• La petite école du joli-bois

    Un jour, j’ai lu un magnifique conte, dont j’ai malheureusement perdu l’origine et les détails. Je vous livre donc ici ma version de cette histoire qui image bien ma philosophie de travail. Si vous trouvez la version originale, merci de me la transmettre !

    Il était une fois, une magnifique forêt où tous les habitants avaient réussi à établir une certaine harmonie. Oh ! Il y avait bien parfois de petites chicanes entre voisins ou entre amis, mais M. Hibou, sage incontesté du village, réussissait toujours à rassembler les dissidents et faire disparaître les gros nuages gris qui embrumaient les idées des plus bornés. Or un jour, les parents de tous les petits animaux décidèrent de s’unir et de fonder une école commune afin de permettre à leurs enfants de développer des habilités variées. On instaura donc des cours de vol plané et d’atterrissage, des cours d’escalade et de grimpage, des cours de nage, de course, de saut en hauteur et en longueur, etc.

    Les parents étaient fiers de leur programme éducatif hors du commun : un programme qui permettrait à leurs enfants d’envisager des possibilités qu’autrement ils n’auraient même pas osé imaginer dans leurs rêves les plus fous ! Et les enfants quant à eux, étaient sur-excités à l’idée d’apprendre à voler, courir et nager aussi bien que leurs camarades !

    Les premières semaines furent très stimulantes ! Tous avaient envie de partager leurs connaissances et d’aider leurs amis ! Ils se présentaient aux cours avec enthousiasme et entrain. Même ceux qui avaient eu peine à quitter leurs parents pour toute la journée, commençaient à se faire de nouveaux amis et à aimer se rendre à l’école.

    Puis, après la lune de miel, les difficultés apparurent…

    Le jeune aigle revint à la maison avec un billet d’avertissement parce qu’il présentait vraiment un comportement rebelle au cours de grimpage ! Voyez-vous, ce jeune entêté ignorait les consignes du professeur écureuil : plutôt que de grimper jusqu’à la cime de l’arbre, il s’envolait directement au sommet. Le jeune aigle n’arrivait pas à comprendre pourquoi il devait apprendre à grimper alors qu’il lui était beaucoup plus simple et beaucoup plus agréable de voler !

    Le jeune canard quant à lui, avait les meilleurs notes à la nage, mais éprouvait des difficultés notoires à la course. Il avait beau détenir toute la motivation du monde, ses pattes palmées le plaçaient toujours bon dernier. Le professeur exaspéré par ses piètres résultats, lui imposa retenue après retenue. Ses parents ne sachant plus que faire, lui interdirent d’aller nager tant que ses résultats en course ne s’amélioreraient pas. Le jeune canard fit tant et tant d’effort à la course que ses pattes s’usèrent. Mais ses résultats en course s’améliorèrent enfin ! Par contre, il devint un nageur moyen tant ses palmes usées avaient perdu de leur efficacité.

    Le petit lapin, de son côté, avait reçu une mention d’honneur en saut, mais comme il n’avait jamais mis la patte à l’eau parce qu’il en avait une peur bleue, il y avait à la place d’une note sur son bulletin, deux grosses lettres : EC pour échec ! Les parents blêmirent de déception, mais encouragèrent leur petit lapin à recommencer son cours. Petit lapin pleura toute la nuit tant il anticipait la journée du lendemain…

    Et ce fut ainsi dans chaque famille ! Le jeune raton-laveur se brisa une patte durant son premier essai de vol plané, la jeune taupe ne fit aucun progrès au cours de saut en longueur, le jeune hérisson fit éclater de ses pics la bouée qu’on lui lança pour le secourir de la noyade et le jeune aigle sécha un nombre incalculable de cours pour aller voler !!! Tous les enfants rechignaient pour se rendre à l’école et tous les parents étaient hors d’eux que leurs enfants n’apprécient pas la chance qu’ils avaient !

    Les parents consultèrent donc M. Hibou afin de savoir quoi faire avec ces enfants récalcitrants, paresseux ou déprimés. Sur sa branche, ce dernier resta un long moment pensif… Un très long moment ! Un parent s’impatienta même un peu : « M. Hibou ! Nous vous avons demandé de nous aider, faites un peu plus vite ! Nous n’en pouvons plus d’attendre ! ». Mais M. Hibou, continua à réfléchir encore un moment, l’air absent…

    Puis, enfin, il ouvrit le bec : « Si vous voulez mon avis, vous devez développer les forces de vos enfants, leur donner l’opportunité d’expérimenter des aptitudes nouvelles et les encourager dans leurs efforts ! Voyez-vous, si j’étais allé à votre école, on m’aurait probablement traité de rêveur et de lunatique. Mais si vous êtes ici, sous mon arbre, ce n’est pas parce que je suis le meilleur dans toutes les disciplines : mes aptitudes de grimpeur sont assez médiocres, et ne pensons même pas à la nage ou la course ! Vous êtes ici parce que vous appréciez mes qualités de penseur et de communicateur… Aidez vos enfants à identifier leurs points forts, et surtout, valorisez largement tous leurs moindres efforts, peu importe les résultats obtenus. N’entretenez pas de rêves irréalistes par rapport à leurs capacités, car vous en ferez des êtres déprimés et sans grande motivation. Apprenez-leur à suivre leurs passions: vous en ferez alors des gagnants, des animaux heureux et pleinement accomplis qui contribueront à notre communauté ! »

    Les parents repartirent donc à la maison un peu chamboulés. Certains ronchonnaient même contre ce vieux hibou qui n’était pas de son temps et qui n’avait même pas d’enfants de qui s’inquiéter… Mais chacun, blotti au creux de son lit, laissa une parcelle du message du hibou faire son chemin. Les parents commencèrent timidement à valoriser l’effort et la persévérance, puis remirent en question quelques cours obligatoires qui devinrent des cours optionnels. Et petit à petit, tous les petits animaux retrouvèrent leur joie de vivre ! Ils se sentaient enfin à nouveau compétents ! Ils partagèrent leurs expertises chacun dans leur domaine : le jeune lapin enseigna quelques notions de saut à la jeune souris qui fit des progrès remarquables; le jeune aigle enseigna le vol plané au jeune écureuil (qui devint un écureuil volant…), qui à son tour donna quelques leçons de grimpage au jeune ourson qui devint le meilleur grimpeur… de tous les oursons !

    Et c’est ainsi que l’harmonie et la paix ont regagné le cœur de tous les habitants de la forêt du Bois-joli !!!