Cliquez ici

Trucs pour une période de devoirs plus zen

Après avoir terminé l’année scolaire dans le chaos de la pandémie, entre l’absence d’école et les trousses pédagogiques à faire à la maison, les enfants et leurs parents sortent d’une période trouble et bouleversante. Le retour à l’école avec sa structure, ses règles et ses exigences académiques, risque d’être tout un défi pour certains.

Reprendre le chemin des devoirs pourrait s’avérer compliqué, surtout lorsque l’école à la maison a été source de conflits entre les parents et les enfants. Les souvenirs de ces moments de tensions, entre les demandes des parents inquiets et les refus des enfants face à des « devoirs » différents, risquent de refaire surface et de perturber ce retour à la « normale ».

La période des devoirs est souvent une période difficile dans la vie d’une famille.

Les enfants ont travaillé toute la journée et les parents aussi ! Ce moment est rendu bien compliqué dans nos esprits car il se veut obligatoire et incontournable.

Pour le rendre moins complexe voire même attrayant, il existe quelques trucs que l’on peut facilement mettre en place.

 

Tout d’abord, il faut trouver LE bon moment !

Il n’est pas forcément le même pour toutes les familles, ni même pour tous les enfants d’une même famille. C’est certain que sur le plan organisationnel, il est plus facile que tous les enfants fassent leurs devoirs en même temps. Toutefois, il peut s’avérer intéressant d’écouter les besoins de chaque enfant, surtout si cela leur permet d’être plus attentif et plus réceptif afin que cette période ne s’éternise pas. En donnant à chacun un horaire spécifique, on peut donc s’occuper d’un enfant à la fois et se rendre entièrement disponible pour lui, Dans le cadre des familles qui ont des enfants à besoins spécifiques, cette façon de faire peut devenir très intéressante. Laisser les enfants « décompresser » entre le retour de l’école et les devoirs. Ils ont besoin d’une période pour jouer, manger une collation, courir dehors ou simplement discuter de leur journée.
Se permettre comme parent de prendre un moment pour « souffler » et se ressourcer afin d’être réellement présent pour leur enfant est important!
Il se peut que dans certaines familles, le temps le plus approprié soit avant le souper. Pour d’autres, ce serait après et parfois même le matin au réveil… Il n’y a pas de règles fixes, ni de culpabilité à avoir !

 

S’installer correctement, au bon endroit …

Pour que l’enfant soit bien concentré et disposé, il est important que le lieu des devoirs soit dans un environnement sans trop de stimulations; télévision et téléphone éteints.
Idéalement, il est préférable de s’installer à une table assez grande pour déposer tous les éléments nécessaires aux devoirs et leçons.

 

Ensuite, préparer la « séance » avec l’enfant :

On peut décider avec l’enfant dans quel ordre se feront les devoirs et les leçons, en lui suggérant de commencer par ce qui lui semble le plus difficile ou le plus facile selon sa personnalité. Un enfant qui se décourage vite peut avoir besoin de commencer par les choses les plus faciles pour se donner l’impulsion tandis qu’ un enfant qui manque de confiance en lui pourrait se sentir fier d’avoir réussi le plus dur en premier; en ayant été encouragé il finirait plus facilement le reste ensuite.
Il peut être intéressant de prévoir des pauses au cours de la séance de devoirs, même quelques minutes seulement entre deux matières (aller boire un verre d’eau, aller aux toilettes, courir 3 tours autour de la table, etc.) Cela permet à l’enfant de mieux mobiliser son attention pour la matière suivante.
Pour les enfants plus autonomes, la liste peut permettre de rayer ce qui est fait au fur et à mesure et permet aux parents de faire la vérification des travaux plus rapidement.

 

Enfin, mettre du fun !

Plus on va rendre cette période ludique et attrayante, plus on obtiendra de coopération de la part de l’enfant : l’apprentissage des mots de vocabulaire peut se faire en sautant sur des feuilles-lettres placées au sol par exemple. En permettant à l’enfant de bouger, on sollicite son système kinesthésique qui met en jeu sa mémoire corporelle. Ainsi, il prend plaisir à apprendre et c’est vraiment plus agréable pour les parents !
Il existe aussi des applications sur tablettes pour « jouer » aux maths avec les parents ou encore des jeux de cartes de conjugaison.
On peut transformer certains jeux de sociétés pour qu’ils permettent de « travailler » le français ou l’anglais. Plus l’enfant et son parent vont prendre du plaisir dans ces moments-là, plus il deviendra facile de solliciter l’enfant au moment venu le lendemain.

D’ici là, en attendant le retour sur les bancs de l’école, amusons-nous avec nos enfants et profitons avec eux des joies de l’été pour faire d’autres types apprentissages !