Cliquez ici

Comment développer la motricité fine de votre enfant ?

Comment développer la motricité fine de votre enfant ?

Le développement psychomoteur de l’enfant s’effectue d’abord par l’évolution de la motricité globale. On voit nos bébés apprendre à se mouvoir, à développer le tonus nécessaire à la position assise puis à la station debout qui les mènera vers la marche. De grandes étapes, semées d’aventures et de découvertes, de réussites et de répétitions, qui les rendent fiers et de plus en plus capables d’explorer le monde qui les entourent.

C’est en parallèle que se développe la motricité fine, mais son apogée se fait surtout dans un deuxième temps, lorsque l’enfant est enfin dégagé de ses entraves liées au maintien de la posture et lorsque les mains sont enfin « libérées ».

En effet, la motricité fine regroupe tous les mouvements fins et précis que le corps peut effectuer et plus particulièrement ceux des mains.

Ainsi les activités qui mettent en jeu la motricité fine sont d’une grande importance car elles vont permettre à l’enfant de devenir de plus en plus autonome  au fur et à mesure de ses expériences et ses apprentissages. Ses compétences grandissantes vont lui permettre de réaliser de plus en plus d’actions par lui-même telles que développer sa créativité, ses habiletés ludiques, ses capacités à manger seul, s’habiller, dessiner, etc. Toutes ces compétences sont des prérequis aux apprentissages scolaires notamment au graphisme puis à l’écriture.

Quelles sont les étapes du développement de la motricité chez l’enfant?

Il est intéressant d’offrir à votre enfant un milieu de vie qui lui permet de développer sa motricité globale et sa dextérité, dès son plus jeune âge, afin qu’il passe par les différentes étapes du développement:

  • Avant 3 mois, les gestes de votre bébé sont encore anarchiques et il saisit les objets placés dans sa main, par reflexe.
  • Entre 3 et 6 mois, votre bébé va commencer à essayer d’attraper les objets qu’il convoite puis réussira progressivement, en « ratissant » avec ses bras, ses doigts et finira par passer l’objet d’une main à l’autre de façon encore approximative.
  • Entre 6 et 9 mois, il acquiert la pince pouce index qui lui permet d’attraper des objets plus petits, le mouvement devient plus volontaire et l’enfant apprend à lâcher les objets, maitrisant de plus en plus le « prendre-lâcher ».
  • Vers un an, il peut désormais tenir sa cuillère seul, manipuler des objets de façon plus élaborée : c’est le temps des jeux d’encastrement notamment.
  • Entre 18 mois et 2 ans, le jeune enfant maîtrise la rotation du poignet et peut expérimenter de nouvelles capacités comme le vissage/dévissage et commence à dissocier son pouce des autres doigts, l’amenant vers une plus grande force manuelle.
  • Entre 2 et 4 ans, l’enfant expérimente le graphisme, par les activités de dessin par exemple, et se familiarise avec le crayon.

 

C’est donc vers 12 mois que la motricité fine se perfectionne davantage et que les activités qui la sollicitent deviennent des activités intéressantes pour les enfants.

Bien entendu, ces données sont à titres indicatifs et chaque enfant, ayant son propre rythme de développement, se développe à sa façon. Ainsi, il se peut que vous observiez que certains développent leur motricité fine bien plus tôt ou même avant d’avoir affiner leur motricité globale !

Alors comment l’aider ?

Avec les bébés :

  1. Pour le bébé, il est judicieux de créer un espace stimulant (mais pas trop!), comme un tapis de jeux, afin qu’il puisse expérimenter par lui-même sa motricité globale pour ensuite la mettre au service de sa motricité fine. C’est lorsque le bébé est attiré par un objet éloigné qu’il va essayer de se déplacer pour l’atteindre. Une fois sa cible atteinte, c’est à ce moment-là qu’il va chercher à l’attraper et à la manipuler. Il va le faire de façon très répétitive et utiliser souvent les mêmes actions afin de perfectionner ses gestes. Pour les bébés, comme les jeunes enfants, il est important de proposer des jouets attractifs qui font du bruit ou de la lumière, vous pourrez ainsi l’aider à susciter son intérêt et augmenter son exploration.
  2. Plus tard, les jeux d’encastrement ou de transvasement, par exemple, vont aider votre enfant à affiner ses gestes.
  3. Au quotidien, il s’agit de laisser votre enfant explorer toutes les activités mettant en jeu les diverses manipulations possibles des doigts et de la main : attraper, pincer, tapoter, pointer, agripper, poser, insérer, taper, enfoncer, malaxer, déchirer…tout en variant aussi les outils à mettre entre leurs mains: balles, papier, crayon, sable, plumes, jetons, bouchons, cubes, pâte à modeler, mais aussi nourriture! Dès que votre enfant s’intéresse à ce qui se trouve dans son assiette, vous pouvez alors le laisser découvrir par lui-même les aliments qu’il attrape avec ses doigts ou lui donner une cuillère en même temps que vous le nourrissez  avec la cuillère principale, cela lui permettra de développer ses habiletés manuelles et sa coordination visuo-manuelle.

