Cliquez ici

7 astuces pour accompagner l’enfant anxieux

7 astuces pour accompagner l’enfant anxieux

Comment aider mon enfant sans le surprotéger?!

 

Émy fait des crises quand elle fait des erreurs. Elle a de la difficulté à se faire de nouveaux amis. Elle a des maux de ventre et refuse d’aller en classe quand elle a un oral, qu’il y a une fête ou une sortie à l’école. Au restaurant, elle peut se montrer désagréable et boude plutôt que de dire ce qu’elle désire manger à la serveuse. Lors des fêtes, elle reste collée à moi. Quand on a de la visite, elle se retire souvent dans sa chambre.

Pourtant Émy est une enfant brillante et enjouée. Elle est serviable et a tellement un grand cœur. Elle a tant à offrir au monde.

 

Vous reconnaissez quelques traits de votre enfant ?

 

Tous les enfants peuvent se sentir timides ou anxieux face à certains événements sociaux. Comme parent, on souhaite les protéger de ces sentiments désagréables. Mais ce n’est pas toujours facile de savoir quoi faire.

Est-ce qu’on accepte son comportement de retrait ou on la force un peu ? On prend ça avec un grain de sel ou on s’en préoccupe ?

Évidemment, avoir peur est humain, normal et sain. Elle nous avertit d’un potentiel danger et nous invite à être vigilants au besoin.

 

Trop c’est comme pas assez

 

Un peu de timidité est bienvenue. On ne veut surtout pas que notre enfant parte avec le premier venu.

Mais quand des situations sociales supposément anodines deviennent une source de danger, ça peut devenir envahissant et même pourrir la vie.

Il est important de comprendre que cette réaction est involontaire chez l’enfant. Comme chez l’adulte, l’enfant ne choisit pas d’avoir peur, ce sont des réflexes de survie qui la déclenchent. Toutefois, il est possible d’apprendre à se calmer et à la surmonter.

 

Comment aider mon enfant à mieux vivre les situations sociales ?

 

Voici quelques suggestions qui vous donneront des pistes pour soutenir votre enfant face aux situations qui l’intimident.

    1. Garder votre calme : en vous sentant détendu, vous serez plus à même d’aider votre enfant à se calmer à son tour.
    2. Respirez ensemble : enseignez-lui à prendre de belles respirations abdominales. Cela aide à retrouver le calme. La méditation est aussi démontrée efficace pour la gestion de l’anxiété.
    3. Sortez le « méchant » : quand le stress monte, l’adrénaline circule partout dans le corps. Il est difficile dans ces moments d’avoir les idées claires et de pouvoir bien s’exprimer. Amenez votre enfant à faire une activité qui va lui faire dépenser cette énergie. Par exemple, jouer dehors, marcher, courir, yoga, se secouer comme un chien qui sort de l’eau, danser.
    4. Aidez-le à verbaliser : mettre des mots sur les émotions et la situation l’aidera à mieux comprendre ce qu’il vit. Écoutez sans juger ou tenter de lui apporter les solutions.
    5. Normaliser sans banaliser : racontez des histoires et discutez avec votre enfant à l’aide d’un livre sur le sujet ou de votre propre vécu.
    6. Rappelez-lui ses succès : votre enfant a déjà surmonté des peurs. Rappelez-lui et demandez-lui de vous raconter comment il a réussi à les surmonter.
    7. Accompagnez-le à surmonter ses peurs : encouragez-le à ne pas se retirer de la situation lorsqu’il est anxieux. Offrez-lui plutôt des moyens pour qu’il arrive à retrouver le calme sur place. Cela enseignera à son corps-cerveau qu’il n’y avait pas de réel danger. Attention à ce qu’il ne se retrouve pas en situation d’échec. Commencez par de petits défis pour qu’il vive des succès à surmonter ses peurs. Et quand il réussit, célébrez son courage et cette réussite avec lui.

En résumé, vous avez un grand pouvoir d’aider votre enfant à être à l’aise et avoir du plaisir dans les situations sociales. Votre accompagnement joue un rôle important sur la façon qu’il aura plus tard de surmonter les défis que la vie mettra sur sa route.

