• Comment gérer les conflits chez les tout-petits?

    La résolution de conflits avec les 0-5 ans

    Ah les interminables chicanes! Bien souvent elles apportent avec elles ces cris stridents et ces hurlements de la part des enfants impliqués… venant frapper notre tympan dans une vibration digne d’un F-18 frôlant la tour de contrôle en guise de salutation!!! Ouf! Pas toujours facile à « subir » pour nous, adultes, surtout lorsque cette scène se répète inlassablement jour après jour à la maison… Mais qu’en est-il des enfants impliqués? Comment vivent-ils ces chicanes? Est-il possible de vivre dans un monde sans chicane lorsque nous cohabitons avec des enfants? Comment intervenir adéquatement avec fiston qui a découvert ses canines et les utilise dès qu’il le peut afin d’effrayer l’autre enfant? Comment faire avec un enfant qui a pris conscience que des ongles peuvent également servir de griffes!!! D’où ces chicanes prennent-elles naissance et pour qu’elles raisons??? Bref, comment amener les enfants à régler leur conflit de façon acceptable et équitable dans une vision de gagnant-gagnant?

    Commençons tout d’abord par comprendre le jeune enfant…

    Saviez-vous que la principale cause des chicanes chez les très jeunes enfants (1 an-2 ½ ans environ) est la CONVOITISE, c’est-à-dire que l’enfant désire un jouet qu’un autre a en sa possession. Pourquoi? Tout simplement parce que le jouet lui semble animé ou vivant lorsqu’il est manipulé par un autre enfant, et il est, en quelque sorte, encore plus attrayant.

    Jusqu’à 2 ½ ans-3 ans, l’enfant éprouve de la difficulté à partager. Au fur et à mesure qu’il développe sa conscience de soi, il devient de plus en plus possessif. Il est dans une période appelée « égocentrique » et il veut que ses besoins (ou ses désirs!!!) soient satisfaits immédiatement. C’est souvent ce qui explique les petits conflits qui se multiplient dans une journée avec des enfants de cet âge.

    Son langage n’est pas très élaboré et il exprime bien souvent ses besoins par des gestes. Son intention n’est pas de faire mal à l’autre enfant et ne voyez pas dans ces gestes-là de la graine d’un enfant violent… Il n’a juste pas encore la capacité de se questionner et de se mettre à la place de l’autre.

    Quelques pistes pour soutenir des enfants (12-18 mois environ) vers une résolution de conflits.

    • ÉTAPE 1 : Approchez-vous calmement des enfants, penchez-vous à leur hauteur et prenez un ton doux et chaleureux.
    • ÉTAPE  2 : Caressez doucement les enfants. Souvent les étapes 1 et 2 suffisent pour apaiser les cris et les pleurs des enfants qui ont un petit conflit.
    • ÉTAPE  3 : Prenez le temps de consoler l’enfant agressé et de le cajoler.
    • ÉTAPE  4 : « L’agresseur » a, lui aussi, besoin de sentir votre amour inconditionnel. Ne le grondez pas mais dites-lui sur un ton doux mais ferme que vous ne le laisserez pas mordre un autre enfant car cela fait très mal.
    • ÉTAPE  5 : Ne chicanez pas pour une chicane!!! L’enfant aura un message discordant! Ne l’envoyez pas réfléchir non plus car il n’a aucune capacité à le faire… sa mémoire n’étant pas suffisamment développée. Évitez également les grands discours ou les sermons sur lesquels il ne retiendra absolument rien.
    • ÉTAPE  6 : N’oubliez pas qu’à cet âge l’enfant a besoin de modèle concret. Exemple : Si l’enfant tire les cheveux d’un autre enfant, approchez-vous doucement, ouvrez sa petite main et plongez-la dans la chevelure de l’autre tout en lui disant « C’est doux… » etc.
    • ÉTAPE  7 : Changez les idées des enfants impliqués dans le conflit… Exemple : Si les deux petits convoitent la même poupée, faites parler une autre poupée tout en mettant de l’humour… qui sait, peut-être aura-t-elle un certain attrait pour un des deux enfants!
    • ÉTAPE  8 : Ayez plusieurs exemplaires d’un même jouet super populaire! Ça peut vous éviter bien des maux!!!  Ha!ha!

    Les étapes d’une résolution de conflits pour les 18-36 mois…

    À cet âge, le langage se développe à une vitesse phénoménale. Les interactions positives en sont à leurs premiers balbutiements mais les conflits de possession sont « encore » très présents car l’enfant est toujours dans sa période égocentrique. Les mots les plus populaires pour l’enfant de 2 ans sont : « C’est à moi »!!!

