Cliquez ici

Retarder l’introduction des allergènes?

Retarder l’introduction des allergènes?
Les allergies alimentaires sont devenues monnaie courante chez les enfants. On en rencontre de toutes sortes : allergie aux noix, aux arachides, aux fruits de mer, au kiwi, à la fraise, au blé, aux œufs, etc. Certains experts croient que plus bébé est exposé tôt à des allergènes, plus il est susceptible de développer des allergies durant l’enfance.

À titre d’exemple, lorsqu’on introduit des aliments solides avant l’âge de 4 mois, il y aurait un risque plus élevé de dermatite atopique (irritation de la peau). On recommande l’introduction des aliments complémentaires à l’âge de 6 mois, notamment pour cette raison.

La cause : un intestin fragile

L’intestin, c’est la frontière entre l’extérieur et l’intérieur du corps humain. Chez l’adulte, l’intestin est mature et ne laisse pas traverser n’importe quoi qui puisse atteindre la circulation sanguine. Toutefois, l’intestin de bébé est fragile : on le dit très « perméable », car il laisse facilement passer des composés alimentaires, risquant d’entraîner des allergies.

Quoi faire pour les prévenir ?

Si papa ou maman sont atteints d’une allergie quelconque (alimentaire ou non), on peut penser que l’enfant est plus à risque d’en souffrir. Plusieurs tentent d’introduire plus tardivement certains aliments dits « allergènes » afin de protéger l’enfant des allergies. Toutefois, la Société américaine de  pédiatrie a tout récemment confirmé qu’il n’existait aucune preuve évidente démontrant que l’introduction tardive des aliments permettait d’éviter l’apparition d’allergies.

Néanmoins, si l’enfant est issu d’une famille à risque d’allergies, nous pouvons tenter de respecter le calendrier d’introduction des solides, afin de se sentir rassuré :

  • 12 mois : Lait, produits laitiers (yogourt, fromage) et produits dérivés du soya.
  • 18 mois : Légumineuses et œufs entiers (blanc et jaune).
  • 2 ans : Thon et saumon en conserve.
  • De 3 à 5 ans : Autres poissons, fruits de mer, arachides, noix, kiwi et sésame.

Pour le moment, la meilleure recommandation à l’égard de la prévention de certaines réactions allergiques de votre tout-petit concerne l’allaitement. En effet, l’allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois de vie pourrait diminuer de façon significative les risques d’allergies, de même que leur sévérité, et ce, même chez les familles à risques d’allergies (parents atteints d’allergie). Certains prétendent que d’allaiter jusqu’à l’âge de 1 an est encore plus bénéfique.

Vous avez des questions ou des doutes concernant les allergies alimentaires de vos enfants ? Consultez l’Association québécoise des allergies alimentaires www.aqaa.qc.ca

 

ATTENTION – ATTENTION- ATTENTION

La Société canadienne de pédiatrie a publié le texte « Le moment d’introduire les aliments allergènes solides chez les nourrissons à haut risque » dans lequel vous découvrirez les recommandations les plus récentes à ce niveau.

Geneviève Nadeau Dt.P. Nutritionniste

Dynamique et passionnée de vie saine, Geneviève Nadeau, est à l’écoute des gens qui n’ont pas le temps de cuisiner ou de se soucier de leur alimentation. Elle veut les accompagner pour leur prouver que bien manger, ce n’est pas si compliqué !