• Entre joie et nostalgie

    le premier appartement d'un adolescent

    Sommes-nous vraiment préparé à leur départ…? Bon je sais que la plupart d’entre vous lecteurs avez de jeunes enfants. Le départ de ceux-ci n’est pas sur le top 10 de vos inquiétudes. Vous avez un peu raison de ne pas vous en faire. Mais un jour…

    J’y suis. Le plus vieux est parti dans son appartement. Il y est très très très heureux ! Ce sentiment à lui seul me rend heureux. Je sais qu’il cherche toujours du travail pour y arriver. Je sais qu’il calcule plus qu’avant. Je sais que parfois il s’en fait avec la fin du mois. Je sais qu’il regarde maintenant les spéciaux pour l’épicerie…

    Hey ! R’garde donc ça…moi aussi ! Il est dans la cour des grands. Il y est. Il n’a pas l’intention de revenir un arrière. Sa maman et moi avons réussi à lui transmettre juste assez d’amour, d’information et de sens de la responsabilité pour qu’il puisse mentionner ce sentiment : Papa je suis heureux !

    Avez-vous peur que je vous casse les oreilles avec mes enfants et que je vous dise combien ils sont beaux et bons? Ne vous inquiétez pas. Tout ce que je tente de vous dire est que le sentiment de mon garçon provient d’un travail à long terme. Nous n’avons pas commencer à lui transmettre ces valeurs il y a un an…mais il y a bien 19 ans…il a 19 aujourd’hui !

    Élever un enfant est un travail à long terme…très long terme. Vous êtes en train de préparer sa vie d’adulte maintenant. Ce que j’ai compris avec mon plus vieux est que ce voyage est un bizarre de mélange entre profiter de lui (laisser tomber la performance au profit des enfants) et l’éduquer en pensant que les résultats arriveront bien plus tard (un enfant est un investissement à long terme pour les amateurs d’argent !!! lol).

    Profiter de lui c’est être là. C’est tout. Pas d’histoire de qualité de temps vs quantité. Juste être là. Vous vouliez un enfant ? Soyez là ! Les enfants ne changent pas…ils « microchangent ». C’est très subtile les changements, leurs apprentissages, la façon dont ils décodent la vie. Il faut être là pour voir que tout à coup ce n’est plus bleu sa couleur préférée mais noire…pourquoi ?! Être là ne veut pas dire être un G.O. pour l’enfant. Mais s’il a un besoin qu’apporte le « micro-changement »…vous serez là !

    Savez-vous que la plupart des papas qui sont passés par là (entendez qu’ils sont plus vieux que moi) me disent tous la même chose ou à peu de choses près : j’aurai dû être plus là !

    Puis l’éduquer, alors là c’est de la grosse job. Du « gros ouvrage » comme dirait mon grand-père ! L’amener à être responsable de ses choses commence tôt, très tôt ! N’ayez pas peur de demander des choses aux enfants et ne pas se laisser séduire ou ramollir par leurs découragements ou leur tendance naturelle à ne pas vouloir avoir plus de choses à faire que jouer. Ne vous laissez pas avoir par leur regard qui dit ; « Pas tout de suite svp !!! Plus tard !!! » Soyez confiant et exigez d’eux de faire des tâches. Plus tard ils vous en seront reconnaissants.

    Pourquoi je vous dirais cela maintenant? Vos enfants sont si jeunes. Eh bien, parce que mon plus vieux est parti et que sa mère et moi voyons enfin les résultats de l’acharnement et c’est très beau. Mon deuxième est parti faire une partie du tour du monde avec un sac à dos et un gros paquet de confiance. Ils sont partis nos deux plus vieux et nous sommes, la maman et moi, confiants que toutes aventures rencontrées, ils pourront y faire face.

    Comment vous me demandez ? Je n’en ai aucune idée !

    Maintenant vous voulez me poser LA question. Est-ce que je m’ennuie de leur présence quotidienne après avoir passé au travers tout ça ( et je sais qu’il en reste à venir) la petite enfance, l’adolescence, les crises et les doutes…la réponse est si simple :

    Oh oui !