• Bonne mère ou une bonne maman ?

    • Partagez cet article:
    • Partager sur facebook
    • Partager sur twitter
    • Partager sur Google +
    • Partager sur LinkedIn
    Être une bonne mère!
    Qu’est-ce qui peut justifier de dire si nous sommes une bonne mère ?

    Je trouvais que mes questionnements et réflexions faites sur la maternité pouvaient convenir tout autant aux futurs parents, aux nouveaux parents, qu’à ceux comme moi qui ont déjà fait un bout de chemin.

    Je me suis posée la question: Suis-je une bonne mère ? La plupart du temps je dirais que oui, du moins je m’efforce de l’être chaque jour.

    Pour s’identifier dans notre rôle de la maternité, deux termes sont utilisés, celui de  »Mère » et celui de  »Maman ». Selon le petit Larousse 2004, la définition de  »mère » se résume à : n.f. femme qui a mis un où plusieurs enfants au monde. Assez court et plutôt froide comme définition. Pour  »maman »  on peut y lire ceci: n.f. Mère dans le langage affectif, surtout celui des enfants. Personnellement, je préfère la deuxième version qui me colle beaucoup plus à la peau.

    Je me suis donc lancée dans dans quelques lectures sur le sujet pour comparer et faire la distinction entre ces deux rôles.

    Le rôle de la mère est relié à ce qui touche la discipline, l’encadrement, ce qui prive, qui contrôle, pose des limites, qui symbolise la frustration chez l’enfant, qui confronte à la réalité. Tandis que celui de la maman serait dans le don de l’amour inconditionnel, de l’accueil, elle donne encore et encore, reçoit, encourage, soigne, accepte, permet, parfois un peu trop. Dire non pour une maman peut parfois être difficile.

    Est-il plus facile pour vous d’être une bonne mère ou une bonne maman? De mon point de vue, cela dépend de plusieurs facteurs, entre autres celui de note bagage d’enfant que nous avons été, de l’éducation que nous avons eu, des expériences vécues, les valeurs que l’on a reçues et de celles que nous voulons transmettre à nos enfants.

    Je crois que nous sommes constamment en train de jongler entre les deux et qu’au fil du temps et des années qui passent, nous évoluons, nous grandissons. Nous nous remettons en question sur ce que nous avons fait, aurions du faire où comment nous pourrions où aurions dû le faire.

    Nous vivons parfois de la culpabilité d’être trop ou pas assez l’un ou l’autre. Suis-je capable de me pardonner ? De me pardonner qu’il y a des jours où je suis ou je serais un peu moins bonne mère, un peu moins bonne maman ?

    Prendre du recul, pour s’écouter, lâcher prise, se faire confiance en disant que nous avons essayé. Que ça n’a pas fonctionné cette fois mais que nous avons encore une chance de recommencer.

    Et si nous nous donnions chaque jour comme défi de faire tout simplement de notre mieux ?