Cliquez ici

Mon enfant est un pot de colle

Mon enfant est un pot de colle

Quoi faire pour le détacher sans qu’il se sente rejeté ?

 

Je n’en peux plus d’avoir mon enfant collé sur moi.

En visite, même s’il y a d’autres enfants, je ne peux pas avoir 3 minutes pour discuter entre adultes.

C’est difficile de vaquer à mes occupations. Il veut toujours que je joue avec lui.

Vous dites « Oui » à ces affirmations ?

Vous avez la chance d’avoir un « pot de colle » adorable. J

Trêve de plaisanterie, quand on décide d’avoir un enfant, on s’attend à ce qu’il ait constamment besoin de nous durant les premiers mois.

Mais une fois qu’il se déplace seul, on souhaiterait qu’il aime explorer et jouer avec ses petits amis. N’est-ce pas ?

Vrai ou Faux ?

Comment se fait-il que certains enfants aient plus de difficultés que d’autres à découvrir leur environnement par eux-mêmes ?

 

Une fondation solide pour explorer

Être un pot de colle est une étape normale du développement. Rappelons-nous que le bébé arrive au monde complètement vulnérable et dépendant.

Avec les soins que ses parents lui procurent et la relation affective qu’ils créent avec lui, le poupon apprend à s’intéresser au monde qui l’entoure. Une fois rassuré et confiant, il s’éloignera tranquillement de ses parents pour explorer et acceptera d’être séparé d’eux.

Comment se bâtissent cette sécurité et cette confiance ?

Comme une maison. Ça se construit de la fondation vers le haut. Avec une fondation solide, l’enfant va pouvoir se développer et s’épanouir.

Pour vous aider à mieux comprendre ce concept, voici la pyramide des besoins de l’être humain d’Abraham Maslow.

Vous voyez que pour développer son autonomie et se réaliser harmonieusement, l’enfant a d’abord besoin de solidifier la base des besoins physiologiques, de sécurité et d’amour.

C’est là que votre rôle de parent entre beaucoup en jeu et où vous avez le pouvoir d’intervenir. Avant d’explorer le monde, l’enfant a besoin de se sentir en sécurité dans son propre corps et d’être rassuré que vous allez toujours l’aimer et être là pour lui.

Vous vous dites peut-être : « C’est bien beau tout ça, mais je fais déjà tout ça pour lui. Comment ça se fait qu’il ne décolle pas ? »

Aujourd’hui, je vais vous parler du besoin de sécurité, car c’est là que l’enfant pot de colle se situe souvent dans la pyramide. Par son comportement, il exprime : « J’ai besoin de toi, car ça m’angoisse de me séparer de toi et d’explorer par moi-même. »

Le sentiment de sécurité avant tout

Si votre enfant « pot de colle » à moins de 3 ans, il n’y a pas à s’inquiéter. Les trucs qui suivent pourront aider votre enfant à doucement se détacher sans anxiété.

Si votre enfant a plus de 3 ans, vous vous dites peut-être : « Mon enfant a passé 3 ans et je passe mon temps à le rassurer. Je ne comprends pas pourquoi il ne peut pas jouer seul quand je suis juste à côté. »

C’est là qu’il est utile de bien comprendre d’où vient cette sécurité. On entend souvent parler de la sécurité extérieure, par exemple la sécurité dans la maison et le fait que vous le protégiez. Cependant, il existe un autre aspect essentiel pour le développement de l’enfant dont on parle moins : la sécurité intérieure.

Pour vous aider à mieux saisir ce concept, parlons de vous. Quand le stress monte, où le sentez-vous ? Dans le corps n’est-ce pas ? Vous sentez votre respiration changer, une boule dans l’estomac, des tensions dans les muscles, etc.

C’est l’état de survie. Et quand ça monte, c’est que le cerveau a déclenché l’alarme. Des hormones dites de stress (adrénaline, cortisol) circulent partout dans le corps, affectant au passage les émotions, les pensées, la concentration, la capacité de s’exprimer et j’en passe.

Vous voyez le portrait ?

Votre enfant est comme vous. Toutefois, son cerveau n’est pas encore assez développé pour qu’il puisse comprendre ce qui se passe. Ce qu’il sait, c’est qu’il ressent un malaise et le fait d’être près de vous et d’avoir votre attention le rassure.

Pour arriver à bâtir la sécurité intérieure, l’enfant a besoin de se sentir capable et solide dans son corps. Cela se bâtit à travers les expériences sensorielles, le mouvement et le lien d’attachement qu’il développe avec vous.

Au contraire, s’il ne se sent pas en sécurité de l’intérieur, peu importe la raison, il aura besoin de vous avoir près de lui pour le rassurer. Cela n’est pas logique. C’est une partie inconsciente du cerveau qui déclenche l’alarme de façon réflexe.

C’est donc involontaire et ça ne se contrôle pas. Heureusement, il existe des moyens pour aider le corps-cerveau à ce qu’il se sente plus en sécurité de l’intérieur. Et plus le système se sent en sécurité de l’intérieur, moins il est affecté par l’extérieur.

Est-ce que vous y reconnaissez votre enfant ?

 

Comment l’aider à se détacher

Étant donné que la réaction se vit dans le corps et que le cerveau apprend la sécurité de par l’expérience sensorielle et motrice, passer par le corps pour aider l’enfant à apprendre à se calmer seul, est un des meilleurs moyens pour y arriver.

Dans cet article, nous ne pouvons pas voir en détail la théorie pour soutenir le développement de la sécurité chez l’enfant. Il existe une foule de techniques, en voici quelques-unes :

  • Respirer en gonflant et dégonflant le ventre comme un ballon ;
  • Faire des mouvements doux au sol ;
  • S’enrouler dans une doudou et écouter les sons ;
  • S’assoir au sol avec l’enfant sur nous et se bercer doucement d’un côté à l’autre ;
  • Danser sur une musique que vous aimez ;
  • Se faire des massages agréables ;
  • Prendre un bain avec des huiles essentielles ;
  • Jouer dehors ;
  • Jouer à des jeux qui pratiquent doucement à s’éloigner et à attendre.

 

Utilisez votre imagination pour prendre du bon temps pour vous-même et avec votre enfant, et portez votre attention sur le positif. Par exemple, Geneviève qui était découragée de ne pas pouvoir aller aux toilettes sans sa fille, mais qui croyait en ses capacités. Elle a été vraiment surprise de voir sa petite Lilia qui, par le jeu et les techniques simples apprises, a rapidement commencé à explorer par elle-même.

Il se peut que vous vous sentiez dérouté en ce moment. C’est normal ! Notre rôle, comme adulte, est de soutenir l’enfant dans ses étapes de développement. Malheureusement, il arrive que malgré nos meilleures intentions, nous entravions ce processus. C’est pourquoi il est tellement utile d’apprendre comment encourager cette séquence naturelle.

Croyez en vous et en votre enfant. Et misez sur vos forces. Il y croira lui aussi.

Un dernier petit mot : Ne vous prenez pas trop au sérieux. Ayez du plaisir. Ces moments pot de colle passent si vite. Dans pas très longtemps, vous vous ennuierez de votre petit « scotch tape ». J

P.S. On peut aussi grandement aider notre enfant en « boostant » notre propre sécurité intérieure et en lui offrant notre modèle. Mais ça, c’est une autre histoire.

Marie-Claude Dubois - Bachelière en psychoéducation

Bachelière en psychoéducation, elle intervient auprès des enfants de 0-25 ans, en accompagnant les parents dans leur démarche. Elle se déplace dans la région des Laurentides. Membre du Réseau Nanny secours depuis 2021.