 

Astuce Bonus

 

Attention ! Celle-ci peut être confrontante. À ne pas lire si vous n’êtes pas prêt à vous remettre en question.

Soyez conscients que votre enfant vous regarde et apprend de ce que vous faites. Donc, si certaines situations sociales vous stressent et que vous avez tendance à les éviter, c’est ce que vous transmettez comme modèle à votre enfant. Et ce, que vous le souhaitiez ou non.

Nos enfants sont de grands miroirs de nous-mêmes et nous apprennent énormément. S’observer et surmonter nos propres défis enseigne à nos enfants à faire de même et qu’il est possible de s’améliorer.

 

Quand s’inquiéter?

 

Vivre de l’anxiété à certains moments est normale. Il nous arrive à tous de nous inquiéter. Si votre enfant vit des périodes de stress, qu’il peut retrouver le calme et que ça ne l’empêche pas de vaquer à ses occupations, vous n’avez pas à vous inquiéter.

Toutefois, si son anxiété nuit à ses activités quotidiennes et que ça a un impact sur votre vie familiale, il est temps s’en préoccuper.

Comme parent, il n’est pas toujours facile de savoir quoi faire lorsque notre enfant expérimente de l’anxiété sociale ou autre. Et comme adulte, on est parfois pris avec nos propres angoisses.

Si c’est difficile pour vous d’appliquer les moyens proposés et d’accompagner votre enfant, un coach familial peut vous aider.

Si votre enfant ou vous-même vivez de la détresse, consultez un professionnel de la santé.

 

Une boîte à outils pour la vie

 

Chez certains enfants, comme Émy, les réflexes de survie se déclenchent plus fréquemment. Des outils existent pour calmer le système nerveux et faire en sorte que ces réflexes soient moins présents dans le quotidien.

Parlant d’Émy, que s’est-il passé avec elle ?

Et bien, Émy a eu de l’aide.

Avec de l’accompagnement, celle-ci a maintenant sa petite mallette remplie d’outils et de jeux pour l’aider à retrouver le calme quand elle sent sa grosse boule monter. Heureusement, elle monte beaucoup moins souvent depuis qu’elle fait ses exercices régulièrement.

Ses parents ont aussi reçu plusieurs trucs pour aider Émy à affronter ses dragons. Au début, Émy en a combattu de plus petits. Aujourd’hui, elle est rendue vraiment bonne et a même réussi à affronter le dragon de l’oral à l’école. Ça s’est fait par étape.

En vivant des réussites, Émy a appris à se faire plus confiance. Elle a compris que la peur n’est pas un ennemi invincible. Elle sait aujourd’hui qu’avec de la douceur et de l’amour, on peut gravir les plus grandes montagnes. Et savez-vous quoi ? Quand on arrive en haut, il y a toujours un cadeau.

Si, comme Émy, votre enfant est aux prises avec de l’anxiété sociale et que malgré votre support, cela persiste, continuez de vous informer et/ou consultez.

 

Voici deux liens qui pourront vous aider à poursuivre votre démarche :

 

eSantéMentale.ca : La façon d’aider les enfants et les jeunes aux prises avec des problèmes d’anxiété sociale: Feuille de renseignements à l’intention des parents et des aidants

Gouvernement du Québec : Anxiété chez les enfants

 

Parfois, comme parent, on a l’impression que ce qu’on vit comme difficultés avec nos enfants ne finira jamais. Sachez que, par expérience personnelle et professionnelle, avec les bons outils et de la constance, les choses peuvent rapidement s’améliorer.

 

Quand les enfants apprennent à surmonter leurs peurs, ils apportent avec eux un coffre à outils qui leur sera utile toute leur vie.

Marie-Claude Dubois - Bachelière en psychoéducation

Bachelière en psychoéducation, elle intervient auprès des enfants de 0-25 ans, en accompagnant les parents dans leur démarche. Elle se déplace dans la région des Laurentides. Membre du Réseau Nanny secours depuis 2021.