• Crises de colère à répétition

    Salut,

    Mon nom est Nancy Robert. Ma fille va avoir 5 ans dans 2 mois et elle me fait tout le temps des crises. Par exemple : « c’est l’heure de ramasser la salle de jeu ». Elle se lance parterre et « non je veux pas ». Et quand je suis plus constante, elle se met à crier « haaaaa! » très fort. Un autre exemple : on est parti à Québec pour le weekend et on décidé d’aller faire des manèges au centre d’achat La Capitale tout l’après-midi. Le lendemain, on est allé à l’aquarium de Québec et quand il est venu l’heure de partir, elle m’a fait la crise du bacon et elle ne voulait plus rien faire. Tout ce que l’on avait fait avant ne comptait pas.

    Ma deuxième va avoir 4 ans dans 2 mois et elle est « boquée » à rien et ne prend pas les compliments. Par exemple, si elle fait quelque chose de drôle et que je ris, elle se met à pleurer et elle dit que je ris d’elle, se croise les bras et s’en va se cacher et refuse de nous parler. Si je lui dis qu’elle est belle, elle me répond « non ».

    On a passé 2 semaines à se chicaner avec les enfants, car rien n’est correct pour eux et ça continue tous les jours. Des idées? Car moi je suis à court!

    Merci


    Bonjour Nancy,

    Dans votre lettre, vous me racontez deux situations. La première, celle de votre fille de cinq ans qui fait tout le temps des crises etqui ne semble pas apprécier vos efforts pour lui faire passer de bons moments agréables ensemble. La deuxième situation est celle de votre autre fille de presque quatre ans qui n’accepte pas les compliments que vous lui faites, qui est « boquée » et qui croit que vous riez d’elle.

    Commençons par votre enfant qui fait des crises. Vous dites qu’elle fait des crises tout le temps. C’est-à-dire? Combien de fois par jour précisément? Cinq, dix, vingt crises par jour? Depuis quand les crises ont-elles commencé? Chez les tout-petits de cet âge, les crises, bien qu’impressionnantes parfois, sont normales. Elles apparaissent vers l’âge de dix-huit mois et peuvent se terminer un peu avant le début de l’âge scolaire. L’enfant est alors capable de mieux maîtriser ses émotions et possède un vocabulaire un peu plus grand.

    Avez-vous observé des moments dans la journée où elle serait plus sensible à faire une crise? Comme le matin, le soir, en sortie, à l’épicerie… Fréquente-t-elle un service de garde? Si oui, en fait-elle aussi dans son milieu de garde? En fait-elle à votre conjoint? Vous ne le mentionnez pas. Y a-t-il des moments où ça va bien? Des moments où elle se comporte de manière agréable avec vous? Si vous prenez quelques instants pour y penser, vous en trouverez sûrement. Quand vous en aurez trouvé, demandez-vous alors ce qu’il y a de différent dans ces moments.

    Autre point de votre courriel qui retient mon attention est que vous écrivez ceci : « Et quand je suis plus constante, elle crie plus fort. » Faire preuve de constance veut dire de toujours faire la même chose, sauf pour quelques exceptions comme les fêtes, de la visite… Ça veut aussi dire que vos règles sont claires (en avez-vous? sont-elles connues de vos enfants?) et que vos filles savent à quoi s’attendre de votre part. Elles doivent quelle sera la conséquence si elles ont un comportement qui n’est pas acceptable. Les enfants ont besoin que leurs parents soient constants en tout temps dans leurs disciplines et interventions. Celles-ci doivent le moins possible changer au gré de vos humeurs, sinon vos enfants perdent leurs points de repère et ne savent plus ce que vous attendez d’eux.

    Pour ce qui est du rangement, je vous suggère de prévenir un peu à l’avance le moment où elle devra cesser de jouer et de ranger ses jouets. Vous pourriez par exemple faire ceci en lui disant : « Dans cinq minutes c’est le temps de ranger, après on va souper ou après tu vas prendre ton bain. »  Selon son âge, sa capacité de mémoriser, selon son attention, etc.… Vous pouvez mettre une minuterie en lui disant : « Ok, cocotte je mets la minuterie, il te reste 10 minutes pour jouer, quand ça va sonner, je veux que tu ranges tes jouets après on part pour le parc. »  De cette façon, elle peut anticiper le temps qu’il lui reste à jouer. C’est beaucoup moins frustrant que d’être obligé d’arrêter d’un coup en se faisant dire « Ok! C’est fini, on range! »

    Même chose pour les sorties. Si dès le départ vous annoncez clairement vos consignes avant de partir de la maison, ce qui est autorisé, ce qui ne l’est pas, vous avez plus de chance que cela se passe bien. Évidemment, comme pour le rangement, il est préférable de lui dire un peu à l’avance quand ce sera le temps de partir.

    Pour votre autre fille, si vous me permettez de reprendre vos mots « Elle est boquée à rien ». « Boquée » par rapport à quoi? À qui? Aux compliments que vous lui faites, aux consignes, l’heure des repas. Si cela se produit juste lorsque vous lui faites un compliment, c’est peut-être tout simplement que cela la rend mal à l’aise. Certains enfants et même certains adultes ont de la difficulté à recevoir ou faire des compliments.

    Petite parenthèse au niveau des étiquettes données aux enfants tels que; têtu, « boqué », maladroit, pleurnichard, timide, etc. À la longue, elles finissent par réellement coller à l’enfant ainsi qu’à son estime de soi. Tout ce que désire l’enfant, est de faire plaisir à ses parents. Un petit truc, changer l’étiquette « boquée » en affirmation positive comme : « En ce moment tu as de la difficulté à accepter les compliments, mais ça viendra, j’ai confiance en toi. » Peut-être pourriez-vous aussi convenir ensemble d’un petit signe juste pour vous deux, lorsqu’il y a beaucoup de monde autour d’elle, un clin d’œil, une petite caresse sur l’épaule pourraient suffire.

    Ça dépend aussi à quel moment elle les reçoit. Réagit-elle mal à tous les bons mots? Y a-t-il d’autres adultes et/ou enfants présents avec vous? Est-ce que sa réaction est la même si vous êtes seule avec elle? Je ne pense pas qu’elle les refuse au fond d’elle, je suis certaine qu’elle apprécie. Si c’est difficile pour elle, essayez d’y aller progressivement, à petite dose, seule à seule sans avoir tout un public. Essayez de manière indirecte en passant par l’intermédiaire de sa poupée, son toutou préféré. Exemple : Dites au toutou en disant le nom de votre enfant :  « Oh regarde comme elle est bonne, douée, gentille, etc.… ». Ou bien lui chuchoter à l’oreille, comme un petit secret.

     Je vous souhaite bonne chance et des petits moments agréables avec vos enfants.

    N’hésitez pas à contacter un coach familial de votre région pour du soutien plus personnalisé et adapté au besoin de votre famille.

    Références supplémentaires pertinentes :