Cliquez ici

Transformer une épreuve en moment privilégié

doigts croises

Enceinte de 12 semaines, j’ai appris lors de mon échographie, que j’avais un « oeuf clair ». Je ne savais même pas que cela existait. En résumé, ça veut dire que j’ai été fécondée, mais qu’une incompatibilité des chromosomes a fait en sorte que le bébé ne s’est jamais développé. Bref, mon utérus était vide. Évidemment, ce fut une grande déception.

Je vais donc utiliser mon exemple pour vous illustrer comment changer une épreuve en moment privilégié. Je ne vous incite pas à faire la même chose que moi, mais à vous imprégner des principes afin de le faire à votre façon.

1re étape: Accueillir les émotions et combler ses besoins

Lors d’une épreuve, il est futile de faire comme si de rien n’était. Il est important d’accueillir les émotions qui sont présentes, de ne pas les refouler. J’ai donc écouté mes besoins. J’ai pleuré au moment où j’avais envie de pleurer et comme je n’avais pas envie d’être seule, je suis allée voir mes collègues de travail et j’en ai même dérangé une en pleine réunion parce que je ressentais le besoin de lui parler (moi qui déteste déranger!). J’ai parlé seulement aux gens à qui j’avais envie de parler. Je n’ai pas tenté de satisfaire les caprices de chacun en appelant « untel » parce qu’il « fallait » que je l’appelle par exemple : je me suis écoutée. Comme je suis une personne qui aime partager son bonheur, beaucoup de gens étaient au fait que j’attendais un bébé. Je ne voulais pas devoir répéter mon histoire à maintes reprises,  je l’ai donc annoncé à ma façon, selon mes besoins. J’ai appelé ma mère en lui demandant de faire le tour de la famille ;  j’ai laissé mon conjoint faire le tour de la sienne;  j’ai demandé à mon amie au bureau de faire le tour des collègues et pour le reste, j’ai envoyé un message personnel sur Facebook ! C’était MA façon, celle qui me convenait. Je ne vous dis pas de faire comme moi, je vous dis faire comme VOUS voulez! Les personnes qui vous entourent ne vous en voudront pas d’être un peu égoïste pour une fois !

Et je me suis gâtée (un bon gros café au caramel, plein de caféine)! En résumé, toute la journée, j’ai fait comme si j’étais la seule personne importante au monde et si vous devez vous souvenir d’une seule chose, c’est celle-là. Vous êtes la meilleure personne pour connaître vos besoins et pour les combler. Écoutez-vous et demandez.

2e étape: Agir sur ce sur quoi j’ai le contrôle

Lorsque j’enseigne la programmation neurolinguistique (PNL), une des choses que je répète souvent est celle-ci: « Vous n’avez pas toujours le contrôle sur les événements, mais vous avez TOUJOURS le contrôle sur la façon dont vous réagissez à ces derniers ». J’ai donc mis en pratique cette maxime. J’aurais pu ressasser à quel point tout le « timing » était parfait, à quel point je voulais ce bébé à ce moment-ci. Ça n’aurait en aucun cas changé la situation. J’ai donc commencé, avec mon conjoint, à réfléchir à quel moment nous voulions recommencer, à quel autre moment serait aussi parfait, ou presque.

Dès le lendemain, je devais aller me faire faire un curetage. J’ai donc choisi de vivre ce moment d’une façon agréable. J’ai appelé ma meilleure amie (que je n’avais pas vue depuis plusieurs mois) et on a passé la journée ensemble. On a profité du temps d’attente pour faire le plein de potins et pour se mettre à jour dans nos aventures respectives. On s’est remémoré de vieux souvenirs et on s’est raconté des blagues. Ce qui fait que je me suis retrouvée dans la salle avec le médecin (et mon amie) dans un état d’esprit léger et positif étant donné que je n’avais pas passé mon temps à penser aux événements négatifs. L’intervention s’est donc déroulée presque sans douleur et mon corps a très bien réagit par la suite.

Bref, les événements sont ce qu’ils sont et vous n’y pouvez rien, c’est à vous de les rendre agréables en agissant sur ce sur quoi vous avez le contrôle. Soyez originales !

3e étape: « Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort »

Une fois toute la poussière retombée, il est temps de faire le bilan. Qu’est-ce que j’ai appris sur moi? Quelles forces ai-je développé? Quelles forces ai-je renforcé? À qui vais-je aller dire merci? En quoi suis-je une meilleure personne aujourd’hui? Et toutes les autres questions qui vous orienteront vers un avenir positif… En prenant soin de bien faire son bilan, la prochaine fois que vous aurez à vivre une épreuve, vous aurez déjà une expérience de référence qui vous aidera.

Et pourquoi ne pas s’offrir une autre gâterie pour se remercier soi-même? Sur ce, je vais m’acheter une bonne bière de microbrasserie que je partagerai avec mon conjoint ce soir 🙂