Cliquez ici

Comment aider mon enfant s’affirmer davantage face à un intimidateur?

Comment aider mon enfant s’affirmer davantage face à un intimidateur?

Depuis quelques années, on parle énormément d’intimidation. Bien que le sujet doive être pris au sérieux, le terme est toutefois très galvaudé selon moi. Adultes et enfants, nous voyons de l’intimidation un peu partout.

Mais est-ce toujours de l’intimidation ? Une chose est sûre, notre rôle est d’outiller nos enfants afin qu’ils apprennent à s’affirmer de façon adéquate avec les autres. Ces notions les aideront tout au long de leur vie.

Que peut-on faire en tant qu’adulte ?

  • Ne pas dramatiser. Il nous arrive parfois d’amplifier une situation sans nécessairement nous en apercevoir. Notre cœur de parent aimerait tellement éviter tout malaise à notre enfant qu’il nous pousse à le surprotéger. Tentez d’éviter d’utiliser le mot « intimidation » dès que votre enfant vous raconte une situation désagréable qu’il a vécue, afin d’empêcher qu’il se perçoive aussitôt comme une victime.
  • Ne pas banaliser. Il est tout aussi important de ne pas prendre à la légère les propos de votre enfant. S’il a choisi de vous en parler, c’est qu’il en ressentait sûrement le besoin. Les phrases classiques « Ignore-les » ou « Laisse-les faire, ils vont arrêter » ne l’aideront malheureusement pas à s’affirmer.
  • Être à l’écoute et faire preuve d’empathie. Votre enfant a besoin de se sentir écouté et compris. N’hésitez pas à l’aider à mettre des mots sur ce qu’il ressent.
  • Encourager notre enfant à nous donner son opinion. Plus il apprendra à dire ce qu’il pense avec sa famille, plus il aura le réflexe de le faire avec ses pairs.
  • Utiliser le « Sois gentil ! » avec modération. Nous exigeons des enfants qu’ils soient gentils en tout temps et ce, dès la petite enfance. Ce qui a toutefois pour effet que certains enfants n’osent pas s’affirmer auprès des autres afin d’éviter de leur déplaire. Il est pourtant essentiel d’imposer le respect, dans une certaine mesure.

Que peut faire notre enfant ?

  • Le jeu de rôle est un bon moyen pour apprendre à s’affirmer et à dégager de l’assurance. Cette façon de faire permet à l’enfant de se « pratiquer » dans un environnement sécuritaire pour lui. Voici quelques points qui pourraient être explorés avec lui :
    • Démarche qui dégage de l’assurance : Marcher la tête haute, les épaules droites, avec un pas décidé, sans être trop rapide.
    • Apprendre à répliquer lorsque quelqu’un ou un groupe nous dit des choses qui nous dérangent. Dans le cas où votre enfant aurait déjà tenté de répliquer à plusieurs reprises, sans résultat, permettez-lui certaines répliques plus… cinglantes, telles que « Fiche moi la paix ! », « Va jouer ailleurs ! » ou encore « Ben oui bravo ! Toujours aussi gentil ! » Le tout dit avec une attitude globale désinvolte (regard, posture et ton de voix) qui démontrera à l’intimidateur que votre enfant n’est pas impressionné par ses propos et surtout loin d’être atteint par ceux-ci.
  • Lire : «  Non à l’intimidation. J’apprends à m’affirmer » avec votre enfant. Ce livre s’adresse directement aux enfants d’âge scolaire afin de les aider à mieux comprendre l’intimidation et comment y faire face. Ensemble, vous pourrez discuter du contenu et mettre en pratique quelques stratégies.

Il existe plusieurs moyens pour aider votre enfant à s’affirmer davantage et ainsi éviter de devenir (ou encore de demeurer) victime d’intimidation par ses pairs. La clé est l’équilibre dans l’affirmation de soi !

Voici trois livres plus que pertinents de Nancy Doyon, coach familial de renom international, qui pourrait vous outiller de façon plus approfondie.

Non-a-l-intimidation    prevenir intimidation    agir contre intimidation

 Pour vous procurer ses livres :

NS-Acheter-Rose

Hélène Fagnan - Fondatrice de Nanny secours

Éducatrice à l’enfance de formation, elle cumule maintenant plus de 15 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation et de l’intervention et près de 10 ans dans le monde des affaires. Elle est auteure ainsi qu'experte Yoopa depuis janvier 2011. De plus, elle détient un certificat universitaire en intervention psychosociale ainsi qu’en petite enfance et famille.