• Lorsque l’apprentissage de la propreté n’en finit plus!

    Bonjour,

    Je ne sais pas si je suis au bon endroit ou si j’aurais besoin d’une consultation, mais j’aurais quelques questions au sujet de mon fils de 4 ans. Mon fils n’est toujours pas propre au niveau de ses selles et il n’arrive pas à dormir seul dans son lit.  

    Premièrement, en lisant vos articles, je prend conscience que je dois changer beaucoup de choses pour l’aider. Toutefois, je trouve difficile de faire l’éducation de la propreté à ce niveau.  Mon fils ne fréquente pas la garderie, il est à la maison avec ma mère qui le garde. Il ne semble pas avoir conscience lorsqu’il fait ses selles, parfois il nous avise quand il l’a fait dans ses culottes, mais généralement c’est l’odeur qui nous en averti. Cela ne semble pas le déranger. Je sais que je suis un peu exaspérée lorsqu’il s’échappe et mon mari n’est pas plus patient puisqu’il n’a pas eu ce genre de problème avec ses filles (maintenant âgées de 16 et 14 ans).  J’ai tout fait ce que je pensais l’aider pour l’amener à faire ses besoins dans la toilette (tableau d’émulation, récompenses, le laisser avec ses selles dans ses culottes durant un temps donné). On m’a conseillé de lui faire laver ses culottes dans la toilette. Chose qu’il refuse grandement puisqu’il trouve cela dégoûtant. Je sais qu’il reçoit de l’attention négative puisque nous allons le changer et que je passe pour la méchante car je le chicane souvent comparativement à ma mère. Mon pédiatre m’a fait une référence à Sainte-Justine, mais le temps d’attente est long et il entre à la maternelle en septembre prochain.

    Ma deuxième préoccupation est que nous avons dû retourner vivre avec ma mère il y a 2 ans. Comme nous étions beaucoup dans un petit logement, mon fils a commencé à dormir avec ma mère. Maintenant il ne veut rien savoir de dormir dans son lit. J’ai essayé bon nombre de fois, sans toutefois y arriver. Mon fils partage sa chambre avec la fille de 14 ans de mon conjoint. Dans la chambre il y a un lit à 2 étages. Comme tout enfant j’ai essayé de le mettre dans son lit, quitte à me relever à tous les 2 minutes. Mais comme il « hurle sa vie », la fille de mon conjoint n’arrive pas à dormir et n’est pas capable de l’entendre pleurer. Ma mère trouve cela inhumain. Je crois également qu’elle a développé une dépendance à avoir mon fils qui dort avec elle

    Je suis un peu à bout. Je souhaite que mon fils aille un développement normal.

    Merci de m’aider,

    Magali


    Bonjour Magali,

    Tout d’abord, je tiens à vous rassurer en vous disant que l’apprentissage de la propreté n’est pas de tout repos et que bon nombre d’enfants vivent des difficultés, à différents niveaux, lors de cette phase développementale.  De plus, chaque enfant est unique et évolue à son rythme, selon ses caractéristiques, sa personnalité, son environnement social et sa structure familiale.  C’est pourquoi je tenterai de répondre à vos questionnements et de vous outiller au meilleur de mes connaissances et des informations mises à ma disposition.

    Donc, vous nous avez écrit en lien avec les difficultés que vit votre fils de 4 ans en ce qui a trait à son incontinence fécale, mais également à cause de problématiques lors des périodes de sommeil.  De prime abord, il est à noter que l’apprentissage de la propreté chez les jeunes enfants se déroule normalement entre l’âge de 2 et 4 ans.  C’est durant cette période que l’enfant apprend petit à petit à «contrôler» ses sphincters, c’est-à-dire les organes responsables de l’évacuation des urines et des selles.  Toutefois, il arrive que chez certains enfants, les garçons plus souvent que les filles, cette période perdure.  Les professionnels s’entendent pour dire qu’après l’âge de 4 ans, il est pertinent de considérer l’incontinence telle un «trouble du contrôle des sphincters», dans le cas présent l’encoprésie, si la problématique est présente depuis plus de 3 mois, qu’elle est vécue au minimum une fois par mois et de manière INVOLONTAIRE.  En fait, l’incontinence fécale ou encoprésie, est caractérisée par une défécation incontrôlable des selles dans des endroits autres que la toilette et la plupart du temps dans les culottes des jeunes enfants.  Nous distinguons deux types d’encoprésie, soit l’encoprésie de type primaire, c’est-à-dire une incontinence fécale qui persiste depuis le début de la période d’apprentissage à la propreté, ainsi que l’encoprésie de type secondaire, soit une incontinence fécale qui survient une fois la propreté acquise et majoritairement à la suite d’un événement stressant ou d’une difficulté d’adaptation de nature psychosociale.  Dans les deux cas, les conséquences de l’encoprésie sont considérables puisqu’elles font atteinte directement à l’estime de soi de l’enfant qui doit composer avec les moqueries et les commentaires désobligeants de ses camarades de classe, minant ainsi ses capacités adaptatives et de socialisation nécessaires à son bon développement.

