• Parents et éducatrices unis pour une intégration réussie!

    Depuis quelques années, nous avons observé un nombre grandissant d’enfants intégrés dans les garderies, les écoles, les activités de loisirs, etc. Si, pour plusieurs d’entre eux, l’expérience est enrichissante, pour certains enfants, l’intégration représente encore un défi. Voici donc quelques conseils pour faire vivre une intégration positive aux enfants ayant des besoins spécifiques en milieu de garde. Vous constaterez rapidement que la philosophie d’intervention que je propose peut convenir à tous les enfants!

    Se préparer en tant que parent

    En tant que parent, vous avez certainement beaucoup de questions et possiblement quelques préoccupations que vous aimeriez adresser! Je vous suggère de prendre le temps de les noter, puis de demander à rencontrer la directrice et l’éducatrice qui s’occupera de votre enfant. Lors de cette rencontre, vous pourrez poser vos questions, parler de vos préoccupations, visiter le local, vous familiariser avec le fonctionnement du milieu et, même, identifier ce qui pourrait représenter un défi pour votre enfant.

    N’hésitez pas à demander aux intervenantes quelles sont les interventions prévues pour les comportements ou les situations qui vous préoccupent, quel est le matériel dont elles disposent, quels sont les accommodements possibles, etc. Je vous encourage aussi à leur demander quelles sont leurs attentes envers vous – les parents.

    C’est également un bon moment pour faire vos demandes. Vous aimeriez fournir votre matériel ou vos outils d’intervention ?  Parlez-en! Vous pensez à un accommodement qui pourrait être bénéfique pour votre enfant ? Nommez-le! Vous êtes le spécialiste de votre enfant : vous le connaissez mieux que quiconque. Toutefois, il se pourrait que son comportement et ses besoins soient différents à la garderie. En travaillant en étroite collaboration avec son éducatrice, vous faciliterez grandement son intégration!

    Préparer son enfant

    Chaque enfant a des besoins différents en matière d’intégration. Si votre enfant a un tempérament plus anxieux, il peut être intéressant d’envisager une intégration graduelle ou partielle.

    Vous pouvez commencer par lui raconter l’histoire d’un enfant qui fréquente la garderie et répondre à ses questions. Vous pouvez lui montrer une photo de l’endroit qu’il fréquentera, puis l’amener visiter cet endroit (à l’extérieur pour commencer, puis à l’intérieur). Choisissez idéalement des moments où l’achalandage est réduit.

    Ensuite, vous pouvez lui montrer des photos de la directrice et des éducatrices qui l’accompagneront, puis les rencontrer ensemble. Et finalement, prévoyez une transition: vous pouvez convenir d’un horaire qui répondra à ses besoins (une heure, une demi-journée, une journée complète, etc.). Toutefois, soyez vigilant pour ne pas créer trop de transitions, car chaque transition demande une adaptation. Il peut donc être préférable et bénéfique pour l’enfant de ne pas trop étirer cette période transitoire.

    Valoriser les forces de l’enfant

    Au-delà de sa différence et de ses défis, l’enfant ayant des besoins spécifiques a des forces, des talents et des qualités qu’il faut mettre de l’avant! À la maison comme à la garderie, tous les enfants ont besoin de se sentir aimé, reconnu et valorisé. L’enfant qui a des besoins spécifiques a besoin, lui aussi, d’une place à part entière dans sa famille, comme dans son groupe.

    En tant que parent et en tant qu’éducatrice, vous avez un rôle important à jouer à ce niveau. En reconnaissant et en valorisant ses forces, vous influencerez le regard que les autres – enfants et adultes – porteront sur lui. Vous lui ouvrirez tout un monde de possibilités! Vous lui permettrez de grandir en vivant des succès, en étant accepté tel qu’il est et en étant fier de lui.

    Être à l’écoute des besoins

    Pour faciliter l’intégration des enfants ayant des besoins spécifiques, le milieu et les intervenantes doivent savoir s’adapter. Cela exige régulièrement de s’ajuster aux besoins du moment, de personnaliser ses interventions, et, parfois, d’utiliser des outils qui répondent aux besoins spécifiques de l’enfant.

    Je vous invite à observer le comportement de l’enfant comme étant un indicateur de ce qui se passe à l’intérieur de lui. Quand il s’oppose, quand il devient agité ou quand il cherche à fuir, il vous envoie un message. Votre rôle est de décoder ce message!

