• Dépistage précoce: comment et pourquoi?

    Vous est-il déjà arrivé de vous questionner en ce qui a trait aux comportements de votre enfant? De vous demander si tel ou tel aspect de sa personnalité relevait d’un développement «normal» de l’enfant? Avez-vous parfois l’impression que les crises de colère de votre petit dernier excèdent grandement celles des autres enfants de son entourage? Ouf!

    Je vous l’accorde, ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver ni de savoir vers qui ou quel professionnel se tourner. Toutefois, avant de s’inquiéter et d’imaginer les pires scénarios, il est essentiel d’y aller étape par étape, et ce, dans le but d’éviter d’apposer trop rapidement des fausses «étiquettes» à un comportement ou un trait de personnalité chez l’enfant.

    C’est donc ici qu’entrent en compte l’observation, la détection et le dépistage.

    Ces activités font partie intégrante de ce que l’on appelle le processus clinique en intervention et sont la base de l’évaluation et de l’interprétation de tout diagnostic. L’observation permet de détecter des indices comportementaux et de relever des facteurs de risque pouvant mener à un dépistage précoce de troubles spécifiques, c’est-à-dire de poser une hypothèse quant à l’atteinte ou non d’un trouble. Le dépistage précoce est une étape cruciale de l’évaluation et du diagnostique, puisqu’il permet la référence et l’orientation vers des professionnels qualifiés qui seront en mesure de bien saisir la problématique et ainsi permettre à l’enfant d’obtenir l’aide et les services spécialisés dont il a réellement besoin.

    Enfin, pour qu’un comportement soit considéré comme «anormal» il importe de se baser sur les quelques règles qui suivent:

    1. Fréquence/répétition et intensité du/des comportement (s)
    2. Présence d’un retard par rapport à la courbe «normale» du développement de l’enfant
    3. Le comportement entrave de manière significative les capacités d’adaptation et de socialisation de l’enfant.

    Si vous avez le moindre doute quant aux comportements de votre enfant, n’hésitez pas à contacter un coach familial afin de vous aider à apporter les clarifications et les outils dont vous avez besoin!

     

    Source:
    Dumas, J.E. (2007). Psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent (3e éd.). Bruxelles, Belgique: Groupe De Boeck.