• 10 étapes pour en finir avec le parent «serviteur» et l’enfant «bulle de verre»!

    Remarquez-vous qu’aujourd’hui, il est plus difficile pour les parents de laisser leurs enfants réaliser des tâches par eux-mêmes, manipuler des outils ou des ustensiles de cuisine, aider à préparer un repas ou même choisir des vêtements? Pourquoi? Peut-être par peur du jugement des autres, par peur que la tâche soit interminable, par peur que le travail ne soit pas réalisée au goût et à la satisfaction du parent « demandeur ». Peu importe la raison, les enfants ont besoin de ces divers apprentissages pour vivre des réussites au quotidien, commettre des erreurs, assumer la conséquence de leurs actions, développer leur confiance en soi et prendre de l’assurance afin de devenir, un jour, un adulte accompli.

    Voici les 10 étapes pour responsabiliser votre enfant

    1. Lorsqu’on veut responsabiliser son enfant, la toute première étape est d’être un bon chef d’orchestre! C’est à l’adulte que reviennent les rôles suivants :

    • Encadrer
    • Guider
    • Offrir des opportunités pour que l’enfant puisse se pratiquer
    • Permettre et accepter les erreurs
    • Accepter que tout ne soit pas fait à la perfection
    • Démontrer ses attentes par des gestes, des mots et des images, afin de faciliter la compréhension de la demande
    • Être patient et indulgent envers l’enfant et envers soi-même
    • Définir un cadre ainsi que des limites claires, constantes et cohérentes

    2. Les responsabilités. Offrir de petites responsabilités qui font partie du quotidien : ranger ses jouets, s’habiller, se laver ou se brosser ses dents. Ce sont des activités qui favorisent l’autonomie et qui permettent à l’enfant de vivre des réussites. Il est possible de débuter ces petits apprentissages très tôt à partir des jeux. Développez et favorisez l’estime de soi et la confiance chez votre enfant. Ce sont des cadeaux précieux et inestimables qui lui seront utiles, tout au long de sa vie.

    3. Les tableaux. Utilisez des tableaux, des images ou des dessins pour définir, avec votre enfant, ce qu’il aura à effectuer dans sa routine ou comme responsabilités quotidiennes. Ceux-ci lui permettront de bien comprendre ce qu’il a à faire, une étape à la fois. Le cerveau a besoin d’images et de tableaux pour faciliter la compréhension et pour se mettre en action.

    4. Les rappels. L’enfant aura besoin de rappels et de signes pour qu’il soit en mesure d’aller consulter ses outils. C’est vous qui devez le guider. Une simple phrase suffit, comme : « Tu es rendu où dans ta routine ou sur ta liste? », « Tu as fait quoi jusqu’à présent? », « As-tu besoin de mon aide? » C’est primordial si vous souhaitez qu’il exécute sa tâche.

    5. L’accompagnement. Si l’enfant résiste, approchez-vous de lui et donnez-lui une consigne claire accompagnée de deux choix. Par exemple : « Tu dois mettre la table,on met de la musique ou tu crées une danse? , Tu mets la table avec ton plus beau sourire ou avec ta plus belle grimace? ». Petit truc : utilisez ses intérêts pour aller le chercher et obtenir une réponse positive.

    6. La constance. Tant et aussi longtemps que la tâche n’est pas réalisée, l’enfant ne peut accéder à l’activité suivante. N’oubliez pas de rester zen et en contrôle. Votre enfant cherche à savoir jusqu’où vous êtes prêt à aller dans vos interventions!

    7. La patience. Bien sûr, il serait beaucoup plus facile et surtout plus rapide de le faire vous-même! Mais, souhaite-t-on vraiment que notre enfant reste notre petit bébé jusqu’à l’âge de 40 ans, avec peu de confiance, d’assurance et de débrouillardise face aux défis du quotidien? Je vous suggère d’être le leader que vous devez être pour lui. Ayez un timbre de voix directif et une intonation plus grave pour capter son attention. De plus, prenez une position droite, solide et ancrez bien vos pieds au sol afin de démontrer que vous êtes sérieux et que vous ne changerez pas d’idée.

    8. Le jeu et l’humour seront de grands alliés dans votre démarche. Ils permettront de régulariser votre humeur et de détendre l’atmosphère.

    9. Être positif. Optez pour des demandes positives au lieu d’utiliser les menaces et les reproches. Les questions à éviter : « Est-ce que ? », « Veux-tu ? » ou « Pourrais-tu ? ». Votre demande n’est pas une suggestion mais bien une consigne à exécuter. Dites-lui plutôt : « Viens, on va prendre le bain », « Mets la table svp », « Viens vider le lave-vaisselle », …

    10. L’encouragement et la valorisation. Tout au long de ce parcours, il sera bénéfique et gratifiant pour votre enfant de vous entendre le valoriser, l’encourager dans ses bons coups, comme dans les moins bons. Souvenez-vous, il est en apprentissage et la perfection n’est pas un critère de réussite!

    Je vous invite à trouver des outils pour rester calme, patient et surtout déterminé à aider votre enfant, à développer son estime, sa confiance et son autonomie avec fierté. Ils vous aideront à mettre en place vos routines et à instaurer les responsabilités au sein de votre famille.

    Bonne réussite!