• Quand relaxation rime avec…Solutions!

    Lorsque nous pensons au terme relaxation, certains pensent à la méditation, quelque chose de spirituel ou encore quelque chose de structuré, comme l’écoute d’une méditation guidée.
    Toutefois, la relaxation va au-delà de ceci. Il faut vous poser la question suivante : ‘’Qu’est-ce qui me fait du bien et qui me calme?’’. Vous aurez alors déjà une idée de ce que vous avez le goût de faire pour vous détendre. Si rien ne vient, vous pourrez alors essayer différentes stratégies énumérées plus loin afin de trouver ce qui vous détend.

    En famille ou avec votre enfant, c’est le même principe. Il faut vous poser le même genre de question : « Qu’est-ce qui fait du bien à mon enfant et qui le détend? ». Il se pourrait que la réponse ne soit pas la même pour chacun de vos enfants, en fonction de leurs intérêts propres à eux ou encore de leur âge.

    L’hyperstimulation, un facteur important

    Amener l’enfant à se calmer et se détendre peut être un défi pour certains, et une facilité pour d’autres. Effectivement, chaque individu, enfant et adulte, ne répond pas de la même manière à la relaxation. Faites simplement penser aux adultes qui vous entourent. Certains ont de la facilité à être calme, tandis que d’autres sont plus actifs et énergiques. On retrouve également ceci chez les enfants. Chaque enfant est différent et a un rythme différent, avec sa propre personnalité. Il importe donc d’adapter l’activité de relaxation selon chacun.

    Ce qui caractérise notre ère présentement, est l’hyperstimulation des enfants. Bien sûr, loin de moi l’idée d’émettre une généralisation à ce sujet. Toutefois, des études ont démontrées que les enfants de nos jours sont hyper-stimulés de multiples façons soit : par les écrans (ordinateurs, tablettes, télévisons, cellulaires, etc.), par des dizaines voire des centaines de jeux et jouets à la maison, des cours le soir et la fin de semaine, en plus de leur occupation principale à temps plein qui se situe en moyenne à 30 heures par semaine à la garderie* (où ils sont, encore une fois, stimulés tout au long de la journée). À quand remonte la dernière fois ou votre enfant s’est plaint de s’ ennuyer par l’absence d’activités ou de stimuli?

    Avec ce rythme de vie à grande vitesse, il faut réaliser que les enfants n’ont peut-être pas tout à fait la notion de se détendre et de prendre du temps pour se recentrer. Votre enfant n’a peut-être pas cette habitude et c’est probable qu’il soit alors difficile pour lui de le faire. Le but ici est de vous amener à réfléchir sur l’occupation d’une journée complète (du lever au coucher) de votre enfant et d’observer les temps où il peut se détendre réellement. Peut-être réaliserez-vous, avec joie, que dans votre famille il y a place aux moments de détente. Ou encore, peut-être réaliserez-vous que vous avez des semaines surchargées et que c’est un feu roulant du lever au coucher, que dès que vous mettez les pieds à la maison, vous réalisez que vous êtes déjà en train de coucher votre coco. C’est à vous d’en jugez et de voir ce qui vous convient.

    Toutefois, si vous aimeriez avoir plus de moments de calme et de détente avec votre enfant, ou encore vous aimeriez bonifier ces moments, je vous invite à lire la suite.

    La détente, oui, mais comment?

    Il faut d’abord se questionner à savoir si l’enfant comprend vraiment ce que se détendre veut dire. Lorsque vous lui en parlez, peut-il s’imaginer concrètement ce que ceci consiste à faire? De plus, comme parent, êtes-vous un modèle en terme de calme et de détente? Avez-vous du temps pour le faire et votre enfant peut-il vous observer dans ce genre de moments?

    Une fois que le terme « détente » est clair et concret pour l’enfant, je vous suggère de réfléchir aux façons que votre enfant pourrait se détendre et aux activités de relaxation que vous pourriez faire ensemble. Qu’est-ce qui vous parle en terme de relaxation et en quoi consiste la détente dans votre famille? Puis, vous pourrez en discuter avec lui afin de voir ce qui semble l’accrocher davantage. Je vous suggère de discuter de tout ceci avec votre enfant lorsqu’il est dans un moment calme et réceptif. Ceci favorisera la réussite et sa collaboration dans les activités de détente à venir. Il est possible qu’il ne sache pas quoi choisir si c’est du nouveau. Vous pourrez alors lui suggérer d’en essayer tout simplement.

    Une fois que vous aurez ciblé une ou des activités de détente, il faut alors trouver des moments pour les actualiser. Vous pouvez y aller graduellement afin d’éviter de vous mettre de la pression inutilement. Vous pouvez commencer par une ou deux fois par semaine, et augmenter graduellement si votre enfant en ressent le besoin ou si vous y prenez goût. Vous pouvez également l’inclure dans la routine du retour au calme avant le coucher. Si vous avez une routine avec pictogrammes, je vous invite à l’inclure afin que l’enfant réalise et visualise que vous y accordez de l’importance.

    Une fois que l’activité de détente sera bien acquise et significative pour votre enfant, vous pourrez lui suggérer d’en faire même en votre absence. Par exemple, une fois que vous l’avez bordé, ou encore lorsqu’il se réveille tôt le matin.
    Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il est essentiel que ce soit bénéfique pour vous et l’enfant et que vous en retiriez des bénéfices et de la détente au bout du compte. Si vous percevez ces exercices comme un fardeau et que c’est un ajout de stress pour vous, il faut alors se questionner sur la situation et y remédier autrement.

