• Famille recomposée: quand les enfants s’unissent contre les parents !

    Bonjour,

    Nous sommes une famille recomposée. Nous vivions seul avec chacun notre fille à plein temps, mais nous sommes tombés très vite amoureux et nous avons emménagé ensemble dans un nouvel appartement il y a plusieurs mois, pour qu’elles aient chacune leur chambre.

    Elles sont depuis très complices, se disputent peu, mais elles sont dans leur sphère, leurs histoires de copines, musiques, cheveux, etc. Elles en oublient les choses importantes (se laver les dents, les ongles, tirer la chasse, nettoyer sa table, les affaires qui traînent dans la chambre, etc.). Tous les jours il faut répéter, répéter, et encore répéter… Toujours repasser derrière elles, au point qu’on n’en peut plus: on « pète » carrément les plombs et même que depuis quelques temps, on ne leur adresse plus un mot sans gueuler. Impossible de leur parler, 2 clans se sont formés: les parents qui gueulent et les ados qui n’écoutent plus !

    On n’arrive plus à leur faire comprendre que si elles commencent par faire les choses importantes en premier et sans répéter, elles pourront avoir plus de temps pour elles.

    On les punit, genre: copies de 300 lignes “Je dois me brosser les dents”, mais le lendemain ça recommence.

    J’ai rétabli du dialogue en leurs parlant calmement en leur disant qu’on pensait à se séparer à cause d’elles car on n’en peut plus et que c’était mieux quand nous étions chacun de notre côté. Elles ont pleuré, donc j’ai promis de ne plus hurler mais qu’elles fassent ce qu’on leur demande. On leur a supprimé tout (téléphones, ordis) et je leur redonne quand elles font des efforts. J’ai appris en 24h à être plus détendu et à l’écoute, mais c’est un équilibre fragile (je suis impulsif). Ça va mieux, mais ma compagne est beaucoup plus dure que moi: elle a eu une enfance très difficile. Mais malgré ça, elles l’écoutent de moins en moins…

    Donc en étant plus calme ça va un petit peu mieux en 2 jours.  Je dois continuer comme ça ?
    Je leur ai dit que je leur faisais confiance pour que ça aille mieux.  Je n’ai vraiment pas envie de me séparer: c’est mon amie qui pense à partir et je suis vraiment malheureux d’avoir appris ça…

    La pension complète aurait été une solution mais trop cher.

    Merci de m’avoir lu,  je suis ouvert à tout conseil de votre part.

    Merci infiniment

    Bonjour M.Richard,

    J’espère que vous allez bien.

    Je reconnais vos questionnements et je salue votre courage de demander de l’aide. Bien qu’il soit difficile de bien comprendre tout le contexte de votre situation à partir de la page que vous m’avez écrite, je crois tout de même qu’il est important de garder en tête le stade de développement où sont rendues vos filles.

    À ce stade, beaucoup de changements sont en cours: le taux d’hormones augmente, les besoins ne sont plus mêmes, les désirs non plus, le niveau d’autonomie grandit, etc. Elles ont sûrement envie de réfléchir, de mettre en pratique des idées nouvelles et surtout, surtout, de remettre en question les vôtres.

    Dans votre lettre, vous dites: “ Elles oublient les choses importantes”.  Malheureusement, leurs priorités ne sont pas les mêmes que les vôtres : nettoyer sa place et faire du ménage sont vos priorités.  Les leurs sont plus précisément d’ordre sociales : les garçons, les amis, leur apparence.

    En ce qui concerne les punitions, premièrement, je préfère parler de “conséquences”, car cela implique qu’elles ont eu un choix au préalable. Les punitions telles que les copies ne font qu’attiser la colère et la rébellion. De plus, attention à vos propos. Votre crédibilité est en jeu. Il vaut mieux prendre quelques minutes pour réfléchir avant afin de vous assurer de pouvoir respecter ce que vous avez dit. Une belle façon de ne pas se mettre dans l’embarras est de prévoir les coups, c’est-à-dire de mettre par écrit les règles et les conséquences avec leur aide.
    Vos règles sont-elles claires et établies?
    Vous et votre conjointe êtes-vous constants dans vos interventions?
    Parfois, nous croyons être clairs dans nos demandes, mais avez-vous pris le temps de bien expliquer les attentes et les limites?
    Aussi, il ne faut pas avoir peur de leur demander leur avis. En les incluant dans le processus de décisions, vos filles se sentiront concernées et il sera alors plus facile pour vous d’avoir leur coopération.

    En résumé pour maintenir une bonne communication avec vos ados:

    Prenez le temps avec eux pour écouter ce qu’elles ont à vous dire.
    Les jeunes ont un grand besoin de se faire entendre. Les écoutez-vous vraiment lorsqu’elles vous parlent?  Elles pourraient vous surprendre.  De plus, vous aurez accès à des informations importantes sur ce qu’elles vivent. Posez-leur des questions, intéressez-vous à elles, même si parfois les sujets vous semblent légers.

    Partagez vos propres expériences.
    Nous avons tous fait nos expériences et nos erreurs. Discutez avec elles des vôtres ainsi que les leçons que vous en avez tirées. Vos conseils seront davantage reçus.

    Soyez indulgent.
    Rappelez-vous que votre rôle est de les guider et les conseiller. Il faut de la pratique pour devenir meilleur.

    Soyez clair dans vos attentes et vos limites.
    Prenez le temps de bien éclaircir les attentes de chacun. Les déceptions et les surprises seront moins nombreuses. L’humour est une belle façon de rendre la communication agréable pour tous.

    J’espère que mes pistes de réflexion sauront vous guider afin de retrouver une vie de famille plus détendue !  Bien sûr, lorsqu’une dynamique aussi difficile s’est installée dans une famille, il peut être difficile de changer les choses sans aide.  N’hésitez pas à demander du soutien auprès de professionnels tels que les coachs familiaux ou toute autre professionnel reconnu. Il suffit parfois de quelques rencontres pour faire une grande différence dans une famille !