lorsque son comportement est inadéquat et de faire un arrêt d’agir lorsqu’il pose des gestes agressifs.

    2. Cette intervention a peu d’effet sur les enfants âgés de moins de deux ans, étant donné leur manque de maturité. Pour les tout-petits, la technique la plus efficace est de leur indiquer que leur comportement est inadéquat et de réorienter leur attention sur un autre centre d’intérêt.

    3. Cette technique n’est pas recommandée pour les enfants qui sont anxieux, puisqu’elle peut accroître cette anxiété. Il faut toujours considérer les particularités de votre enfant avant d’appliquer des méthodes disciplinaires.

    4. Le retrait devrait être d’une durée d’une minute par année d’âge de l’enfant. Par exemple, un enfant de trois ans irait en réflexion pendant trois minutes. Si l’enfant sort du coin de retrait avant la fin, la minuterie repart à zéro. De plus, c’est vous qui jugez si l’enfant est assez calme pour quitter le retrait. Si l’enfant crie encore après la période de réflexion, prolongez-là. Si l’enfant a tendance à sortir régulièrement du coin de réflexion, vous pouvez rester à proximité de lui, mais sans lui donner d’attention.

    5. Lorsque vous conduisez votre enfant en retrait, il devrait en avoir été avisé préalablement. Pour se faire, la technique du 1-2-3 peut être utile : Énoncez la règle, le comportement attendu (1). Si le comportement continue, énoncez de nouveau la règle et une conséquence au comportement (2). Si le comportement persiste toujours, appliquez la conséquence (3). Si votre enfant adopte des comportements agressifs, vous pouvez le conduire directement en retrait.

    6. Durant l’application de cette technique, il est préférable que vous ayez une attitude neutre. Ainsi, l’enfant n’obtient pas de gains. Plus vous réagissez fortement, plus l’enfant vous soutire de l’attention et plus il a le sentiment d’avoir du pouvoir sur vous ; d’où la possibilité que le comportement répréhensible devienne plus fréquent. Dans le même ordre d’idées, pendant le retrait, ignorez les cris, les pleurs et les excuses.

    7. Contrairement à la pensée populaire, le retrait n’a pas à être désagréable pour l’enfant. La motivation derrière cette technique devrait être de lui offrir un endroit où apprendre à se calmer et à réfléchir sur les autres comportements qu’il aurait pu adopter.

    8. À la fin du retrait, vous pouvez renommer la règle qui a été enfreinte. Par exemple : « On ne frappe pas ». Cependant, ne vous éternisez pas sur le sujet puisque vous risqueriez de provoquer une crise à nouveau.

    9. Suite au retrait, vous pourriez demander à l’enfant de réparer ses torts. Les meilleures conséquences sont celles dites « logiques ». C’est-à-dire, celles qui ont un lien direct avec le comportement inadéquat qu’il a posé. Par exemple, un enfant qui a blessé son frère devra soigner les blessures de ce dernier. Si vous désirez responsabiliser davantage votre enfant, plutôt que d’imposer vous-même la conséquence, vous pouvez lui demander ce qu’il propose pour se faire pardonner.

    10. Le retrait peut troubler un enfant. Il est donc essentiel de lui rappeler que vous l’aimez malgré tout et que vous savez que la prochaine fois, il choisira un comportement plus approprié.

    Rappelez-vous que le retrait n’est pas la seule option pour faire la discipline auprès des enfants. Préciser régulièrement à vos jeunes ce que vous attendez d’eux, utiliser l’humour et souligner leurs bons comportements au quotidien sont des moyens moins contraignants, positifs et tout aussi efficaces pour leur apprendre à agir adéquatement.