• Ma fille se fait mordre à la garderie

    • Partagez cet article:
    • Partager sur facebook
    • Partager sur twitter
    • Partager sur Google +
    • Partager sur LinkedIn

    Bonjour,

    J’aimerais avoir des conseils pour la situation suivante. Ma fille va dans un CPE depuis environ 1 an, elle a 22 mois. Elle a un comportement très sociable, elle écoute les consignes, participe bien, elle prête les jouets, aucun problème. Mais là, ça fait 6 fois qu’elle se fait mordre depuis le début de l’année. Étant donné qu’elle parle maintenant, elle m’a dit qui l’avait mordu et ses éducatrices ont souri pour confirmer qu’elle savait ce qu’elle disait, et c’est toujours la même petite fille. Il semble que ma fille soit sa préférée puisqu’elle ne mord pas les autres enfants selon les dires.

    J’ai tenté de parler avec la directrice du CPE, car je trouvais que cela devenait excessif (je sais que c’est un comportement normal chez l’enfant, mais quand même) et la directrice m’a répondu que cela était tout à fait normal. Elle m’a presque fait sentir que je lui faisais perdre son temps lorsque j’ai demandé s’il y avait une possibilité de ne pas mettre ma fille dans le même groupe que cette petite fille-là au changement de groupe qui aura lieu dans quelques semaines, puisque le groupe des deux ans est séparé en deux. Elle m’a répondu que cela ne changerait rien et qu’un autre enfant pourrait quand même mordre ma fille.

    Je comprends lorsque des enfants différents mordent que ça puisse arriver plusieurs fois à ma fille et que ça arrivera peut-être dans le futur aussi, mais là, c’est la même petite fille à chaque fois. J’ai l’impression que les parents ne font pas ce qu’il faut pour corriger le comportement de leur fille alors que moi je discute avec ma fille chaque fois que cela se produit, car les deux premières fois lorsqu’elle s’était fait mordre, ma fille avait essayé de nous mordre le soir même. Après lui avoir expliqué par des exemples et une discussion, elle ne l’avait plus refait.

    Ma question est, est ce que je panique et je demande trop à la garderie, est-ce vraiment normal qu’après 6 fois, il n’y ait pas plus de considération. On me répond que les plans sont mis en place et que les éducatrices surveillent davantage, mais le comportement de la petite fille ne change pas. Je pense que le problème vient des parents de l’enfant plutôt que des éducatrices qui d’après moi font leur travail comme il faut. Est-ce que ma demande de changer ma fille de groupe serait légitime? Que puis-je faire d’autre? Et est-ce que ça vaut la peine de changer ma fille de groupe pour l’éloigner de cette petite fille étant donné que la problématique est isolée? Je suis un peu déboussolée par la réponse de la directrice…

    Merci beaucoup.

    Aurélia


    Bonjour Aurélia,

    Je veux tout d’abord vous rassurer en vous répondant que vous ne paniquez pas. Vous êtes une maman qui veut protéger son enfant, il est donc normal de s’inquiéter si elle est blessée ou si elle vit des situations désagréables. Vos questionnements et vos inquiétudes sont légitimes. J’aimerais cependant souligner que les parents du petit crocodile ne sont pas responsables du comportement de leur enfant. Ils se sentent tout aussi impuissants que vous, si ce n’est pas plus, face à la situation. Ils voudraient bien empêcher leur enfant de mordre, mais sont limités dans leurs interventions étant donné que l’enfant répond à une pulsion, « ici et maintenant », et qu’ils sont au travail au moment de la morsure. Leur rôle est de collaborer avec le CPE pour la mise en place d’un plan d’action. Maintenant, tentons de voir comment nous pouvons modifier cette situation.

    Premièrement, vous avez posé une bonne action : vous avez exprimé votre inquiétude à l’éducatrice et à la directrice de votre fille. Il est important de sentir un lien de confiance avec les personnes qui sont responsables de nos enfants, et ce lien de confiance passe par une bonne communication.

    Vous avez mentionné avoir eu le sentiment que la directrice ne prenait pas au sérieux vos inquiétudes et votre demande, soit celle de changer votre fille de groupe. Elle vous aurait répondu que ceci ne changerait pas la problématique puisque votre fille pourrait se faire mordre par un autre enfant.

