Cliquez ici

5 trucs simples pour stimuler le langage de votre enfant

5 trucs simples pour stimuler le langage de votre enfant
Un jour que toute la famille se préparait à aller au restaurant, j’entends grand-maman dire : « Oh tes tites cri-cri qui poupoussent font mal ! Viens ci-ci mon cœur, mamie va te prendre avant d’aller méné-méné vroum-vroum ». Voilà un dérivé de la langue française utilisée pour catiner. Besoin d’une traduction ? Moi aussi et ce qu’elle m’a révélé vouloir dire était : « Tes petites dents qui poussent te font mal ! Viens ici mon cœur, mamie va te prendre avant d’aller se promener en auto. »

 

Si j’ai de la difficulté à comprendre, moi une adulte, qu’est-ce que ma fille en plein apprentissage peut comprendre ? À part que Mamie est peut-être une extraterrestre !

Blague à part, le développement du langage est si simple et si compliqué à la fois. C’est pourquoi j’ai le goût de vous donner quelques conseils.

1. Utiliser les vrais mots

L’enfant apprend un nouveau mot après plusieurs répétitions, soit de 160 à 400 fois avant que l’apprentissage de ce mot ne soit complété, c’est énorme ! Alors, imaginez si, pour parler des dents, votre enfant entend trois synonymes, comment ce sera plus long pour lui d’intégrer le bon mot et de démêler le tout. Je vous suggère plutôt de lui apprendre des synonymes une fois qu’il peut utiliser avec une bonne compréhension la première variante du mot (généralement après 18mois). De plus, évitez les mots « vides » comme « ça » et « là ». Par exemple : au lieu de dire « Donne-moi ça juste là », dites plutôt « Donne-moi le toutou juste derrière toi ». De cette façon, votre enfant apprend les vrais mots (toutou) et les repères spatiaux (derrière, devant, dessous, dessus, etc.)

2. Éviter de faire répéter plusieurs fois l’enfant qui prononce mal

Lorsque l’enfant utilise ses premiers mots, ceux-ci sont généralement déformés ou fractionnés. Si l’enfant ne prononce pas le mot de la bonne façon, vous pouvez exagérer la prononciation du mot et encourager l’enfant à le répéter. UNE seule fois! Si l’enfant répète le mot déformé, faites simplement répéter le mot correctement sans insister. Pourquoi ? Très simple ! Plus haut j’ai mentionné que l’enfant apprenait un mot après plusieurs répétitions. Mais lorsque l’enfant dit mal le mot, il enregistre cette version du mot dans son pot d’apprentissage, c’est pourquoi il importe de répéter soi-même le mot de la bonne façon. Une autre raison très importante est qu’il pourrait éviter de parler pour ne plus être repris ou corrigé, par peur de l’échec.

3. Se nommer à la première personne

Lorsque que l’on parle de soi à la troisième personne et que l’on dit : « ’ Maman » en parlant de nous-mêmes ou encore « ’on va changer ta couche »’ plutôt que d’utilise le pronom « je », l’enfant prendra également ce modèle pour parler de lui-même. Désirez-vous que votre enfant demande du lait comme ceci : « Roxane veut lait » ou comme cela : « JE veux lait »? Si vous préférez la deuxième option, offrez-lui tout de suite le bon modèle, soit parler au « Je » lorsqu’on parle de soi.

4. Répéter les mots de l’enfant et enrichir (+1 mot)

Lorsque l’enfant prononce correctement des mots, vous pouvez enrichir son langage en ajoutant UN mot. Par exemple : si l’enfant pointe un chat dans la rue et dit : « regarde chat ! », nous pouvons lui répondre et répéter « Oui je regarde LE chat. »

Autre exemple :
L’enfant pointe un chat dans la rue et dit : « regarde le chat ! » nous pouvons lui répondre et répéter « Oui je regarde le chat NOIR. »
De cette façon, il apprend à structurer les phrases de la bonne façon soit en utilisant un pronom, un verbe, un complément, un adjectif, etc.

5. Toujours questionner l’enfant

L’enfant apprend à parler en vous écoutant. Si vous ne faites que poser des questions, il n’apprendra pas les réponses que vous voulez entendre. Il répétera également votre modèle et ne fera que poser des questions. Bien sûr, il est tout à fait comprenable que vous vouliez l’inviter à parler et à s’exprimer quand il est petit. Toutefois, je vous invite également à commenter les situations, les activités que vous faites, ce que vous voyez, etc. L’enfant prendra ce modèle et parlera beaucoup plus naturellement. Et bonne nouvelle, vers 4 ou 5 ans vous souhaiterez presque qu’il parle moins !

En résumé, décrivez ce que vous faites pour lui permettre d’entendre plusieurs mots et des structures de phrases complètes. Dites les vrais mots, parlez-lui comme vous voudriez qu’il parle ! N’insistez pas trop sur la prononciation des mots afin qu’il ne vive pas l’« échec » langagier et qu’il se décourage de parler. Si vous avez des inquiétudes sur le développement langagier de votre enfant, parlez-en à votre service de garde ou à votre médecin. Vous pouvez également contacter un(e) orthophoniste ou un(e) agent(e) de stimulation du langage qui pourra vous informer au sujet du développement de votre enfant.