    Ces activités de détente peuvent également devenir de bons moyens de gestion des émotions. Par exemple, si votre enfant vit un stress ou encore une colère, une activité de détente connue deviendra un moyen pour lui de se calmer lorsqu’il vivra un moment difficile. Vous pourrez l’orienter en ce sens selon les situations qui surviennent.

    Oui mais il s’énerve!

    Effectivement, si ces activités de détente sont nouvelles pour lui, il se peut qu’il voit ceci comme un jeu. Donc, il est possible que les premières fois il joue plutôt que d’être calme et de tenter de se détendre. Ne vous découragez pas! C’est comme le reste. Lorsqu’il a appris à marcher, vous êtes-vous dit ‘’ah non! Ça ne fonctionnera pas, il n’arrête pas de tomber’’? Bien sûr que non. C’est donc le même principe. Rappelons-nous que, s’il est habitué d’être actif et que peu de moments de ce genre sont vécus, un temps d’adaptation sera nécessaire afin d’intégrer ce genre d’activité.

    La première chose à faire si votre enfant s’excite lors d’un moment de détente, c’est de donner l’exemple. Ayez un ton de voix calme et faites ce qui était prévu. La plupart des jeunes enfants vont finir par faire comme l’adulte, surtout s’ils voient que vous y trouver du plaisir et du bien-être.

    Prenons par exemple le yoga. Vous faites les poses de yoga prévues, dans une ambiance propice au calme (petite musique douce, lumière tamisée, petit tapis confortable, peu ou pas de distraction autour, etc.). Je vous suggère d’avoir des images afin que l’enfant puisse suivre et savoir comment faire les positions. Il ne les fait pas et fait autre chose? Ce n’est pas très grave. Gardez votre calme et invitez-le, sans le forcer, à faire comme vous. Parlez-lui des positions, qui portent souvent le nom d’un animal, et amener-le à observer ce que vous faites. Vous pouvez également lui offrir de l’aide pour prendre les poses. Continuez de votre côté à les faire et démontrez-lui que vous y trouvez du plaisir et que ça vous fait du bien. La plupart des enfants seront intrigués et y prendrons rapidement goût. Le mot clé : patience.

    Des idées d’activités calmes et relaxantes

    À l’intérieur :

    Dans un endroit intime ou propice au calme, qui amènera l’esprit de l’enfant à se calmer et s’accorder un répit

    • Se raconter des histoires, enveloppé d’un doudou. Ou encore, certains se font un petit coin ‘cocooning’, comme une petite cabane sous une table avec des coussins et couvertes.
    • Colorier des mandalas ou faire du dessin. Les mandalas sont reconnus pour avoir un effet apaisant et calmant
    • Faire un casse-tête, installé sur le plancher.
    • Des exercices de yoga. Il y a du yoga adapté pour les enfants avec les images intéressantes pour eux, tel le PedaYoga ou le Yoganimo.
    • Faire des exercices de respiration. Il y a plusieurs façons de faire ce genre d’exercices. Vous pouvez être couchés côte à côte et l’enfant suit votre rythme de respiration. Vous pouvez aussi compter le temps d’inspiration et d’expiration. Il y a également des outils visuels et auditifs pour être guidé. Par exemple, il y a une application Iphone nommé « Ma Cohérence Cardiaque », où vous inspirez et expirez en suivant une petite bulle, au son des vagues de la mer.
    • Écouter de la musique douce tout simplement, allongé confortablement, collé l’un à l’autre. La musique peut aussi être jumelée aux autres activités de relaxation choisies
    • Des exercices de pleine conscience. Ceci consiste à faire de la visualisation à l’aide de consigne verbale. Sur le net, vous trouverez de multiples exercices de ce genre. La pleine conscience est de plus en plus populaire, et certaines écoles l’inclut dans leur pratique, puisqu’elle a su démontrer plusieurs bénéfices.
    • Écouter de la méditation guidée à l’aide de CD ou des balados diffusions sur des sites web comme par exemple http://www.passeportsante.net
    • S’allonger tous ensemble dans un lit (faire la sieste ou non) et faire de petits massages relaxants. Les enfants recherchent ce genre de moments de proximité.

    À l’extérieur :

    Vous pouvez également avoir l’envie de vous détendre en famille à l’extérieur. Pourquoi pas?

    • S’allonger sur l’herbe et observer attentivement ce qui se passe avec chaque brindille ainsi que l’activité des insectes près de la terre.
    • Regarder attentivement les nuages. Vous pouvez en choisir un et le maintenir du regard jusqu’à ce que vous le perdiez de vue. Puis vous recommencez avec un autre.
    • Se promener en forêt ou marcher lentement le long d’un ruisseau en vous concentrant sur les petits bruits que vous entendez.
    • Écouter le crépitement d’un feu de foyer.

    En terminant, la relaxation offre plusieurs aspects bénéfiques autant chez l’adulte que chez l’enfant. Il suffit parfois de prendre quelques minutes, en mettant autre chose de côté, afin de se ressourcer et se recentrer après une journée de travail (pour les adultes) et une journée de garderie (pour les enfants, ce qui est somme toute une journée de travail pour eux!). Prendre le temps de vous offrir ces précieux moments peut faire une différence dans votre foyer et y amener un calme nouveau.

    Bonne relaxation!