• Un brin de Jasette! La socialisation chez l’enfant âgé de 3 à 5 ans

    La socialisation chez l’enfant âgé de 3 à 5 ans
    Dès la naissance, le nourrisson échange avec son entourage par ses gazouillis, ses sourires, ses expressions faciales ou ses intonations. Il prend conscience, de plus en plus, de la présence des autres personnes de son entourage et des rétroactions qu’il a avec eux.

    L’enfant découvrira aussi ses pairs en les observant, en les imitant ou en jouant en parallèle. Il initiera des échanges par le jeu et le partage pour participer éventuellement à des activités de groupe. Ce qui créera chez lui un sentiment d’appartenance, une capacité à se comparer et à se reconnaitre des habiletés. Il découvrira, par le fait même, les règles de vie en société, le respect de soi et des autres.

    Au sein du noyau familial, la microsociété dans laquelle l’enfant évolue, il apprend déjà à développer des habiletés sociales et à respecter certaines lignes de conduite. Il interagira avec la fratrie, la famille élargie, les amis, le voisinage, la collectivité et des personnes étrangères. C’est auprès de tous ces gens, qu’il prendra son aisance à entrer en contact avec autrui.

    Il y a, sans contredit, le tempérament de l’enfant qui viendra teinter le développement de cette compétence, en fonction également de l’historique de vie personnel propre à chacun.

    Avec la fratrie, l’enfant s’initie à la vie de groupe. Pour un enfant unique, il est possible de créer des occasions auprès des amis ou du voisinage pour lui permettre d’échanger, dès le bas âge, avec d’autres enfants; et éventuellement lors de la fréquentation du service de garde ou lors du passage à la vie scolaire.

    J’échange un sourire, un regard et je partage mes jouets

    L’enfant de 3-4 ans délaissera le jeu côte à côte pour interagir davantage avec l’autre et en proximité. Il portera attention à celui-ci, à titre d’exemple, en le félicitant d’une réalisation (construction, dessin…) Il partagera et il exprimera ses émotions (joie, tristesse, colère…) ou affirmera ses choix et ses refus.

    Ce qui l’amènera à respecter le tour de rôle, le droit de parole et à exprimer ses besoins adéquatement. L’enfant prendra conscience du respect des règles dans les jeux, la notion de hasard et à accepter de perdre et gagner.

    C’est à ce moment qu’il assimilera l’autorégulation de ses émotions. Ce qui constitue l’un des premier pas, chez l’enfant d’âge préscolaire, à la capacité de maintenir de bons contacts avec les autres enfants, s’affilier, avoir du plaisir à jouer avec eux et développer en parallèle la capacité à régler des conflits.

    En magasin, vous trouverez plusieurs livres et jeux pour éveiller les habiletés sociales, l’esprit de coopération chez vos enfants, ou encore l’aider à reconnaître et à exprimer ses émotions. Je vous invite à visiter les différents sites internet des libraires, des maisons d’éditions et des boutiques spécialisées pour vous inspirer et jeter un œil aux ressources éducatives offertes, que vous pourriez vous procurer.

    10 ASTUCES pour favoriser la socialisation chez vos tout-petits 
    1. Féliciter les bons comportements sociaux entre frères et sœurs, cousins et cousines ou entre amis.
    2. Accompagner l’enfant qui initiera des premiers contacts envers d’autres enfants (au parc, à titre d’exemple) en lui donnant un modèle pour le sécuriser.
    3. Lui permettre de commander lui-même son dessert au restaurant, à la crèmerie, au service à l’auto…
    4. Inviter un ami du même âge à jouer à la maison ou discuter via face time, par exemple.
    5. Assister aux ateliers, souvent gratuits, qui sont offerts à la bibliothèque (théâtre, heure du conte…) ou les loisirs du quartier
    6. Intégrer des jeux qui nécessiteront d’attendre le tour de rôle, d’apprivoiser le hasard (perdre ou gagner), tel qu’aux jeux : « cherche et trouve », «serpents et échelles » ou les devinettes…
    7. Créer des scénarios en imitant des expressions faciales (triste, enthousiaste, en colère…) ou en l’animant avec des marionnettes
    8. Lire des histoires ou créer des scénarios et identifier les émotions ressenties par les personnages et identifier des exemples de solutions
    9. Initier des jeux rigolos avec l’adulte, la fratrie et les amis. Par exemple, le lancer du ballon sous différentes versions, des chansons et comptines…
    10. Permettre à l’enfant d’exprimer de plus en plus ses choix : ses vêtements…

    Certes, l’enfant qui développe des liens significatifs avec des amis s’épanouie et prend confiance en lui. Ce qui l’amènera à avoir de l’aisance, à coopérer et à prendre plaisir à travailler en équipe avec de nouvelles personnes par la suite. C’est un premier pas vers l’accomplissement de soi et le bien-être en présence d’autrui. Le fait de socialiser en bas âge, lui permet de mieux comprendre ses propres émotions et celles vécues par les autres. En vieillissant, il aura le pouvoir d’influencer ses propres émotions. L’opportunité de diversifier ses interactions sociales se présentera et il développera de plus en plus cette autorégulation des émotions. Ce qui lui donnera un bon « bagage » pour prendre sa place adéquatement au sein d’un groupe, s’intégrer à un nouveau cercle d’amis ou de développer une bonne capacité de résolution des conflits.


    Références bibliographiques :

    • Université du Québec à Montréal, équipe de recherche sur la qualité des contextes éducatifs de la petite enfance, S. Coutu, C. Bouchard, M-J Emard et G. Cantin, « Le développement et la socialisation des compétences socio-émotionnelles chez l’enfant », 2012

    • Les Éditions de l’hôpital Sainte-Justine, « Favoriser l’estime de soi des 0-6 ans », Danielle Laporte