• Comment faire face à un comportement agressif?

    • Partagez cet article:
    • Partager sur facebook
    • Partager sur twitter
    • Partager sur Google +
    • Partager sur LinkedIn
    La négociation chez les enfants

    Bonjour Nanny secours,

    J’écris en désespoir de cause. Je suis la belle-maman d’un petit garçon de 4 ans et demi, Mathis. J’ai une fille de 14 ans ayant une déficience intellectuelle, Jade et un nouveau bébé de 7 mois et demi. Nous avons la garde partagé de Mathis une semaine sur deux. Lors d’un moment de plaisir (nous avions sorti la petite piscine par une journée chaude et ensoleillée) Mathis s’est mis à utiliser Jade comme « punching bag » en lui donnant des coups de pied et des coups de poing. Je suis une maman qui est contre toute forme de violence… Pas de jeux vidéo violents, pas d’émissions violentes et encore moins des conversations et de jeux violents… non merci!

    Sur le coup j’ai crié et lui ai demandé de sortir de la piscine et d’entrer dans la maison. De se déshabiller et d’aller dans sa chambre. Par la suite, le papa est entré dans le dossier et vécu une grosse colère. Le papa est sorti de la maison afin de se calmer. Mathis est toujours dans sa chambre. Il est en punition depuis l’incident et ne sortira que pour souper. Je ne sais comment réagir autrement.

    Que dois-je faire d’autre pour s’assurer que cela ne se reproduira plus? J’ai eu la conversation du comportement pas gentil, qu’on ne le traite pas de cette façon, que si je suis sa logique je pourrais le frapper quand ça me tente (il m’a dit qu’il l’avait fait car ça lui tentait). Comment interagir avec lui pour que ça ne se reproduise plus? Que puis-je faire ou dire pour lui faire comprendre de la gravité de son geste? Je suis un peu déroutée devant autant de questions et si peu de réponses. Pouvez-vous me donner une piste?

    Merci de bien vouloir porter attention sur le sujet qui me préoccupe.

    Geneviève


    Bonjour Geneviève,

    Je comprends que cet événement vous bouleverse autant. Le comportement de votre beau-fils vous a surpris et l’intégrité physique de votre fille est en jeu. Durant la petite enfance, les enfants agissent fréquemment en réponse à leurs impulsions. Il est donc difficile pour eux d’expliquer leurs comportements. C’est probablement pourquoi Mathis vous a répondu qu’il a frappé Jade parce qu’il en avait le goût. Pour mieux comprendre votre situation, il est nécessaire de prendre le temps d’analyser l’événement.

    • Était-ce la première fois qu’une situation de la sorte survienne?
    • Selon vous, qu’est-ce qui a motivé Mathis à agir ainsi?
    • Comment était l’atmosphère avant que Mathis frappe Jade (tendue, joyeuse, calme, etc.)?
    • Comment était l’humeur de Mathis?
    • Pouvez-vous identifier un événement particulier qui aurait pu déclencher son comportement?
    • Quel besoin cherchait-il à exprimer par ce comportement?
    • En frappant, croyez-vous qu’il ait obtenu des bénéfices (attention des parents, retrait d’une situation désagréable pour lui, etc.)?
    • L’arrivée d’un nouveau bébé dans la famille ou la garde alternée entre les deux parents de Mathis pourraient-ils avoir eu une incidence sur son comportement?

    Vous avez bien fait de retirer Mathis suite à ses comportements agressifs. Ainsi, vous lui avez signifié que la violence est inacceptable et qu’il a besoin d’un moment pour se calmer. Il faut toutefois rester prudent quant à la durée du retrait. Il est suggéré d’imposer une minute de retrait par année d’âge. Dans votre cas, le temps de retrait recommandé est de quatre minutes et demie. Un enfant qui est retiré trop longtemps risque d’oublier la raison principale de son retrait. Il est donc préférable de maintenir un court temps de retrait pour conserver l’efficacité de cette technique. Suite au retrait, vous pouvez nommer le comportement indésirable et aider le petit à chercher des solutions pour éviter qu’il agisse ainsi à nouveau.

    Lorsqu’un enfant pose un comportement inadéquat, il peut être intéressant de le responsabiliser en lui demandant de réparer ses torts. La réparation doit être une conséquence logique découlant du comportement inapproprié. Dans ce cas-ci, cela pourrait être : « Tu blesses : tu soignes ». Vous pourriez également demander à Mathis ce qu’il suggère comme réparation. Vous pourriez consulter votre fille pour déterminer si ce qui est proposé par Mathis est adapté. Rappelez-vous qu’une conséquence imposée rapidement suite au geste inadéquat sera beaucoup plus efficace, puisque le lien de cause à effet (ex : violence à conséquence négative) sera immédiatement expérimenté par l’enfant.

    Est-ce clair pour votre beau-fils que Jade a une déficience intellectuelle? Il est difficile pour un jeune enfant de comprendre en quoi consiste cet état. Ce qui est incompris peut  le rendre mal à l’aise ou être interprété comme étant une menace. Si tel est le cas, il est probable que l’enfant adopte des comportements inadéquats. Vous pouvez donc expliquer les particularités de Jade à Mathis en utilisant des mots simples et en citant des exemples concrets. Je vous encourage fortement à favoriser les contacts entre les deux jeunes afin de développer leur relation. Organisez des activités familiales qui répondent à leurs intérêts communs. Mathis apprendra à apprivoiser et à être plus sensible aux caractéristiques particulières de Jade par l’intermédiaire d’activités agréables. Vous pouvez également féliciter votre beau-fils lorsqu’il agit convenablement avec votre fille.

    Je ne connais pas le type de déficience intellectuelle de votre fille ni l’étendue de ses capacités. Par contre, si elle a la possibilité de s’exprimer verbalement et de réagir aux comportements des autres, je vous suggère de lui enseigner à se défendre. La non-violence est évidemment de mise. Par exemple, vous pourriez lui apprendre à dire fermement « non » et à s’éloigner si une personne la frappe. Cela pourrait lui être utile tant avec Mathis qu’avec une autre personne. Vous pouvez faire des mises en situation avec elle. Ainsi, elle intégrera plus facilement ces notions.

    Je vous recommande maintenant de considérer l’événement comme un accident de parcours. Allez de l’avant et renforcez les comportements positifs que Mathis adopte avec votre fille. Ayez confiance en l’avenir et tout devrait bien se passer!