• Bien communiquer avec les parents de son groupe, essentielle au bien-être de tous!

    La communication parent éducatrice essentielle au bien-être des tout-petits.
    La communication est essentielle dans la vie de tous les jours, mais elle est primordiale quand on parle des services offerts aux enfants. Dans les services de garde par exemple, la communication a une influence directe tant au niveau du développement global de l’enfant, mais aussi quand on parle d’offrir un service de garde de qualité. Ce n’est pas par hasard qu’on mentionne son importance dans le programme éducatif en petite enfance.

    Un échange bidirectionnel

    Vous comprendrez que plus on échange plus on comprend, plus on communique plus on augmente les chances de travailler ensemble pour le bien-être des enfants. Certes, la communication n’est pas un acte facile et sans remous, elle demande un effort bidirectionnel, une ouverture d’esprit, de l’empathie et un bon vouloir. Afin de vous aider à garder le cap sur la communication positive dans votre milieu, voici quelques suggestions qui font appel à la réflexion.

    Un milieu de garde proposant un programme complet

    Merveilleuse si tout va bien, mais angoissante si on vit un litige, à la fois simple et complexe la communication est en quelque sorte un art, elle se travaille et il faut y mettre du sien pour arriver à un résultat satisfaisant. La première question à laquelle on peut réfléchir est : est-ce que mon milieu offre un programme éducatif complet qui présente des outils de communication entre intervenants et parents ? C’est-à-dire, est-ce que ce même programme propose des moyens concrets et variés que vous utiliserez pour communiquer avec les parents utilisateurs de vos services? Il peut s’agir de tableaux pour les informations générales, d’un journal mensuel pour les idées géniales, un album photo pour présenter vos moments magiques et d’un cahier de communication pour les informations, les questions et les demandes confidentielles. Il en est de votre responsabilité de trouver des moyens efficaces et variés pour optimiser les échanges. Énumérez vos attentes et assurez-vous que vous vous comprenez bien. Les discussions formelles et non-formelles ont toujours leurs places, mais attention à en faire bon usage. En revanche, les conversations de corridors sont à éviter, souvent ces discussions manquent de professionnalisme.

    Un lien de confiance en toute réciprocité

    Un autre aspect sur lequel on peut réfléchir, c’est tout ce qui concerne votre posture professionnelle : « agir de manière compétente ». Aller au-devant et prenez le temps de bien connaitre le parent qui se présente devant vous. Vous avez à cœur leurs enfants, montrez-leur, dites-leur. Intéressez-vous à leur culture par exemple, reconnaissez leurs forces et misez sur le lien de confiance. Chaque famille transporte son histoire. Parlez de faits, sans jugement, ni attitude supérieure. Les parents ont besoin de vous, mais vous avez encore plus besoin d’eux. Le lien de confiance devient donc une priorité à travailler et c’est avec une grande ouverture d’esprit et une authenticité que vous y parviendrez. Ayez-en tête votre langage non-verbal, approchez-vous, regardez votre interlocuteur, faites- lui savoir qu’il est important pour vous.

    Accorder une place privilégiée

    Un autre aspect qui mérite notre attention est tout ce qui concerne la place du parent dans nos services. Peut-on les inviter à certaines prises de décisions? Est-ce qu’on les amène à partager leurs idées? Leur demande-t-on de participer à nos journées spéciales? En fait, on peut facilement faire appel à leur expertise, leurs habiletés et leurs forces.

    Optez pour les valeurs de bases de la communication positive et bienveillante : être polie, faire preuve de courtoisie, démontrer une rigueur dans le respect des différences, favoriser l’écoute active et empathique, souligner le positif et mettre le bien-être des enfants au centre de nos conversations.

    En terminant, évitez les pièges de la communication : donner des ordres, menacer, moraliser, argumenter, blâmer, juger, humilier, psychanalyser et enquêter.

    Le tout ne se fait pas en criant « ciseaux »! Prenons le temps de se connaitre et acceptons de se remettre en question pour le bien-être des enfants.