    Étant donné que l’incontinence de votre fils semble être présente depuis le tout début de son apprentissage à la propreté, il serait important de s’assurer, auprès d’un pédiatre, que les difficultés de contrôle des sphincters ne découlent pas d’une problématique d’ordre médicale et physiologique qui pourrait expliquer que votre fils «ne semble pas avoir conscience lorsqu’il fait ses selles et que cela ne semble pas le déranger».  Qui plus est, étant donné que l’encoprésie de type primaire est souvent reliée à une rétention des selles, il serait pertinent de voir à ce que ce comportement ne soit pas causé par une constipation non traitée et les symptômes qui s’y rattachent.  Mentionnons également le fait que l’encoprésie avec rétention découle bien souvent de difficultés psychosociales reliées au stade de développement de l’apprentissage de la propreté et du besoin d’autonomie/contrôle qui en découle.  Dans de tels cas, il est important de considérer que l’enfant tente, par l’intermédiaire de ses sphincters, de contrôler son environnement, et ce, dans le but d’affirmation certes, mais également dans une optique visant à se sécuriser, à contrer une situation qu’il considère comme étant «inconfortable» ou «stressante».

    En tant qu’éducatrice spécialisée, il est de mon devoir de vous mentionner que seul un pédiatre est en mesure de poser un diagnostic clair d’encoprésie et d’en traiter les symptômes physiques.  Toutefois, voici quelques suggestions et pistes d’intervention qui vous permettront d’accompagner et d’outiller votre fils à travers ce processus d’apprentissage de la propreté et ainsi augmenter ses stratégies adaptatives :

    1. Optez pour une alimentation saine et de l’activité physique
    • Une alimentation équilibrée suivant le guide alimentaire canadien, des aliments riches en fibres, des légumes verts, boire beaucoup d’eau et si possible, consulter une nutritionniste!
    • L’activité physique est favorable au système digestif et aide à avoir un bon transit intestinal. Prenez une marche à l’extérieur avec votre fils, allez jouer au parc, bref faites-le bouger! Si les difficultés sont occasionnées par la constipation, l’activité physique ne pourra qu’être bénéfique J
    1. Optez pour des pratiques éducatives qui visent l’accompagnement, l’encouragement et le soutien
    • Tel que mentionné plus haut, l’incontinence fécale est due à un manque de contrôle involontaire des sphincters. L’enfant n’est pas en mesure de bien comprendre le malaise occasionné par la défécation ou le dégoût d’avoir fait ses selles dans ses culottes. Il est recommandé de ne pas lui faire vivre un sentiment de honte en lien avec l’incident, que ce soit en lui demandant de nettoyer ses sous-vêtements ou bien en le réprimandant.  Cela n’aura pour effet que de créer une situation stressante pour lui, en plus de miner son estime de soi.  Accompagner plutôt votre enfant à la toilette lors des selles, dédramatiser la situation sans trop mettre d’emphase sur l’importance de faire «caca» dans la toilette.  Proposez-lui un livre, racontez-lui une histoire qu’il apprécie, permettez-lui de vous exprimer ce qu’il ressent.
    1. Travaillez des techniques de relaxation
    • Puisque l’incontinence fécale ou encoprésie est souvent reliée à une difficulté d’adaptation, à un événement stressant ou tout simplement à une peur de la douleur occasionnée par la constipation, les exercices de relaxation sont des interventions à préconiser. De plus, les tensions des muscles des sphincters ne sont pas rares chez les enfants aux prises avec une problématique d’encoprésie. Proposez-lui des techniques de respiration abdominales, du yoga, de la méditation au quotidien!  Proposez-lui des activités calmes telles que le dessin, le bricolage ou les casse-têtes .
    • Sécurisez son environnement! Offrez-lui une routine stable, utilisez un tableau de renforcements (collant, récompenses) lorsqu’il se rend à la salle de bain. Réservez-lui  un petit endroit à côté de la toilette dans lequel il retrouvera ses livres favoris, un toutou réconfortant, vous pouvez même faire jouer de la musique!

    Je vous laisse un lien vers un autre de mes articles sur le sujet dans lequel vous pourriez retrouver certaines astuces pour aider votre fils à se détendre au petit coin :  http://www.nannysecours.com/developpement-de-lenfant/apprentissage-de-proprete-signes-y-sontmais-ca-bug/

    En ce qui concerne les difficultés reliées au sommeil, il serait préférable que votre fils commence à développer des stratégies qui lui permettront d’arriver à s’endormir seul et de passer la nuit dans son propre lit.  Il est clair que les tensions et les conflits familiaux auxquels vous faites face au quotidien ont un impact sur les comportements de votre fils.  Je vous recommande fortement de ne pas répondre au besoin de dépendance affective de votre mère qui demande à dormir avec son petit fils, car, à mon avis, il n’en est rien de favorable au sain développement de l’enfant.  Bien que vous viviez tous sous le même toit, vous êtes le parent et êtes la personne la mieux placée pour décider des techniques éducatives à préconiser pour le développement optimal de votre fils.

    Enfin, si la problématique persiste, n’hésitez surtout pas à faire appel à un coach familial de votre région qui saura vous soutenir et vous accompagner dans ce processus.



    Apprentissage à la propreté

    Tableaux de renforcement positif pour accompagner votre enfant dans son apprentissage à la propreté.

    NS-Acheter-vert