    • ÉTAPE 1 : Approchez-vous calmement avec un ton de voix doux et chaleureux et une attitude bienveillante. Mettez-vous à la hauteur des enfants impliqués dans le conflit. Soyez impartial et ne tentez pas de prendre parti pour un enfant en particulier même si vous avez tout vu de la scène où Albert a soutiré le jouet de Léa.
    • ÉTAPE 2 : Il est important de refléter aux enfants ce qu’ils vivent. Exemple : « Léa je sens que tu es triste car je vois des larmes dans tes yeux. »
    • ÉTAPE 3 : Seulement lorsque les enfants se sont apaisés, tentez d’en savoir davantage en utilisant des petites questions fermées où l’enfant (dont le langage n’est pas encore très élaboré) pourra vous répondre par un oui ou un non ou par un signe quelconque.  Exemple : « Albert, se pourrait-il que tu aimerais jouer avec une poupée toi aussi? ».  L’enfant peut vous répondre par un signe de tête ou par un petit oui.
    • ÉTAPE 4 : Lorsque vous en savez un peu plus, reformulez, dans vos propres mots, ce que vous comprenez de la situation. Exemple : « Léa tu t’amuses avec la poupée dans la cuisinette et Albert tu aimerais pouvoir jouer avec une poupée toi aussi ».
    • ÉTAPE 5 : Impliquez sommairement les enfants dans une recherche de solutions possibles  et proposez-leur des petites pistes… Exemple : « Albert, avec quelle poupée voudrais-tu jouer? » Si les enfants ont un bon vocabulaire, posez-leur une question ouverte. Exemple : «Léa veut jouer avec cette belle poupée et toi Albert tu la veux aussi… Comment allez-vous régler votre problème? »

    Soutenez-les dans la recherche de petites solutions possibles. Félicitez-les lorsqu’ils émettent certaines idées. Exemple : Léa se dirige dans la cuisinette et prend une autre poupée qu’elle tend à Albert. Celui-ci la prend en souriant.

    N.B. : Si la solution ne convient pas, reprenez les étapes 4 et 5.

    La résolution de conflits chez les 3-5 ans

    Vers l’âge de 3 ans, l’enfant commence très lentement à se décentrer de son « égo ». Entre 3 et 5 ans on peut voir apparaître une belle empathie dans son visage et il est de plus en plus capable de partager. Bien que les conflits soient encore fréquents, il va de plus en plus vers les autres car il désire être avec et parmi les enfants. Sa socialisation prend une belle expansion.

    • ÉTAPE 1 : Faites confiance aux enfants et n’intervenez pas trop précocement. À la différence des enfants de 12 à 30 mois, les enfants de 3-5 ans sont de plus en plus capables de canaliser les gestes agressifs et d’utiliser la parole. Mais soyez alerte car certains enfants ont un tempérament un peu plus « bouillant » lors d’un conflit.
    • ÉTAPE 2 : Approchez-vous doucement, mettez-vous à leur hauteur et aborder la situation avec un ton calme et chaleureux. Si tel est le besoin, prenez le temps que le calme revienne chez les enfants impliqués dans le conflit. Soyez accueillante dans votre attitude afin d’inciter les enfants à s’impliquer activement à trouver des solutions pour résoudre le conflit. Exemple : « Qu’est-ce qui se passe? ».
    • ÉTAPE 3 : Laissez les enfants s’exprimer chacun leur tour. Soyez impartial et prenez le temps de clarifier le problème en tenant compte des dires des enfants. Exemple : « Alex tu ne veux pas que Mica joue avec toi parce qu’elle ne veut pas te prêter l’auto rouge et toi Mica tu veux jouer toute seule avec l’auto rouge car tu l’as rarement. C’est bien ça? »
    • ÉTAPE 4 : À cette étape il est important d’amener les enfants à trouver par eux-mêmes des solutions, des idées pour résoudre leur problème. À cet âge l’adulte posera des questions ouvertes aux enfants. Prenez le rôle de médiateur en favorisant la parole à tour de rôle pour tous les enfants impliqués. S’il le faut, amener les enfants sur quelques pistes possibles. Exemple : « Comment pourriez-vous régler votre problème », « Avez-vous des idées? », « Vous voulez tous les deux jouer avec la même auto rouge, comment allez-vous faire? », etc.
    • ÉTAPE 5 : Laissez le temps aux enfants à trouver des idées de solutions. Ensuite, reformuler les solutions trouvées et prenez le temps de féliciter les enfants pour leur démarche positive.
    • ÉTAPE 6 : Encourager les enfants à appliquer les solutions trouvées.

    Bonne démarche avec vos petits et n’oubliez pas que l’enfant fait de beaux apprentissages à travers ses conflits. C’est grâce à votre soutien et votre amour inconditionnel qu’il arrivera à concilier et à interagir sainement avec les autres enfants.