Cliquez ici

Enseigner la générosité et la solidarité à nos enfants

Enseigner la générosité et la solidarité à nos enfants
Comment soutenir nos petits dans leurs voeux de générosité et la réalité de la vie ?

Une idée en passant….. en passant….. Je suis coach familial et j’ai la chance d’être également gouvernante. En allant à l’école, pour aller prendre le pain, à la moindre sortie… avec les différents enfants que je côtoie, nous rencontrons de plus en plus de sans domicile fixe (sdf). Sur un trajet de 5 minutes à pied, ce sont deux jeunes, un vieil homme et une famille de quatre personnes dont un bébé que nous croisons !

La réaction la plus fréquente de la part des petits est :
« Sophie tu leur donnes de l’argent !?!? »
« Oui… mais pas tous les jours…. pas à chacun….. »
« Pourquoi ? »

Nous avons alors une conversation intéressante sur : comment on a de l’argent ? A quoi sert-il ? Est-ce illimité ? 

Mais même en ayant bien expliqué tout ceci, il reste que je vois ces petits yeux se fixer chaque jour sur les enfants de leur âge ou encore sur le monsieur et son chien assis au sol…

Quoi faire ?

Et si nous essayons de voir avec les enfants plusieurs pistes pour que leur générosité soit respectée.

Idée 1 : Leur demander s’ils ont une idée pour faire quelque chose.

Idée 2 : Faire un tri dans les jouets ou vêtements qu’ils aimeraient donner…. Et pourquoi pas jouer cinq minutes tous ensemble ?

Idée 3 : Fabriquer un repas le mercredi (ou toute autre journée de la semaine) pour leur livrer quelque chose de chaud.

Idée 4 : Gérer un micro budget genre 1 ou 2€ par semaine en pièces de 10 cents que les enfants pourraient gérer avec nous adultes

Idée 5 : S’arrêter et parler avec l’un d’eux.

Idées folles ou cela vous parle t’il ? Avez vous des idées de votre côté ?

Merci de les partager avec nous en commentaire.

Pour ma part, je suis vraiment preneuse d’idées et aussi d’arguments et contre-arguments ne prétendant pas détenir de solutions mais je deviens une citoyenne peinée de ne plus savoir quoi et comment faire.

Prenez donc cinq minutes pour y réfléchir, m’en parler et échanger sur vos expériences.

Merci.