Cliquez ici

Son ami a-t-il une mauvaise influence?

Son ami a-t-il une mauvaise influence?

Depuis qu’il est petit, notre enfant a eu différents amis. La plupart d’entre eux ont probablement eu une bonne influence sur lui. Cependant, nous avons peut-être remarqué que quelques-uns ont pu avoir une influence un peu moins positive. Nous l’avons peut-être observé à travers ses gestes, ses mots ou, encore, son attitude. Quand il était petit, la situation était plutôt facile à recadrer. Mais, depuis, notre enfant a grandi. Comment aborder la question de l’influence des amis avec nos enfants ? Quoi dire ou ne pas dire ? Quoi faire ou ne pas faire ? Tant de questions… si peu de réponse ! Essayons d’y voir un peu plus clair !

Les signes

Quels sont les signes qui devraient nous préoccuper ? Bien sûr, les changements au niveau du comportement ou de l’attitude sont les premiers signes qui nous indiquent que quelque chose change chez l’enfant. L’isolement, l’absentéisme scolaire, la démotivation, la provocation, l’arrogance, les délits mineurs, les résultats scolaires en chute, les intérêts nouveaux, sont autant d’indices à ne pas négliger et pour lesquels nous devrions porter une attention particulière

Ces changements peuvent être lents ou rapides, voire même soudains. Or, un signe qui ne trompe pas : ne plus reconnaître notre enfant. C’est un constat qui devrait allumer notre petite lumière rouge !

Par contre, selon son âge, différents facteurs peuvent influencer un changement de comportement ou d’attitude : la puberté, les défis d’ordre scolaire, les conflits familiaux, une peine d’amour ou tout autre événement perturbateur. Il n’est donc pas nécessaire de partir en peur au moindre changement !

Il est plutôt important de regarder la situation dans son ensemble. On peut se demander depuis quand les changements sont-ils observables ? Qu’est-ce qui pourrait expliquer ces changements ? Quels événements sont survenus dans les derniers mois ? En d’autres mots, on cherche ce qui pourrait expliquer ces changements soudains. Il est possible que ce soit une combinaison de facteurs. C’est même fort probable ! Mais que faire si l’influence d’un ami semble être en cause ?

3 pièges à éviter

Avant tout, rappelons-nous qu’il y a certains pièges qu’il vaudrait mieux éviter ! Il n’est pas toujours facile d’identifier si un ami a une influence positive ou négative sur notre enfant. Certains pièges peuvent même nuire à notre analyse de la situation !

  1. Nos préjugés ! Parfois, les apparences peuvent être trompeuses et nos idées préconçues peuvent porter préjudice à l’autre Il est possible qu’un ami de votre enfant ait un style différent, qu’il soit d’un milieu différent ou même d’une culture différente. Différent n’est pas synonyme de bonne ou de mauvaise influence. Il peut être nécessaire de prendre un peu de recul avant d’intervenir.
  2. Personnaliser la situation. Comme parent, il nous arrive tous de voir venir le mur… celui que nous avons parfois nous-même frappé quand nous étions enfant ou adolescent. Ce n’est pas nécessairement facile de départager notre vécu et celui de notre enfant lorsque notre petite lumière rouge s’allume. Bien qu’on veuille protéger notre enfant, il est important de le laisser vivre ses expériences, sauf, si sa sécurité est en danger bien entendu ! On aura beau lui dire de mille façons que le mur arrive, tant que son détecteur à lui ne s’allumera pas, il sera bien difficile de le faire changer de perspective. C’est un peu comme le feu : on sait que c’est que c’est chaud. Mais on le comprend le jour où on s’en approche un peu trop !
  3. L’interdiction. Il peut être tentant d’interdire simplement les contacts ou la fréquentation de l’ami en question. Mais cette interdiction ne réglera pas nécessairement la situation et risque même de l’empirer, surtout si les deux jeunes fréquentent le même milieu scolaire. C’est une option qu’on peut garder en tête en cas de danger pour notre enfant. Et dans ce cas, il serait bien de se faire accompagner par des intervenants ou des professionnels.

Les essentiels

Alors, concrètement, on fait quoi ? Le plus important, est de maintenir la relation et d’être à l’écoute ! S’il se sent jugé ou pris au piège, notre enfant risque de se sentir incompris et de se refermer sur lui-même. On peut essayer, tout en douceur, d’ouvrir la discussion au sujet des amis. Lui demander ce qu’il aime de tel ou tel ami, le questionner sur les qualités qu’il apprécie en général chez ses amis, parler avec lui de ce qui fait qu’une relation amicale est nourrissante, etc. En comprenant sa perspective à lui, il sera plus facile de lui refléter nos observations. S’il est réceptif, on peut aller un peu plus loin et lui partager certaines de nos observations.

Ces discussions peuvent aussi nous aider à mieux comprendre ce que cette relation lui procure. Est-ce qu’elle répond à un besoin ? Est-ce qu’elle est nourrie par la peur ? En sachant ce que notre enfant gagne à travers cette relation, il sera plus facile de trouver des alternatives pour répondre aux besoins ciblés. Par exemple, notre enfant peut très bien avoir besoin d’affirmer davantage sa personnalité ou son unicité, d’avoir plus de liberté, de renforcer son sentiment d’appartenance, d’expérimenter de nouvelles activités, de vivre des expériences en dehors du noyau familial, etc. Ce qui est merveilleux, c’est qu’il est possible de répondre à ses besoins de différentes façons ! Nous pourrons accompagner notre enfant dans cette réflexion un pas à la fois.

De plus, nos discussions peuvent aussi nous amener à identifier certaines aptitudes à développer chez notre enfant. Est-ce que c’est facile ou difficile pour lui de dire non ? Est-ce que c’est facile ou difficile d’affirmer ses goûts, ses préférences ? Est-ce qu’il est à l’écoute de son propre détecteur de danger ? Est-ce qu’il a confiance en lui ? Est-ce qu’il a une bonne estime de lui ? Parfois, le « problème » se règle en développant les aptitudes de notre enfant à s’écouter et à s’affirmer. Ainsi, l’ami qui avait une mauvaise influence n’est plus qu’un ami neutre. Et si jamais la relation n’est plus nourrie, ils risquent de prendre, tôt ou tard, leur distance tout naturellement.

Finalement, bien que nos enfants aient besoin de plus de liberté en grandissant, cela ne signifie pas qu’ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent ! La liberté vient aussi avec des responsabilités et un cadre. Il peut être nécessaire de leur rappeler. Quel est notre cadre familial ? Quelles sont nos attentes ? Nos valeurs ? Qu’arrive-t-il en cas de non-respect ?

Si la situation est plus tendue, soit parce que nous avons de la difficulté à prendre du recul, que notre enfant ne s’ouvre pas facilement ou que son comportement nous dépasse, il est possible d’aller chercher de l’aide. Un intervenant nous aidera à valider ou redéfinir nos valeurs personnelles et familiales. Il nous aidera aussi à identifier nos craintes et à établir un cadre clair, tout en restant à l’écoute des besoins de notre enfant.

En espérant que ces quelques pistes vous fournissent des éléments pour alimenter votre réflexion et ouvrir le dialogue avec votre enfant !