• Dr Facebook

    • Partagez cet article:
    • Partager sur facebook
    • Partager sur twitter
    • Partager sur Google +
    • Partager sur LinkedIn
    Dr Facebook
    Boutons, rougeurs, gratouilles, vomi, fesses irrités, température, torticolis, poux, crachages, radotages, maux de tête, pieds qui puent….

    Des enfants malades, de quoi rendre papa-maman plus qu’inquiets, comprenez-moi bien! Appréhensions, remise en question, anxiété, perte de contrôle, peur du pire, ce sont ces sentiments à peine modérés que plusieurs peuvent éprouver à la vue des yeux abattus de leur chéri. Comment y remédier?

    Au-delà de belle-maman, cousine, amis, pharmacien, infirmière, médecin de famille, CLSC, 811, clinique, au pire l’urgence, saviez-vous maintenant que le « Monde 2.0 » compte désormais parmi les références médicales de quelques-uns!

    Pas juste dans mon bureau de garde-malade où l’on a défié mon plan d’intervention à coup d’arguments tirés du profil Facebook de Gitane200, soigneuse à ses heures. C’est aussi sur ma page personnelle que j’ai vu ces « que faire?????» bien sentis lancés avec espoir dans l’univers technologique face, entre autres, à un pli interfessier irrité et accompagné, attention tout le monde, d’une photo à l’appui!

    Et que dire des traitements s’y rattachant? Pâte à dents, fécule de maïs, généreux don de cortisone passée-date de la voisine, ventilateur en guise de sèche-fesses, des recettes maisons, j’en ai vues plus que mes yeux sont capables de rouler dans cette rubrique commentaires.

    Encore heureux qu’il ne s’agisse que d’une petite raie inflammée. Tout autrement quand il s’agit d’un problème de santé prioritaire banalisé malencontreusement par un parent ne sachant trop à quel saint se vouer! Malgré la meilleure volonté du monde, vient alors que Dr Facebook s’avère incompétent, compromettant possiblement la santé des petits, de votre petit!

    En sommes-nous réellement là?

    Face aux difficultés d’accessibilité aux services de santé chez certains, oui il y a de ces parents qui se tourneront vers ces plans B de toutes sortes. Ceci dit, des ressources il y en a!

    La pharmacie à proximité de votre logis, en voilà une possibilité. Monsieur-Madame le pharmacien, après son doctorat en santé, se voit absolument capable d’évaluer votre enfant et surtout, de le diriger adéquatement vers un plan thérapeutique. Idem pour les infirmières œuvrant dans ce même milieu et celles du CLSC.

    « Je vais être pogné pour aller à l’urgence je te gage… »

    Si votre médecin de famille, votre pédiatre ou encore la clinique sans-rendez-vous ne peuvent vous accueillir, OUI! N’allez surtout pas croire que tous les professionnels de la santé cherchent à se débarrasser de vous en vous y envoyant, qu’ils jouissent à l’idée de vous faire perdre un petit douze heures dans votre sacro-sainte journée ou encore jouent la carte de l’insécurité. La vie de parents, c’est aussi ça! Et vaut mieux y aller pour pas grand-chose que pour une maladie grave!

    40 degrés de fièvre chez l’enfant, ça nécessite une investigation médicale. Une diarrhée persistante aussi en plus d’un petit soluté! Une toux un peu trop creuse, une radiographie des poumons! Un mal de gorge n’en finissant plus, une culture de cette région! Idem pour le pipi qui brûle depuis 4 jours! Examens diagnostics que Dr Facebook néglige…malheureusement.

    Et si votre moteur de char flanchait, auriez-vous tendance à le faire « soigner », photo à l’appui, par Jos-Bine des réseaux sociaux ayant pour connaissance mécanique un zéro pis une barre? Qu’en est-il alors de vos trésors? Pensez-y…

    P.S. En connaissez-vous des infirmières, pharmaciens, médecins, qui examinent bébé-d’amour à travers leur écran? Moi non, et je sais pourquoi!

     

    Rédaction : Myriam Bouchard, Infirmière et sexologue

    viedeparents.ca