• La famille tape notre fils !

    Bonjour,

    Voici mon “soucis” :

    J’ai mon petit garçon de 19 mois. C’est un amour… Il est très gentil, et il commence naturellement à vouloir s’exprimer, à vouloir donner son propre avis, et à ressentir de la frustration, car forcément, tout n’est pas permis, dans la vie..  Je me dis que c’est bien normal de ressentir de la frustration, car ce n’est pas naturel tout à coup, de se voir refuser des choses qu’on voudrait faire ou avoir. C’est un apprentissage comme un autre, je présume.

    Il lui arrive donc bien évidemment de nous signifier sa frustration, en pleurant, en criant de temps en temps, ou encore en tapant.  Cependant, il lui arrive également de taper par enthousiasme : il va être “trop content” et du coup, on se ramasse une baffe au passage.. Dans ces cas là, je ne le “gronde” pas, je lui explique calmement que ce n’est pas gentil de taper, que ça fait mal, et qu’il ne faut pas faire ça. Qu’il faut faire “douce..” (une caresse en fait) et il s’exécute très bien, il comprend très bien que ce n’était pas approprié.
    Il écoute aussi, plus ou moins, les consignes. Si il veut faire quelque chose d’interdit, ou de dangereux, nous essayons, avec Papa, de lui parler fermement mais calmement. De lui expliquer rapidement.
    En principe, ça fonctionne. Il faut le répéter plusieurs fois de suite, des fois, mais ce n’est pas très grave.

    Tout ça pour dire que je ne suis pas en accord avec certaines personnes de mon entourage familial.
    Que je sois présente ou non, il se passe des choses que je ne peux pas cautionner : pour avoir voulu tendre la main vers un paquet de gâteaux, il reçoit une tape sur la main; pour être arrivé vite vers quelqu’un et avoir tapé (enthousiasme), il reçoit une tape sur la main; pour s’être dirigé vers la cheminée éteinte (oui, il n’a pas le droit de l’approcher, mais bon) il reçoit un coup de pied aux fesses… etc..

    Je ne suis pas du tout fan de la “tape”. Surtout pas “en prévention” d’une bêtise…
    Je ne peux plus laisser passer ce genre de comportement. Pour l’instant je n’ai trop rien dit. Mais ça me ronge.
    Que ça soit l’ancienne génération (les grands-parents) ou la nouvelle (des tontons ou tatas), c’est la même chose..

    Je sais bien que c’est moi qui décide de l’éducation et de la façon de réprimander, ça ne fait aucun doute.

    D’où ma question : Est-ce que les petites humiliations physiques (tape, coup au fesse..) sont néfastes pour le développement psychologique de mon petit garçon ? (j’entends, à long terme)
    Je vais être hyper vigilante désormais, car à chaque fois que j’entends dire “on lui a mis une tape”, ça me fait tomber de haut…
    Je voudrais pouvoir leur expliquer par A plus B que ce n’est pas une bonne chose de faire ça, dans l’intérêt de son équilibre personnel.

    Merci de m’avoir lue et merci de votre réponse..

    C.J.


    Bonjour Mme Jongen,

    Il me fait plaisir de répondre à votre question.  De toute évidence, votre malaise est une réaction très saine.  Malheureusement, il est encore admis dans plusieurs familles, que de frapper un enfant lui permettra de corriger son comportement. Ce qui sera peut-être le cas, mais à quel prix ? Les enfants soumis ont bien de la difficulté à s’affirmer devant les amis à l’école, et plus tard, devant leurs conjoints et patrons.  Ils sont plus anxieux et arrivent plus difficilement à assumer leurs choix.  Et on leur reproche alors de ne pas savoir prendre leur place !  Et s’il ne se soumet pas, il pourra développer un tempérament rebelle… qu’on lui reprochera tout autant !

    Bien sûr, nous voulons que l’enfant développe des comportements sociaux adéquats: pas question qu’il fasse tout ce que bon lui semble sans égard pour les autres et leur environnement.  Nous devons donc lui enseigner ce que nous attendons de lui.  Ce que vous semblez très bien faire, vous et votre conjoint, devant des comportements tout-à-fait normaux chez un enfant de cet âge.

    Quant aux membres de votre entourage qui utilisent la fessée pour l’empêcher de faire certaines choses, il n’y a pas d’autres choix que de demeurer ferme avec eux quant à vos valeurs éducatives… ou d’éviter leur compagnie.  L’un comme l’autre n’étant pas toujours facile, à vous de voir ce qui est possible pour le bien de votre enfant.

    Voici quelques conseils pour vous affirmer face à ces comportements avec lesquels vous êtes en désaccord :

    • Parlez d’abord à ces personnes en dehors d’un moment de tension.
    • Nommez clairement vos valeurs éducatives et donnez des indications claires sur la façon que vous souhaitez que ces personnes interviennent avec votre enfant. Il faut les éduquer, eux aussi !  Parfois, ils ne savent pas faire autrement.
    • N’accusez pas. Utilisez un ton ferme en utilisant le « je ».  Par exemple : « Je ne suis pas d’accord qu’on tape mon fils. Je vous demande de l’éloigner, de le distraire ou de lui expliquer ce que vous voulez qu’il fasse ou non ».
    • Utilisez une mise en situation: demandez à ces personnes s’ils croient que si leur patron leur donnait une tape lorsqu’ils font une erreur, ça les aiderait à la corriger. Utilisez un ton intéressé, interrogateur, et non accusateur.
    • Soyez fermes : « Si vous utilisez encore la fessée envers mon fils, je vais devoir limiter les contacts avec vous, même si j’aime bien votre compagnie. Son estime personnelle est plus importante que le plaisir que nous pouvons avoir à se côtoyer. » Mais ne le dites que si vous avez vraiment l’intention de le faire !

    Si la situation ne s’améliore pas, je vous suggère de consulter un coach du Réseau Nanny Secours ou un autre professionnel qui sera en mesure de vous soutenir pour vous affirmer et composer avec cette situation délicate.

    Continuez à vous fier à ce que vous sentez, c’est un très bon indicateur !

    Sur ce, je vous souhaite bon courage !