• Le fameux «Terrible two»

    J’ai régulièrement des questions de parents qui s’arrachent les cheveux à la période de l’enfance qu’est le terrible two… Voici donc un article qui en aidera plus d’un!

    À cet âge, l’enfant vit un déchirement inconscient à l’intérieur de lui soit celui de rester un petit bébé à maman et papa ou de devenir un petit garçon ou une petite fille. C’est ce qui explique que dans la même journée, mon enfant puisse faire une crise pour que je l’aide à s’habiller et que 15 minutes plus tard, il me crie après parce qu’il est capable de faire ça TOUT SEUL BON! À l’intérieur de lui se trouve de véritables montagnes russes, il n’est pas conscient de ce déchirement, mais ses comportements parlent d’eux-mêmes!

    Pour l’enfant, il est troublant de traverser cette période parce qu’en quelque part, il vit le chaos à l’intérieur de lui et il ressent le déséquilibre qui est présent. C’est pourquoi mon enfant aura besoin de ma souplesse et de ma compréhension pour passer cette période tout à fait normale de son enfance.

    Quelques trucs et pistes de réflexions sur le Terrible Two :

    • Être constant et cohérent dans les règles et dans ce qui est demandé. 
    • L’impliquer et lui donner des choix, lui permettre de décider ce qu’il peut décider pour développer sa capacité à avoir un certain contrôle sur les événements extérieurs. Plusieurs enfants ont un côté leader qu’on ne leur permet pas d’exprimer.
    • Le soutenir dans ses apprentissages lorsqu’il veut faire tout seul et être présent pour lui lorsqu’il se décourage et qu’il semble trouver ça plus difficile…
    • Faire preuve de patience et de tolérance pour ses sautes d’humeur et l’aimer véritablement…
    • Faire de l’écoute active et véritable auprès de mon enfant, lorsqu’il est fâché ou triste: « Tu es vraiment fâché de devoir partir du parc, tu avais beaucoup de plaisir! Je comprends… » (en même temps que je le prends en dessous de mon bras pour l’embarquer dans la voiture hihihi)
    • Appliquer des conséquences de façon neutre et le plus détaché possible, mais de façon constante.
    • Ne pas tolérer les comportements violents, agressifs.
    • Attention aux trop nombreux interdits!!! Plusieurs parents disent trop de non sans raison.
    • Donner de l’attention positive à mon enfant et lui donner de l’attention quand j’aime ce qu’il fait.
    • Reconnaître ce qu’il vit, mettre des mots sur ce qui se passe, comme par exemple : « Tu trouves ça plus difficile aujourd’hui, tu aimerais que maman te laisse tout décider, tu as envie d’être un grand garçon n’est-ce pas?  Tu as le droit, c’est normal. »
    • Lâcher prise et ne pas dramatiser les situations. Me répéter que cette étape de l’enfance est normale et fréquente et que ça va passer. Ceci me permet de mieux réagir aux événements et aux réactions de façon quotidienne. Ne pas oublier qu’il est très positif que mon enfant s’affirme et prenne sa place et réclame plus d’autonomie.
    • Attention à l’autoritarisme. Il est possible d’être ferme et de ne pas laisser mon enfant faire sa loi tout en faisant preuve de souplesse et de compréhension à son égard.
    • Entendre les désirs de l’enfant : « tu aimerais beaucoup avoir un biscuit au chocolat, hein? C’est vrai que c’est bon. On va souper bientôt et je t’en donnerai un après, d’accord? » au lieu de « ben non, on mange pas de biscuit avant le souper voyons! » Un désir a besoin d’être entendu, pas nécessairement répondu…

    Et surtout… profitez des moments qui passent, ils ne reviendront plus et ils grandissent tellement vite!!! Ne pas perdre de vue l’essentiel pour se concentrer sur la personne avant tout… au lieu de juste voir les comportements qui m’exaspèrent!!! 🙂