Cliquez ici

Mon coco vit de l’anxiété et se colle à moi…

Mon enfant est timide

Salut,

Je suis éducatrice avec un groupe de 18-30 mois et j’ai un merveilleux petit bonhomme de 2 ans qui vit beaucoup d’insécurité. Quand il vit une période d’anxiété il s’accroche à moi comme à une bouée. Je dois le prendre dans mes bras, sinon il pleure (vraiment en détresse) et il poussera ou tapera les autres enfants qui réclament mes soins.

C’est la 2ème fois que nous vivons cela aussi intensément. Avant c’était juste avant l’Halloween…Coïncidence : nous approchons Noël ??? La dernière fois j’ai été absente 2 avant-midi pour du travail en dehors du groupe, alors coïncidence ???  J’ai été aussi absente 2 avant-midi la semaine passée.

J’essaie d’être la plus rassurante et la plus présente possible (sans négliger mes autres petits cocos), je lui donne des « chips croustillantes » (lire de l’attention positive), le plus possible,  j’essaie d’être prévisible, constante, claire et le plus routinière possible… J’aimerais trouver des articles pour m’outiller face à mon ti coco et d’où pourrait venir la cause d’un tel sentiment d’insécurité.

Merci
Nancy


Bonjour Mme Lamarre,

Je constate à la lecture de votre questionnement que vous êtes une maman possédant une grande expertise auprès des enfants et beaucoup de connaissances. Malgré tout ce bagage, on peut se sentir parfois sans repère face à certaines attitudes de nos enfants surtout en ce qui a trait à l’anxiété…

Les enfants passent par des étapes normales de développement dans lesquelles l’anxiété est présente. Il y a lieu de se questionner lorsque celle-ci est anormalement intense, c’est-à-dire, qu’elle se manifeste fréquemment et dans des contextes différents.

Dans le cas de votre petit bonhomme, elle semble être déclenchée lors des changements de routine et lorsque vous vous absentez. Il semble vivre ce que l’on appelle, l’angoisse de séparation. Le comportement semble démontrer une détresse excessive à l’idée de la séparation ou pendant la séparation.

Il peut être intéressant de travailler davantage sur le développement de son autonomie affective.

Voici quelques stratégies :

1. Comprendre le tempérament de son enfant.

  • Le tempérament désigne cette manière particulière qu’a chaque enfant de réagir et de s’adapter à son environnement. Il s’agit de caractéristiques innées qui donnent une coloration spéciale et unique à chacun. En reconnaissant que votre enfant possède un caractère unique, il devient plus facile de l’aider, d’ajuster vos attentes et ainsi de l’amener à cheminer à travers les étapes de son développement. Il se peut qu’à la base votre enfant possède un tempérament anxieux qui colore ses réactions. Votre enfant, avec votre support peut évoluer!!

2. Aider l’enfant à faire face à la séparation.

  • Présenter l’enfant aux nouvelles personnes avant de leur confier. Il faut faire attention à cet âge pour créer une stabilité. Il faut y aller à petits pas si on doit lui faire vivre certaines petites séparations. On débute avec des moments courts et ensuite on augmente avec l’âge. Il peut trouver ça très difficile présentement mais s’adapter plus facilement en vieillissant.
  • Raconter à l’enfant le déroulement plusieurs fois à l’avance.
  • Lors du départ, inclure des repères faciles à comprendre pour lui (« Je serai de retour tout de suite après la sieste »). Et vous devez tenir votre engagement afin qu’il puisse développer sa confiance.

3. Encourager l’enfant à adopter un jouet ou un autre objet pour l’aider à faire face à de nouvelles situations. Ça aide à diminuer le stress.

4. Faites l’exercice de reconnaître vos propres sentiments face à la séparation.

  • Votre enfant compte sur vous pour être rassuré donc vous vous devez de vous sentir confiante lors de vos départs.
  • Il est important aussi d’être empathique vis-à-vis de son anxiété. Qu’il sente que c’est ok de ressentir ce qu’il ressent mais vous devez quand même passer à l’action.

5. Amusez-vous, à changer parfois la routine. Se brosser les dents avant de prendre le bain, par exemple. La routine est rassurante mais dans le cas des enfants au tempérament plus anxieux, il peut être bien, occasionnellement, de faire des petits changements dans la routine pour les pratiquer.

Si cela persiste dans le temps et ce avec une forte intensité, n’hésitez pas à consulter une personne qui pourra venir à domicile ou un professionnel de la santé. Voici un livre que j’aime beaucoup!

En espérant que cela vous aidera à cheminer à travers cette étape.