• Comment composer avec l’autre parent malgré les désaccords

    • Partagez cet article:
    • Partager sur facebook
    • Partager sur twitter
    • Partager sur Google +
    • Partager sur LinkedIn
    Recette pour enfants heureux

    Recette de vinaigrette… pour des enfants heureux !

    Ou

    Comment composer avec l’autre parent malgré les désaccords.

    Mme Huile et M. Vinaigre se sont rencontrés dans le rayon d’une épicerie fine, tout au fond d’un panier où se trouvaient une foule de personnages intrigants.  Tout de suite, ils s’étaient sentis attirés l’un vers l’autre, partageant des points en commun indéniables : de forme liquide, ils vivaient dans des bouteilles dont les couleurs s’harmonisaient parfaitement.  Rien à voir avec toutes ces boîtes et ces contenants hétéroclites qui les entouraient !

    Tout de suite, ils eurent envie de tout savoir l’un de l’autre et, signe du destin peut-être, une fois rendus à destination, ils avaient atterri sur la même tablette.  Durant les jours qui suivirent, on aurait presque pu les entendre roucouler alors que M. Vinaigre faisait la cour à Mme Huile.  Amoureux l’un de l’autre du goulot jusqu’au fond de la bouteille, le jour où ils mélangèrent leurs parfums, tous se réjouirent de la saveur unique de leur mariage.

    Le temps passait, et ils se mirent à avoir envie de partager leur amour. « Et si on faisait quelques bébés tomates ? ».  Dans leur élan d’amour, trois petites tomates virent le jour rapidement, l’une après l’autre, réjouissant les nouveaux parents plus que tout ce qu’ils avaient connu jusqu’à maintenant !

    Mais ces trois jolies tomates qui les regardaient avec de grands yeux remplis d’amour, avaient chacune leur personnalité.  La première était fière de son rôle de grande. On pouvait lui demander n’importe quoi, elle s’empressait de le faire avec plaisir.  La seconde quant à elle, avait tout un caractère : déterminée, enjouée et pleine de vie, mais quand elle était en colère, quelle explosion !!!  Quant à la petite dernière, elle passait son temps à pleurnicher, refusant de manger et se plaignant constamment de sa sœur qui prenait plaisir à la faire pleurer.

    Vous vous doutez bien que Mme Huile et M. Vinaigre tentaient de faire de leur mieux pour le bonheur de leurs enfants, chacun à sa manière.  Mais puisque leurs petites tomates n’étaient pas toujours heureuses, ils se mirent à s’accuser l’un l’autre de tous les maux :

    « Si tu ne leur mettais pas tant de vinaigre, ce serait bien mieux !!!  Le vinaigre, c’est amer et d’un goût prononcé : il faut en mettre  peu ! »

    « Et tu crois que les noyer d’huile est mieux ???  Le gras, c’est mauvais pour les artères.  Tu vas les rendre malades, tu ne vois donc pas ? »

    Cette habitude de critiquer l’autre s’installa comme ça, tranquillement, sans même qu’ils s’en rendent compte.  Chaque fois que M. Vinaigre ajoutait quelques gouttes, Mme Huile s’empressait de verser le double d’huile…  Alors, M. Vinaigre ne pouvait s’empêcher de  renchérir avec encore plus de vinaigre, et ainsi de suite.  La situation devint infernale, et avec le temps, l’huile et le vinaigre commencèrent à se séparer tranquillement, convaincus que les malheurs et les frustrations de leurs enfants venaient de la part de l’autre.  Alors peu à peu, même s’ils vivaient toujours dans la même bouteille, on pouvait bien voir la séparation entre eux, l’huile flottant au-dessus du vinaigre.  Ils en vinrent même à penser que leurs malheurs personnels étaient causés par l’autre.  Ils se mirent alors à s’accuser de tout et de rien.

    Puis, ce qui devait arriver arriva : n’en pouvant plus, ils décidèrent de retourner vivre chacun dans leur bouteille respective. Pauvres petites tomates !  Quelques gouttes d’huile par-ci, quelques gouttes de vinaigre par-là,  elles avaient bien du mal à patauger dans toute cette vinaigrette !

    Si bien qu’un jour, Mme Huile et M Vinaigre se rendirent  à l’évidence : s’ils n’arrêtaient pas, leurs bébés adorés allaient se noyer !  C’est alors que dans un élan de désespoir, et pour sauver leurs bébés tomates, ils entreprirent  de reprendre toute l’huile et le vinaigre dans lesquels ils les avaient englouties et ils entreprirent de trouver une recette qui serait parfaite pour leurs petites tomates chéries.

    En cherchant un peu, ils découvrirent  que puisque chaque tomate avait son propre caractère, ils devraient adapter la recette pour chacune.  Mettant alors de côté leurs récriminations respectives, ils se mirent à tester différentes recettes, jusqu’à ce qu’ils trouvent la meilleure pour chacune.  Ainsi, chaque petite tomate reçut sa juste part d’huile et de vinaigre !

    En cours de route, ils découvrirent aussi  d’autres ingrédients qui leur permirent d’agrémenter chacune de leurs recettes.  Ces ingrédients incomparables furent parfois bien difficiles à trouver, mais l’effort déployé pour les acquérir en valut vraiment la peine.  Prenez-les bien en note, puisqu’ils agrémentent la saveur de toute bonne recette de vinaigrette pour jeunes tomates.    Il s’agit premièrement du basilic communication, une forme hybride de basilic composée de messages clairs et d’une grande écoute. Vient ensuite l’origan pardon, qui pousse bien mieux dans un sol composé de maturité.  Le suivant, le sel d’amour,  permet à chacun mettre de côté ses différents et ses rancunes.  Et le dernier mais non le moindre,  le poivre humilité, apporte une saveur unique, nécessaire au bonheur de chaque petite tomate !

    Depuis ce temps, bien qu’ils préfèrent toujours demeurer dans des bouteilles séparées, Mme Huile et M. Vinaigre font tout leur possible pour bien mélanger tous les ingrédients nécessaires à la recette idéale pour chacune de leurs petites tomates.  Et quand l’un des deux s’emballe et ajoute une trop grande dose de lui-même, ce n’est pas si grave. Parce que maintenant, Mme Huile et M. Vinaigre savent bien que la recette parfaite peut toujours être un peu modifiée, sans pour autant que ce soit dramatique.

    Ainsi, leurs petites tomates nagent maintenant dans le bonheur, même si parfois il leur arrive d’être tristes ou en colère.  Et c’est très bien ainsi, parce qu’après tout, être vivant c’est ressentir toute une gamme d’émotions parfois contradictoires !!!