    Voici quelques pistes de réflexion pour vous aider :

    • Est-ce que ses besoins de base sont comblés : a-t-il chaud ou froid, a-t-il faim ou soif, est-il fatigué, a-t-il besoin d’aller à la toilette ou d’être changé, etc.
    • Est-il en réaction par rapport à un changement ou une transition?
    • A-t-il compris ce qui est attendu de lui (consignes, demandes, etc.)?
    • Est-il surchargé sur le plan émotionnel ou sensoriel?
    • Vit-il un conflit avec un autre enfant du groupe?

    Les indices se trouvent souvent dans ce qui s’est passé juste avant, d’où l’importance d’observer la situation dans toute sa globalité. Une fois que vous aurez trouvé l’élément déclencheur, il sera plus facile de répondre aux besoins de l’enfant. Dans tous les cas, l’enfant a d’abord besoin d’être rassuré. Il peut être nécessaire de le retirer dans un endroit plus calme, à l’abri des regards, du bruit et des autres stimulations.

    S’il s’agit d’un comportement récurrent, je vous invite à concevoir un plan d’action afin de planifier vos interventions, de cibler des moyens de prévention et de choisir les bons outils et les bonnes stratégies pour cet enfant spécifiquement.

    Respecter le rythme de l’enfant

    En tant que parent, vous avez probablement des attentes envers le milieu de garde. Peut-être avez-vous hâte que votre enfant développe ses habiletés de communication, de socialisation ou d’autonomie. Tous les enfants ayant des besoins spécifiques, selon leur rythme, leur tempérament et leurs défis personnels, peuvent apprendre et se développer.

    Souvent, il est nécessaire de décortiquer les objectifs en plusieurs petites étapes afin de les rendre plus facilement atteignables pour l’enfant. Pour y arriver, je suggère de se poser la question : « quel serait le premier pas à faire pour mon enfant »? Ce pas doit être le plus petit pas possible, suivant la logique que nous grimpons l’escalier une seule marche à la fois! De plus, assurez-vous que l’enfant comprenne ce qui est attendu de lui. Le nommer n’est pas toujours suffisant : certains enfants pourraient avoir besoin d’un support visuel (objets, photos, ou pictogrammes), d’un scénario social, d’un soutien individuel ou de pratiques régulières.

    Pour certains enfants, il sera possible de travailler deux à trois objectifs à la fois. Pour d’autres, il faudra y aller un objectif à la fois, d’où l’importance d’ajuster nos attentes, nos demandes et nos interventions à chacun des enfants! Dans tous les cas, je vous invite à célébrer chaque petite victoire! Cela fera vivre plusieurs petits succès à l’enfant, ce qui viendra renforcer sa confiance en lui et son estime de soi, tout en maintenant sa motivation!

    Sensibiliser sans tout dévoiler

    Les enfants ont besoin de comprendre. Cela dit, ils n’ont pas besoin de tout savoir! Quand un enfant ayant des besoins spécifiques est intégré dans un groupe, que ce soit à temps partiel ou à temps complet, il se pourrait que les autres enfants posent des questions : « Pourquoi il fait ça ? », « Pourquoi il ne veut pas jouer avec moi ?», « Pourquoi il ne me répond pas ? », « Pourquoi il a une éducatrice juste pour lui ?», etc.

    Sans tout expliquer le comment du pourquoi, nous pouvons sensibiliser les enfants au fait que chaque personne a ses goûts, ses intérêts, sa personnalité et ses besoins. On peut aussi faire ressortir certaines similitudes entre les différents enfants du groupe pour leur démontrer que nous avons aussi des points en communs avec les autres!

    Pourquoi ne pas encourager les autres enfants de la garderie à faire le premier pas? Proposez des façons d’entrer en contact avec l’enfant, des façons de l’aider à se sentir bien, des petits gestes à poser pour lui faire plaisir, etc. Ces petits gestes et ces petites attentions aideront l’enfant à se sentir en confiance et en sécurité dans son groupe.

    S’unir pour réussir

    Vous avez sans doute compris qu’il n’y a pas de recette magique! Si le respect, l’amour, la reconnaissance, la communication et la valorisation sont au centre de vos interventions : vous ne vous tromperez pas! Maintenant, parents et intervenants, unissons-nous pour permettre aux enfants ayant des besoins spécifiques de déployer leur plein potentiel et de vivre une expérience d’intégration enrichissante!