Cliquez ici

Développer l’empathie grâce à un animal de compagnie

Les animaux sont des êtres sensibles qui, tout comme les humains, éprouvent des émotions. Les animaux domestiques sont d’ailleurs reconnus pour avoir un impact positif sur nous, particulièrement au niveau psychologique. Ils permettent, entre autres, de diminuer notre stress, notre anxiété et d’éviter l’isolement. Saviez-vous qu’ils favorisent également le développement de l’empathie ? Voici plus spécifiquement comment ils peuvent faciliter l’évolution de l’empathie chez l’enfant.

Être responsable de l’animal

L’empathie de l’enfant se développe lorsque ce dernier comprend l’impact de ses gestes envers son animal. Les petites et les grosses bêtes nécessitent d’être nourries régulièrement, d’avoir accès à de l’eau en tout temps, de faire leurs besoins, d’être caressées et diverties. Un enfant de tout âge détient les capacités de satisfaire les besoins de son animal seul ou avec l’appui d’un adulte.

En étant responsable d’offrir des soins, votre enfant développe sa sensibilité aux besoins de son animal et sa volonté de l’aider. Par exemple, lorsqu’il voit son chat tourner autour de son plat en miaulant, il détecte qu’il a faim et il lui sert des croquettes. Si, en plus, le chat se frotte sur ses jambes pendant qu’il lui prépare son repas ou qu’il se rue sur son bol pour manger, l’enfant comprend qu’il a fait une bonne action et que son animal est content.

Je vous invite à souligner concrètement à votre enfant les réactions positives que ses gestes procurent à son animal. Cela le motivera davantage à être à son écoute.

Comprendre le langage animal

Rendre son animal heureux est très gratifiant pour un enfant, mais est-ce qu’il saisit également les moments où son compagnon exprime un malaise ? Cela fait aussi partie du développement de l’empathie de l’enfant !

Les animaux possèdent tous un lexique de signaux physiques qui démontrent leur inconfort. Par exemple, un chien qui se lèche le museau, qui bâille, se gratte, se secoue, détourne le regard ou remue la queue, dépendamment du contexte, pourrait être en train de manifester son anxiété. Plus votre enfant apprendra à reconnaître et analyser le non-verbal de son animal, plus il comprendra ce que ce dernier ressent et il ajustera ses propres comportements afin de le sécuriser.

Sur ce point, votre apport calme et éducatif sera précieux. En mettant en lumière les agissements de votre animal, vous aiderez votre enfant à développer sa sensibilité envers lui : « Ton chien bâille. As-tu remarqué ? Je crois qu’il n’a pas apprécié que tu le serres aussi fort. » Pour accroître sa capacité d’empathie, interrogez votre enfant afin qu’il parvienne à identifier comment il se sent lorsque quelqu’un le maintient très fort dans ses bras. Ensuite, demandez-lui comment il aime se faire dorloter. Il pourra tester ses réponses avec son animal tout en restant attentif à ses réactions.

Apprendre l’empathie par mimétisme

Les enfants apprennent énormément en observant les adultes. Votre attitude envers votre animal de compagnie inspirera la sienne. En conséquence, plus vous serez empathique face aux ressentis de ce dernier et plus vous serez attentif à ses besoins, plus votre enfant aura tendance à faire de même. Si celui-ci a moins de trois ans, sachez que son cerveau ne possède pas encore la maturité nécessaire pour se représenter ce que les autres perçoivent. Il est donc normal qu’il ne pense principalement qu’à son petit nombril !

Inviter à rendre service

Apprendre l’empathie demande de l’entraînement. Si vous souhaitez soutenir davantage le développement de cette habileté chez votre petit, suscitez régulièrement sa réflexion et encouragez-le à se mettre en action pour s’assurer du bien-être de l’autre. Ce dernier pouvant très bien être son animal de compagnie. Par exemple, vous pourriez lui exposer vos observations : « Ton chat semble vouloir sortir de la pièce, mais la porte est fermée. Comment pourrais-tu l’aider ? » Une fois qu’il aura ouvert la porte à sa petite boule de poil, félicitez votre enfant. Si le fait de prendre soin de son animal est très valorisant pour lui, il se mettra peut-être à généraliser ses acquis auprès des gens qu’il fréquente !

Au Québec, un animal de compagnie sur quatre est abandonné chaque jour. Ne vous en procurez pas un uniquement dans le but de développer certaines compétences chez votre enfant ou pour lui faire plaisir. Certains animaux vivent de nombreuses années. Après un moment, votre jeune pourrait se désintéresser de la nouveauté et se désengager de ses responsabilités envers lui. Adopter un animal représente également un coût financier qui peut s’avérer important en ce qui concerne la nourriture, les soins vétérinaires, l’hygiène, les loisirs, etc. Si les éléments mentionnés précédemment ne vous font pas peur et que vous possédez une bonne réserve de patience et d’amour, c’est peut-être le signe que vous êtes prêt à accueillir une jolie petite bête et par la même occasion à développer l’empathie des membres de votre famille !