Cliquez ici

Méga crise durant la nuit!

Méga crise durant la nuit!

Bonjour ,

Je suis une maman de 32 ans bientôt et j’ai une petite fille de bientôt 3 ans. Mon gros problème est que ma fille se réveille la nuit genre à 2h00 du matin pour me faire une colère. Des claques aux morsures, par les cris et tout arracher, elle se frappe et se lance par terre. Elle se cogne la tête où elle peut et je n’ai pas le droit de parler sinon je mange des tapes assez dures merci. Et quand elle finit par se calmer, genre au bout d’une heure, je lui demande pourquoi elle m’a fait ça et elle me dit qu’elle veut son papa… Je suis séparée depuis qu’elle a 6 mois et je crois que son papa lui manque même s’il vient la chercher une fin de semaine sur deux.

Aidez-moi svp…

Une maman qui ne sait plus comment agir, ni quoi dire à sa puce

Merci  Juany..


Bonjour Juany,

Quelle situation désagréable à vivre pour vous. Je saisi très bien votre désarroi et l’impuissance qui est présente lors de ces colères nocturnes. Bien sûr, il y a toujours plusieurs facteurs à considérer dans une situation problématique. Je vais donc tenter de vous lancer sur quelques pistes de réflexion et de solutions.

Tout d’abord votre fille a presque 3 ans. À cet âge, il est très fréquent d’avoir affaire à des colères de la part de son enfant. Voilà pourquoi je me questionne à savoir si votre fille fait d’autres crises ou colères durant la journée. Votre gestion des crises au quotidien est déterminante dans le déroulement des crises de nuit. Si effectivement, vous vivez de grosses colères dans la journée et que ces moments sont aussi difficiles, il faudra commencer par intervenir adéquatement le jour. Consulter les deux textes suivants sur le site de NannySecours fin de vous guider :

Le fameux « terrible two » & Ha! Les vilaines crises

Si les crises ne surviennent que la nuit, il serait bon d’explorer différentes avenues qui peuvent expliquer la situation. En voici quelques-unes :

Quand est-ce que ça a commencé? Est-ce qu’il s’est déjà passé quelque chose durant la nuit? Ce peut être en lien avec votre séparation ou toute autre événement. Parfois, il arrive qu’un enfant réagisse à un déclencheur qui puisse paraître banal au départ. Il serait bon d’y réfléchir quelques instants et surtout de voir ce qui s’est passé dans les temps précédant le début de ses crises.

Est-ce que votre fille fait des terreurs nocturnes?  Les crises peuvent alors être très intenses! Avez-vous l’impression qu’elle est réveillée ou qu’elle est semi endormie lorsque vous allez la rejoindre ? Si elle n’est pas réveillée, mieux vaudrait la laisser se réveiller comme il faut avant d’intervenir puisqu’elle semble mal réagir à l’intervention. N’hésitez pas à vous documenter sur le sujet. Si elle est bien réveillée, il serait conseillé de changer votre façon de gérer la situation telle que je le vous décrirai plus bas.

Est-ce que cette situation se présente aussi chez le père? Si oui, comment est-ce qu’il gère la situation? Si non, il est possible que la « raison » donnée par votre fille ait quelque chose de vrai. Il serait important d’en parler avec votre fille en dehors des moments de crises. À son âge, il est très difficile pour elle de saisir ce qui se passe. Ceci est déclencheur de beaucoup d’insécurités, d’incompréhensions et même de frustrations. Vous pouvez lui raconter des histoires sur le sujet et lui répéter régulièrement que maman et papa ne sont plus des amoureux mais qu’ils seront toujours son papa et sa maman. Que ça ne change rien à l’amour que vous avez pour elle et ce, même si papa est là moins souvent. En ayant de courts moments de discussion avec elle, il est important de reconnaître qu’elle puisse être fâchée, s’ennuyer, vouloir le voir plus et lui dire que vous comprenez ce qu’elle ressent, que c’est normal et qu’elle a le droit! À cet âge, une bonne façon d’extérioriser les sentiments est de faire passer les messages en faisant parler des toutous, en lui demandant ce qu’elle en pense et ce que l’autre toutou répondrait. Vous pouvez vous amuser tout en lui venant en aide.

J’ai aussi envie de vous demander comment ça se passe pour vous suite à cette rupture. Comment vivez-vous cette décision dans votre vie? Culpabilité? Regret? Peine? Ou encore, est-ce que le père vous en veut dans la situation? Quoi qu’il en soit, si vous avez une charge émotive qui reste présente face à cette séparation, votre fille le ressent et peut y réagir. Si c’est le cas, je vous encourage fortement à prendre soin de vous là-dedans et à aller chercher l’aide nécessaire pour être bien dans votre situation actuelle. On sous-estime trop souvent l’impact de notre propre vécu sur nos jeunes enfants.

Finalement, après avoir exploré toutes ces avenues, il vous faut encadrer les crises durant la nuit. Avec le descriptif que vous m’avez donné, il me semble que votre fille a beaucoup de pouvoir lors de ses crises. Si vous restez présente à vous occuper d’elle et lui donner de l’attention durant jusqu’à parfois une heure, il est peu probable qu’elle s’arrête puisqu’elle a beaucoup trop de gains à son comportement. De plus, elle semble mettre le paquet dans sa manifestation de colère, ce qui me laisse croire que vous vous montrez impressionnée par son comportement. Voici ce que je vous suggère :

  • Assurez-vous que sa chambre est sécuritaire, sans objet dangereux pour elle. Elle doit pouvoir y faire sa crise seule de façon à ce que ce soit sans danger.
  • Dans la journée, durant un moment de calme, expliquez-lui que vous voyez bien qu’il y a quelque chose qui ne va pas et qu’elle est en colère le soir. Dites-lui qu’elle peut toujours compter sur vous, mais que vous ne pouvez pas tolérer un tel comportement. À partir de maintenant, elle devra se calmer si elle veut que vous soyez présente. « Je vais venir te voir et si tu es en crise, je reviendrai quand tu seras calmée »
  • Ensuite, appliquez ce que vous avez dit. Lors des réveils et des crises, vous pouvez aller la voir afin de vérifier si elle a besoin d’être rassurée ou autre. Si après une minute ou deux vous voyez qu’elle est incontrôlable, dites-lui: « Tu as le droit d’être en colère, mais pas de faire une crise comme ça.  Je vais revenir quand tu seras calmée. » et sortir de la pièce. Revenir la voir lorsqu’elle sera calmée. De cette façon, vous lui montrez clairement qu’elle ne peut pas gérer ses réactions de cette façon.

Cette partie vous demandera beaucoup de force et de fermeté selon l’ampleur de sa réaction. Vous pourriez avoir droit à ce moment-là à ses plus grosses crises, surtout si la situation dure depuis un certain temps. Tenez bon et vous verrez la situation s’améliorer au fil des nuits. N’hésitez pas à demander de l’aide à votre entourage pour vous encourager et vous soutenir.

Éviter de demander pourquoi l’enfant fait son comportement à cet âge. Préférez refléter son émotion et demander ce qui se passe : « Ouf… tu étais fâché tout à l’heure hein? Qu’est-ce qui s’est passé? »