Avec les enfants d’âge préscolaire :

  1. Les jeux de doigts et les chansons mimées deviennent des jeux de choix pour enrichir leur palette de motricité fine : par exemple, avec le pouce de la main, l’enfant essaie de toucher l’un après l’autre l’extrémité de tous ses doigts, et ce, de plus en plus vite. Ou encore, demandez à votre enfant de toucher la table avec la main puis avec chacun des doigts en alternant pouce-main, index-main, majeur-main…
  2. Proposez-lui des activités de triage : vous pouvez créer des bacs « sensoriels », dans lesquels vous pouvez mettre du riz ou des pâtes et y cacher de petits objets de différentes matières, des plumes, des bouts de rubans, des billes, des perles qu’il lui faudra chercher, trouver et trier. Cette activité éveillera la curiosité de votre enfant tout en l’aidant à discriminer les formes et les matières du bout des doigts! Ou encore, placez plusieurs petits objets (boutons, perles, ouates…) devant lui, et demandez-lui de les trier, puis de les ranger par catégorie, dans des boîtes ou dans assiettes.
  1. Laissez-le s’habille seul! Lorsque votre horaire le permet, il s’agit de prendre le temps de le laisser faire, avec des petites étapes au début, comme mettre ses bas, ou enfiler les souliers, puis progressivement votre enfant apprendra à mettre les autres pièces d vêtements et même fermer sa fermeture éclair !

Avec les enfants d’âge scolaire :

A partir de cet âge, toutes activités manuelles et créatives sont source de renforcement de la dextérité :

  1. Enfilage de perles, de pâtes alimentaires : aller du plus large au plus petit au fur et à mesure que votre enfant réussit.
  2. Découpage : cette activité est souvent difficile et imprécise au début, mais l’expérimentation sera des plus bénéfiques.
  3. Dessin et peinture : vous pouvez commencer en aiguisant son attention par de la peinture au doigts puis lui proposer ensuite des outils divers, comme la plume, le tampon, la ouate, le bâtonnet, puis le pinceau. Pour le dessin, on peut également débuter par des crayons de cires, des crayons de bois, des feutres.
  4. Bricolage/Collage : on peut bricoler et coller avec tout type de matériaux qui nécessitent des manipulations différentes comme du papier, du tissu, des mousses, des gommettes, du riz, des pâtes, des feuilles d’automne, du coton, de la feutrine, des cure-pipes etc.
  5. Jeux de société : la motricité fine est très sollicitée et affutée dans de nombreux jeux. Par exemple, tous les jeux de cartes où les joueurs doivent tenir les cartes, les ramasser sur une table, les brasser, ou encore ceux avec de petits pions à déplacer ou des pièces à manier, à équilibrer, etc.

Finalement, toutes activités qui amènent du plaisir à l’enfant lui permettent d’expérimenter et de développer toutes ses compétences.

Chaque enfant s’épanouit à son rythme, et c’est bien normal qu’il soit différent du voisin ou de son ami. Cependant, dès lors que votre enfant exprime un malaise, un inconfort persistant ou des difficultés qui lui pèsent, n’hésitez pas à consulter un professionnel afin d’évaluer le degré de difficulté et les besoins de soutien.

Perrine Mangeot - Psychomotricienne

Psychomotricienne et coach familial couvrant la région de Laval, elle intervient auprès des enfants de 0-18 ans. Membre du Réseau Nanny secours depuis 2018.