    À cet âge, quoique désagréable, mordre n’est pas un comportement hors du commun. Toutefois, il ne faut pas le banaliser non plus. Et il est important de trouver des solutions pour remédier à la situation, surtout lorsque c’est répétitif, comme dans votre cas. Un travail d’observation de la part des éducatrices est nécessaire. Elles doivent tenter de comprendre la situation et les déclencheurs afin de pouvoir adapter leurs interventions. Il peut y avoir plusieurs raisons : une recherche d’attention de l’enfant qui mord, une manière pour lui de s’exprimer lorsqu’il est fâché ou lorsqu’il se fait prendre un jouet, par exemple. Est-ce que cet enfant mord aussi d’autres enfants ou votre fille est-elle la seule « victime »? Si d’autres enfants se font mordre, il serait important que l’éducatrice en parle avec les parents de cet enfant et travaille avec ce dernier pour trouver d’autres moyens de s’exprimer ou d’obtenir de l’attention.

    Si votre fille est la seule qui se fait mordre, il serait intéressant de l’observer, elle aussi, afin de comprendre pourquoi elle est devenue une cible. Observez votre fille : manifeste-t-elle son désaccord si un enfant tente de lui prendre un jouet ou se laisse-t-elle faire? Si elle a plutôt tendance à se laisser faire, il faudrait l’aider à s’affirmer davantage. L’article de Nancy Doyon, « Enseigner aux tout-petits l’affirmation de soi » offre des pistes très intéressantes.

    J’ai déjà vécu une situation similaire lorsque j’étais éducatrice. Un petit garçon mordait régulièrement la même petite fille. La maman de la fillette, tout comme vous, était peinée et même choquée lorsque nous lui disions que sa fille avait été mordue… encore !! Nous avons donc pris la situation en charge, mais ce fut le travail de toute une équipe, incluant les parents. L’une des stratégies était de garder la petite fille près de nous. Dès que l’enfant « mordeur » s’approchait d’elle, nous nous approchions aussi. Ainsi, nous pouvions agir immédiatement lorsque celui-ci tentait de la mordre et l’arrêter avant même que cela se produise. La réaction de l’adulte est aussi très importante. Pour ma part, le petit garçon en question semblait être à la recherche de réactions, et mordre suscite de vives réactions. Ainsi, je ne me suis pas mise à dire « NON » trop fort ou encore à courir vers lui : je restais calme et lui proposais autre chose lorsqu’il voulait « croquer » sa copine. Et puisqu’il n’arrivait plus à atteindre sa cible, celle-ci ne réagissait pas (par ses cris et ses pleurs). Au bout d’un certain temps, la situation s’est résorbée et ce fut terminé.

    J’ai aussi travaillé avec une éducatrice qui avait un garçon de 18 mois dans son groupe et qui avait commencé à mordre fréquemment son petit copain. En lui proposant un devoir d’observation, celle-ci a rapidement noté que le petit coco mordeur se faisait régulièrement voler ses jouets et mordait afin d’exprimer sa frustration. En intervenant rapidement afin de protéger ses jeux et en travaillant avec lui afin de lui proposer d’autres moyens de s’exprimer, la situation s’est réglée.

    Finalement, je vous invite à avoir une autre discussion avec la directrice et l’éducatrice de votre fille. Il est vrai que de la changer de groupe ne signifie pas forcément qu’elle ne subira plus ce qui se produit en ce moment (d’où l’importance de lui apprendre à s’exprimer et à s’affirmer). De plus, même si votre fille et l’autre petite sont dans des groupes différents, elles pourraient se retrouver lors d’activités réunissant tous les enfants du CPE. Toutefois, l’éducatrice et la directrice ont un grand rôle à jouer : celui de protéger les enfants qui sont sous leur responsabilité. Elles doivent comprendre à quel point cette situation vous inquiète et que vous cherchez leur coopération afin que ça cesse. Exprimez-leur aussi vos attentes. Demandez-leur de vous nommer concrètement les interventions qu’elles mettront en place. Je pense que le dialogue demeure le meilleur outil.

    J’espère que ces réflexions et ces pistes vous aideront.