Cliquez ici

Les ados ayant un TDAH : comment les soutenir dans leur parcours scolaire?

Les ados ayant un TDAH : comment les soutenir dans leur parcours scolaire?

Dans notre société actuelle, le trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) est devenu chose commune au sein des établissements scolaires. Plusieurs adolescents vivent avec un TDAH, et celui-ci est diagnostiqué de plus en plus tôt. Vivre avec ce trouble neurodéveloppemental représente tout un défi pour eux, car ils doivent s’adapter à toutes les sphères de la société, dont l’école. Même si pour ces jeunes, obtenir un diplôme d’études secondaires peut être difficile, il n’en reste pas moins que si nous répondons efficacement à leurs besoins, ils réussiront pour la plupart à atteindre les objectifs établis selon leurs capacités.

Qu’est-ce que le TDAH?

Le TDAH est un trouble neurodéveloppemental persistant et permanent qui se traduit par une grande difficulté à se concentrer et à rester attentif. Les personnes qui en sont atteintes sont très souvent distraites, impulsives et hyperactives. Pour certaines d’entre elles, cela peut même s’accompagner d’un comportement agressif.

Le TDAH peut également se manifester à travers des oublis fréquents, une difficulté à s’organiser, la perte de matériel, la bougeotte constante, une difficulté à être tranquille, du bavardage excessif, de l’agitation (souvent observée davantage chez les adolescents), du tortillement, une difficulté à attendre son tour au moment des prises de parole et des réponses données trop rapidement.

Les ados ayant un TDAH font face à de nombreux défis dans toutes les sphères de leur vie, car ils doivent apprendre à se comporter adéquatement et à assimiler des connaissances le plus efficacement possible malgré leur trouble. Les proches doivent eux aussi s’adapter à l’adolescent, qui peut être considéré comme « différent » et qui est souvent une vraie boule d’énergie. Apprendre à vivre avec un TDAH ou vivre en présence d’une personne atteinte de TDAH, ça demande temps, patience, adaptation et beaucoup de lâcher prise!

Quelles sont les mesures en place dans le système scolaire québécois?

La scolarité représente un grand enjeu pour les jeunes ayant un TDAH. Rester assis longtemps sur une chaise, être attentif pendant une longue période, écouter sans parler… Tout cela n’est pas une mince affaire pour eux, et ça entraîne souvent des difficultés scolaires.

Le plan d’intervention pour faciliter l’apprentissage

Le système scolaire actuel ne permet pas aux adolescents atteints d’un TDAH d’apprendre selon leurs besoins. Heureusement, le plan d’intervention existe. Il s’agit d’un document détaillé dans lequel sont proposées plusieurs mesures et actions à mettre en place pour faciliter l’apprentissage de ces jeunes et favoriser leur réussite. Tous les agents de l’école (enseignant, direction, technicien en éducation spécialisée, psychoéducateur) ainsi que l’élève et ses parents contribuent à l’élaboration de ce plan d’intervention, qui se doit d’être respecté et qui peut être révisé au besoin. Ce document accompagnera l’élève tout au long de sa scolarité.

Le TDAH et la classe spécialisée

Dans certains cas, l’adolescent peut être placé dans une classe spécialisée, c’est-à-dire une classe dans laquelle il apprendra généralement à son rythme et obtiendra un soutien encore plus important que s’il était en classe ordinaire.

Toutes ces mesures sont bonnes et doivent continuer d’exister. Toutefois, certains ados n’auront pas nécessairement un plan d’intervention ou ne seront pas en classe spécialisée. Il est donc primordial pour tous les agents de l’école de comprendre ce qu’est le TDAH, de connaître l’élève et de tenir compte de sa particularité afin d’adapter leur manière d’enseigner et d’intervenir.

Les actions à toujours prioriser

Afin d’amener l’adolescent à se faire respecter, à se sentir épaulé et soutenu, à avoir une bonne estime de lui et à se sentir compétent, tout agent de l’école qui est en présence d’un adolescent ayant un TDAH devrait prioriser certaines mesures. Ces actions concrètes permettront à l’élève de mieux avancer dans son cheminement scolaire et de peut-être aimer davantage l’école :

  • établir un contact visuel, fournir un support visuel et séparer la tâche en plusieurs parties pour éviter une surcharge cognitive et s’assurer que l’adolescent a bien compris les consignes;
  • répéter souvent pour limiter l’inattention et poser des questions pour valider l’information auprès du jeune;
  • diminuer les sources de distraction et placer l’élève à un endroit précis dans la classe. Il sera ainsi moins tenté d’effectuer des déplacements ou de toucher du matériel;
  • offrir à l’élève un mentor, un élève sur qui il pourra compter et qui lui servira de modèle;
  • limiter le nombre de règles et s’assurer qu’elles sont concises;
  • discuter avec l’adolescent des actions à mettre en place si la colère l’atteint;
  • utiliser des codes verbaux pour établir la communication;
  • prévoir des pauses pour éviter une surcharge cognitive et un découragement et permettre à l’élève de bouger;
  • prévoir des moments de détente ou un loisir que l’élève aime pour le calmer et lui permettre de se recentrer;
  • renforcer les bons coups et les bons comportements.

Il est essentiel que les adolescents qui ont un TDAH ne soient pas des oubliés du système. Ils méritent leur place au sein de la société et du système scolaire autant que les autres. Avec un bon encadrement, leur parcours scolaire continuera sûrement à être ardu et complexe, mais il sera sans doute plus doux et plus harmonieux.