• À 2 ans, elle s’oppose et nous nargue pour TOUT !

    Ma fille nous nargue

    Notre fille de 2 ans s’oppose et nous nargue sur TOUT !

    Bonjour,

    Notre fille a 2 ans et demi. Depuis qu’elle a environ 13-14 mois, elle est fortement en opposition. Du plus loin que nous nous souvenons, dès la première fois où nous lui avons dit « Non, ne fait pas ça », elle s’est dépêchée de faire l’action que nous réprouvions.

    Je sais que nous sommes dans l’âge du terrible Two et que nous baignons fortement dedans puisque notre cocote veut tout faire tout seul et exprimer ses goûts. Le problème, c’est qu’elle teste beaucoup beaucoup notre autorité et nos consignes et ce, depuis toujours. C’est certain que si on lui dit « Stop », « Non ne fais pas cela », elle va le faire en nous regardant avec défiance dans le regard. Et elle va faire des choses que nous n’acceptons pas et pour lesquelles la consigne est claire : ne pas monter sur la table, ne pas vider son verre de lait par terre, ne pas nous niaiser 40 minutes avant de s’habiller, etc…

    Nous encourageons beaucoup ses actions positives. Et parfois, lorsque nous le faisons, elle décide tout bonnement de faire le contraire. Par exemple, nous encourageons son désir d’autonomie. Lorsqu’elle s’habille seule, nous l’encourageons. Elle décide alors soudainement de retirer ses vêtements, de ne pas s’habiller, de se sauver partout et de refuser de s’habiller. Elle va le faire pour attirer notre attention négative, pour nous faire réagir ou simplement en ignorant notre consigne ou en nous narguant : « Na!Na!Na! ».

    Nous lui donnons des consignes claires, souvent en nous penchant à sa hauteur et en la regardant dans les yeux. Le ton devient sérieux et autoritaire. Elle nous rit au visage. Nous avons lâché prise sur certaines choses en sachant qu’elle pouvait retenir 2 à 3 consignes, mais ça ne change rien à son comportement. Avant, nous répétions 3 fois et à la troisième fois, c’était une conséquence (que nous lui avions annoncée). Maintenant, nous répétons une seule fois et si elle le refait, c’est conséquence directe. Nous sommes moins patients. La seule conséquence qui fonctionne vraiment, c’est qu’elle prenne un moment seul dans sa chambre. Pour le reste, nous avons beau dire que nous retirons un privilège, un toutou, pas de télé, pas de sortie, elle s’en fout.

    Lorsqu’elle sort de sa chambre, je lui explique pourquoi elle a eu une conséquence, elle s’excuse, on se fait un câlin. Mais 30 minutes plus tard, elle recommence le mauvais comportement ! Si nous l’ignorons, elle va faire quelque chose de totalement inadéquat ou dangereux pour attirer notre attention.

    Bref, nous sommes un peu à bout de souffle : nous avons constamment l’impression de donner des conséquences par les temps qui courent et de ne pas passer du temps de qualité avec elle en raison de cela. Merci de nous apporter des outils !

    Je vous remercie! Bonne journée!

    Stéphanie


    Bonjour Stéphanie et bienvenue dans le fantastique monde du « terrible two »,

    Premièrement, j’aimerais vous féliciter pour votre persévérance et votre dévouement. Votre appel à l’aide montre à quel point vous aimez bien faire les choses et vous désirez le mieux pour votre puce, c’est tout en votre honneur !

    En lisant votre message une des choses que je vois est que votre fille cherche à contrôler son environnement. Votre fille semble très bien connaître vos limites et s’amuser avec celles-ci à sa guise. C’est une façon comme les autres d’attirer l’attention de ses parents et celle-ci fonctionne à tout coup, alors pourquoi ne pas l’utiliser à bon escient. À cet âge, c’est un comportement tout à fait normal. Pour elle, c’est un peu comme un jeu de vous voir réagir à ses agissements et c’est sa façon d’apprendre qu’est-ce que l’autorité.

    Voici quelques petits trucs pour l’aider à comprendre l’autorité :

    • Faites des interventions brèves accompagnées de gestes concrets. S’il est temps de s’habiller dites-lui : « Il est temps de s’habiller », accompagnez là à sa chambre, faites-lui choisir entre deux vêtements avec un décompte de trois secondes, et quittez la pièce afin qu’elle s’habille seule. Si elle sort de sa chambre, mais qu’elle n’est pas habillée, vous la raccompagnez en répétant que c’est le temps de s’habiller.Vous pouvez fermer la porte de sa chambre jusqu’à ce qu’elle s’habille. Inutile d’en dire d’avantage on ne fera qu’envenimer les comportements négatifs.
    • Lorsqu’elle respecte bien des consignes vous pouvez la féliciter en lui disant : « Super tu es habillée, tu as le temps de jouer un peu si tu le désires » en continuant de faire vos choses ou bien lui dire « Parfait ma puce, maintenant est-ce que tu veux te brosser les dents ou coiffer tes cheveux en premier ? » Il ne sert à rien de faire la fête et de féliciter les comportements avec exubérances.
    • Faites-lui un tableau de ses routines du matin et du coucher avec des pictogrammes. Ainsi, il sera plus facile pour elle de prendre des initiatives adéquates grâce à ce support visuel et de faire des choix par elle-même.
    • Passez du temps de qualité avec votre enfant dans de simples petites choses du quotidien. Le soir avant le coucher lorsque sa routine est terminée prenez le temps de lire une histoire seule avec elle. Dites-lui combien c’est agréable comme moment.
    • Lorsqu’elle a des comportements interdits et qu’elle connait la conséquence il ne sert à rien de faire de grands discours, agissez. Exemple : si vous elle vous tape, vous lui dites un non ferme et allez la reconduire à sa chambre. Après le retour au calme, vous lui dites qu’elle peut revenir jouer après les excuses. Si elle recommence vous refaites la même chose mais elle reste un peu plus longtemps dans sa chambre. Vous ne lui parlez pas lorsqu’elle est dans sa chambre, vous laissez la porte fermée et ne répondez à aucune demande. Ainsi l’attention sera davantage portée vers ses comportements positifs et les comportements négatifs ne lui donneront pas le sentiment d’avoir le pouvoir sur vous.

    Il n’est pas utile de faire de grands discours sur le comportement à avoir à cet âge : pensez à être brève et lui parler de vos attentes par de simples phrases.

    Si vous vous sentez à bout de souffle, vous pouvez aussi vous référer à un coach familial de votre secteur qui pourra vous accompagner dans votre cheminement et voir avec vous les moyens de faciliter votre quotidien et de diminuer les comportements négatifs pour pouvoir profiter pleinement du temps en famille. J