• L’allaitement ou le biberon? Un seul mot d’ordre : RESPECT!

    allaitement VS biberon

    Choisir l’allaitement versus l’utilisation du biberon, on en entend parler partout, absolument partout! À partir du moment où on annonce sa grossesse, on entre sans le savoir dans un débat public où tous et chacun ont le droit d’émettre leurs opinions sur notre choix d’allaiter ou de donner le biberon. Ce choix futur est alors approuvé par certains tandis que d’autres revendiquent ardemment leurs croyances pour s’assurer qu’on choisisse LA bonne voie ! Je ne ferai donc pas ici la liste des avantages et désavantages de chacune des options sur la manière de nourrir son bébé, il y a déjà bien assez de littérature sur ce thème. Je vais plutôt faire un texte qui, au travers de ses énoncés, proclame le respect, l’empathie et l’acceptation dans la différence reliée aux décisions des mères sur ce sujet.

    Voyageons mentalement ensemble… Imaginez-vous, être encore complètement épuisée des suites d’un accouchement excessivement pénible qui s’est déroulé il y a deux mois. Le conte de fée où tout roule comme sur des roulettes, ce n’est pas votre histoire avec la maternité jusqu’à maintenant… L’accouchement a fait ses ravages, vous souffrez encore des reliquats de vos déchirures et je vous épargne ici les détails que vous pouvez certes imaginer.

    Depuis le début, ce sacro-saint allaitement n’est pas un franc succès, voire même un quasi échec, avec vos seins que vous ne reconnaissez même plus pour achever le portrait. Vous avez des problèmes avec l’allaitement, faut se rendre à l’évidence : la prise du sein est difficile, vous ne produisez pas assez de lait, vous avez essayé tous les « tire-lait » possibles, même celui hyper performant loué à la pharmacie ne tire pas assez. Vous avez contacté une marraine d’allaitement, une spécialiste en lactation et vous connaissez presque par cœur une bonne partie des ouvrages sur le sujet. Malgré tous ces efforts, ça ne va pas vraiment… Bébé perd du poids, la nuit il se réveille aux deux heures et entre les boires, vous tirez du lait, car l’allaitement au sein ne fonctionne pratiquement pas. La fatigue est maintenant votre meilleure amie. Quand votre conjoint quitte pour le travail, les larmes coulent le long de vos joues. Chaque journée, devient alors une montagne de plus en plus grosse à surmonter.

    Si cette maman fictive décide de ne plus allaiter, ce n’est pas parce qu’elle ne veut pas donner le « meilleur » à son enfant, mais c’est bien au contraire pour offrir le meilleur d’elle-même. Elle pense à arrêter, car elle est épuisée et avec tout cet épuisement, c’est difficile d’apprécier son nouveau rôle de maman. Oui dans le lait maternel, il y a mille et une propriétés. Cependant si la mère est complètement épuisée mentalement et physiquement, ce n’est pas mieux! Une maman heureuse et plus reposée, est aussi un élément très important à prendre en considération dans une prise de décision. Personne ne devrait mettre de pression à une mère pour poursuivre ou non l’allaitement lorsqu’elle vit, en plus, bien assez de difficultés dans son lot quotidien. L’entourage a un rôle de soutient, d’encouragement, mais aussi de respect dans la réalité émotive et physique de la maman. Mais, bien au-delà de tout ça, une maman peut aussi, tout simplement, refuser d’allaiter pour des raisons personnelles et elle en a TOTALEMENT LE DROIT sans devoir se justifier à tous! Un enfant n’aura pas une vie gâchée parce que sa mère ne l’a pas allaité.

    Retournons maintenant dans une autre mise en scène: imaginez-vous avoir rêvé toute votre vie d’être une mère et lorsque bébé arrive, c’est la fusion totale, le bonheur suprême, au-delà même de vos attentes. Vous vivez des moments comme vous n’en avez jamais vécus. Vous aimez savoir que la nourriture qui permet à votre enfant de grandir provient de vous-même. Chaque fois que vous allaitez, vous avez l’impression de vivre un moment qui ne reviendra peut-être jamais. Le temps passe, bébé grandit, il a maintenant 2 ans et demi et vous continuez de vivre ces moments plein de tendresse à travers l’allaitement qui vous rappellent à chaque fois le lien unique que vous avez avec votre enfant.

    Devrions-nous juger cette mère par des propos tels que : « Son garçon est bien trop vieux, ça fait longtemps qu’elle aurait dû arrêter! » et « Il y a quelque chose de malsain là-dedans! ». Il n’y a absolument pas lieu, encore une fois, de juger cette mère qui veut seulement offrir le meilleur à son enfant selon ses convictions…

    Pour conclure, il est important de se rappeler qu’autant il y a de mères, autant il y a d’histoires différentes avec des vécus tout aussi différents. Chaque mère possède son chemin personnel qui l’amène à prendre des décisions en fonction de cette réalité unique. Rien ni personne, à mon avis, ne devrait se permettre de rabaisser les choix d’une mère en fonction qu’elle allaite ou donne le biberon. En bout de ligne, nous sommes toutes dans la même équipe, l’équipe « des mamans » qui souhaitent voir leurs enfants s’épanouir!

    Enlevons nos lunettes de jugement pour voir les merveilleuses couleurs qui représentent les autres parents, parfois si différents de nous…