Cliquez ici

Répéter, répéter et toujours répéter les consignes… est-ce normal?

 

Le quotidien de plusieurs parents se résume à répéter les mêmes demandes sans arrêt à leur enfant. Est-ce votre cas aussi? Cela peut vous faire vivre de grandes frustrations et, à long terme, effriter vos relations avec votre petit. Voici comment vous en sortir sans perdre de plumes!

Un peu de patience est de mise

Avant toute chose, sachez que l’enfant a besoin de s’exercer pour intégrer une nouvelle notion. Il devra donc entendre et voir à de nombreuses reprises ce qu’il doit faire et le pratiquer. Avant de pouvoir marcher aisément, vous avez appris à rouler sur vous-même, à ramper, à vous tenir debout et à marcher maladroitement. Rappelez-vous que les erreurs sont des occasions d’apprentissage.

Exprimez ce que vous souhaitez voir

« Ne touche pas à ceci, ne fait pas ça, arrête de… » Beaucoup de parents ont tendance à intervenir majoritairement lorsque leur enfant adopte un comportement interdit. Toutefois, en raison de l’immaturité de son cerveau, le petit a de la difficulté à retenir ses impulsions et à prévoir les conséquences de ses actes. Pour la même raison, il est complexe pour lui de saisir les négations. Donc, plutôt que de dire : « Ne lance pas ta petite voiture. », on privilégiera : « Ta voiture est faite pour rouler. » Ainsi, votre enfant saura exactement ce qui est autorisé et comment l’exécuter.

Ce qui est interdit est attrayant

Imaginez que vous recevez un colis inattendu sur lequel il est indiqué de l’ouvrir dans trois semaines. Cela piquerait-il votre curiosité? Probablement! C’est le même phénomène qui se produit lorsque vous interdisez à votre enfant de toucher les bibelots de grand-maman ou de coller sa langue sur un barreau de métal gelé!

Prenez le temps d’expliquer à votre petit pourquoi il est préférable de respecter ces règles. Encore mieux, suscitez sa réflexion en jouant à « Qu’est-ce qui arriverait si…? ». Grâce au jeu, votre enfant apprendra sans en être conscient. Ainsi, vous l’aiderez à développer graduellement sa capacité à raisonner. Profitez de l’occasion pour évaluer des situations complètement improbables ou farfelues.

Restez en contrôle de vos émotions

Évitez de surréagir lorsque votre enfant ne respecte pas vos règles. Cela pourrait lui donner envie de recommencer juste pour expérimenter si vous allez sortir de vos gonds à chaque fois. Votre réaction intense pourrait également satisfaire un besoin d’attention qu’il souhaitait combler. De plus, un excès de colère de votre part ne fera qu’effrayer votre petit, et son cerveau ne sera plus en mesure de faire des apprentissages, étant trop occupé à gérer le stress ressenti.

Agissez en prévention

N’attendez pas que votre enfant soit sur le point de se brûler les mains sur le foyer avant d’intervenir. Tentez plutôt d’identifier les dangers potentiels au préalable et enseignez-lui les règles qui sont importantes à respecter pour sa sécurité ou le bon fonctionnement de la maisonnée. Permettez-lui d’expérimenter afin de mieux intégrer les apprentissages. Par exemple, si vous utilisez des couteaux aiguisés pendant que vous cuisinez et que votre petit souhaite vous accompagner, montrez-lui que votre outil est coupant. Ensuite, recommandez-lui de se déplacer doucement autour de vous lorsque vous préparez les repas ou demandez-lui de se servir d’un ustensile plus adapté s’il tient à vous aider. 

Utilisez quelques stratégies efficaces

Si votre enfant n’a pas écouté votre consigne, demandez-vous si cette dernière était optimale. Avez-vous pris le temps de vous déplacer près de votre petit, de nommer son prénom ou de poser votre main sur son épaule et d’obtenir un contact visuel? Lui avez-vous transmis une consigne courte, claire, formulée en termes motivants, positifs et précis? Avez-vous exprimé une consigne à la fois pour éviter la confusion? Si votre consigne ne respectait pas tous ces éléments, ce n’est peut-être pas le receveur qui est en tort, mais bien l’émetteur du message!

Afin d’éviter de vous répéter constamment pour rappeler les tâches du matin et du soir à votre enfant, des routines visuelles pourraient grandement faciliter leur exécution. Elles consistent à répertorier toutes les consignes que vous exprimez régulièrement durant ces périodes et de les imager pour les plus petits ou de créer une liste pour les enfants plus âgés. Votre enfant pourra alors se référer à ce support et ainsi développer son autonomie. Plus ces routines seront présentées comme étant des outils motivants et amusants, plus votre petit se laissera prendre au jeu.

Vous pouvez également placer des rappels visuels ici et là. À titre d’exemple, personnellement, plutôt que de répéter constamment à mes jeunes enfants de se laver les mains après avoir utilisé la toilette, j’avais collé une petite illustration d’un enfant se savonnant les mains juste au-dessus du rouleau de papier hygiénique. Cette technique a été plus efficace que mes rappels persistants et beaucoup moins irritante pour toute la famille!

Ne répétez pas à outrance : agissez!

Certains parents m’ont confié répéter la même consigne une dizaine de fois avant d’intervenir. Évidemment, plus vous répétez, plus vous devenez tendu et plus vous risquez de perdre votre flamme bienveillante et éducative. De son côté, votre enfant comprend rapidement qu’il a accès à un délai avant que vous fassiez concrètement quelque chose.

Selon moi, deux répétitions sont acceptables, mais ensuite, je vous suggère de vous mettre en action. Prévoyez une conséquence logique, naturelle et proportionnelle en lien avec la consigne qui n’a pas été respectée et appliquez-la réellement. Par exemple, pour un petit qui continue de lancer des jouets alors qu’il est à proximité d’autres enfants, on lui retirera les objets mal utilisés après lui avoir donné l’occasion de se raviser. Pour un enfant qui refuse de se brosser les dents durant sa routine précédant le coucher, le temps perdu avant l’exécution de cette tâche sera retranché de la période de lecture avec le parent qui suit normalement.

Est-ce plus bénéfique pour votre petit d’écouter vos consignes rapidement ou pas? Évidemment, s’il obtient plus d’avantages à agir comme il l’entend, il continuera de le faire. Alors que plus vous le féliciterez chaleureusement lorsqu’il est attentif à vos demandes, plus vite il se mettra en action. Le renforcement est beaucoup plus efficace que les conséquences face à un comportement indésirable. Misez sur le positif, et vous obtiendrez plus de collaboration de la part de votre enfant!

Laury Boisvert - Bachelière en psychoéducation

Coach familial elle se déplace dans la région de Québec et de la Mauricie et intervient auprès des enfants de 0-12 ans. Membre du Réseau Nanny secours depuis 2012.