• Le “terrible two”: vraiment terrible chez nous!

    Bonjour Nanny secours,

    Je me permets de venir vers vous car ma fille de 29 mois fait des crises pour tout et je ne sais plus où trouver des conseils susceptibles d’avoir de donner des résultats.  Je sais que cette période du « terrible two » est plus ou moins importante voir même présente selon les enfants mais j’avoue que pour nous, ça devient ingérable.

    Je pose tout d’abord le contexte de vie : notre cocotte est une enfant unique. Elle est chez une assistante maternelle du mardi au vendredi de 8h30 à 18h30 avec 2 enfants plus jeunes (un peu plus de 1 an) et qui se fait garder par ses grands-parents maternels le lundi.
    Je précise que l’assistante maternelle est très juste et il y a moins de crises chez elle.

    C’est une enfant qui demande beaucoup et qui ne veut pas jouer seule. Elle veut beaucoup être portée, exclusive avec moi et très proche de sa mamy maternelle.

    Depuis plusieurs mois, c’est de pire en pire : tout est sujet à crise. Elle hurle pour tout. Se coucher, passer à table, manger, se laver, aller sur le pot, se changer, s’habiller, changer la couche, etc.
    Elle hurle si on lui refuse quelque-chose ou si on lui demande d’attendre. Elle hurle parfois même sans raison apparente ou juste en demandant quelque-chose. Et je pourrais écrire un livre de tous les subterfuges que nous avons imaginés jusque là pour arriver à nos fins…

    Ce qui nous dépasse est que même pour demander les choses, elle se met déjà dans des états comme si on le lui avait refusé (le simple fait de demander de l’eau par exemple).

    Elle ne veut pas voir les autres personnes de la famille sauf mes parents et quand c’est le cas elle les fuit, me grimpe dessus comme si les gens voulaient la manger, râle et ne se laisse pas approcher, sauf par les enfants. Ça devient très gênant. Elle ne veut pas non plus que les chats de la maison nous approchent pour être caressés ou tout simplement s’ils veulent s’asseoir à côté de nous. Parfois elle se venge et les tape ou leur donne un coup de pied en passant à côté.

    Avant on avait des excuses. Elle se calmait et ça allait. Le coin fonctionnait. Mais plus rien ne marche si ce n’est pour créer une double crise et ça devient un cercle vicieux.
    On lui explique tout. On la punit rarement sauf quand elle recommence délibérément dans la seconde qui suit pour nous affronter. À ce moment-là on l’envoie au coin ou on l’ignore en lui expliquant que ça ne nous intéresse pas de jouer avec une petite fille qui jette tous les jouets ou de manger avec une petite fille qui hurle, etc…

    Elle n’enregistre pas les mauvaises conséquences de ses actes. Là nous sommes dépassés puisqu’il n’y a pas d’améliorations, au contraire.

    Je sais que nous ne sommes pas autant présents que ce qu’elle aurait besoin. Le soir on arrive tard à la maison alors tout se fait vite et le moment de partage se fait avant le dodo avec la lecture et un câlin.
    Et les wek-ends, il y a la maison à nettoyer le linge etc… Donc on lui demande de s’occuper un peu seule ou de participer au ménage (mais même ça elle n’aime plus trop) mais elle refuse de s’y plier un minimum et fait des crises. Donc on se relaie mais finalement on accède à sa demande (et pourtant nous lui consacrons du temps).

    Ça devient stressant pour tout le monde. Je n’ai plus envie d’aller en famille. Notre couple est fatigué de cette situation. Mon mari habituellement plus calme que moi perd son calme. Notre souhait d’un 2ème enfant a déjà été remis à plus tard car je ne me vois pas vivre une grossesse dans ce contexte.

    Heureusement qu’elle fait la sieste l’après midi car on en vient à attendre ce moment et celui du coucher le soir avec impatience…
    Ce n’est pas ce que j’ai voulu en ayant un enfant. J’aimerai la comprendre mieux que ça et surtout trouver la bonne attitude à avoir avec elle.

    Merci de votre aide, de votre soutien et de m’accorder un peu de votre temps.

    Ps. Tout le monde me dit qu’elle a besoin d’être avec d’autres enfants. Ce que je pense juste mais ne considère pas comme la cause de son comportement. Nous prenons la décision à compter du printemps de la mettre en MAM (maison d’assistantes maternelles) qui se trouve dans notre rue et en face de la maternelle puisque ce sera son mode de garde à la rentrée. Cela la préparera à l’école et la sociabilisera.
    Elle n’est pas propre à ce jour.

    Estelle


    Bonjour Estelle,

    Merci pour votre demande qui illustre tellement le moment intense du « terrible two ». Il n’est pas facile de constater à quel point notre petit ange nous fait tourner en bourrique mais la bonne nouvelle, c’est qu’elle est dans une étape qui n’est pas éternelle.

    Avec un autre éclairage vous pouvez alléger ce cap et si l’étape est trop intense, un accompagnement adapté pour vous, pourrait vous servir.

    Un point positif est que votre poulette fait moins de crises chez l’assistante maternelle, elle s’adapte à son environnement et gère plus ou moins sa foule de sensations nouvelles selon la réaction et la disponibilité de l’adulte présent.

    Votre fille débute cette étape où on ne lui apporte plus sans délai et sans qu’elle n’ait eu à réclamer, ce dont elle a besoin ou envie, mais à ce jour, elle n’a presque connu que cela. Il faut l’accompagner dans cette période (épreuve) de frustration :

    • De ne plus être comprise d’un battement de cil
    • De ne plus recevoir certaines attentions ou soins sans les avoir poliment demandés
    • De découvrir et accepter qu’elle doive attendre avant d’être écoutée et contentée
    • De découvrir et accepter qu’on lui dise non.

    Elle a besoin de décodage pour ce qu’elle ressent et découvre.  Elle a aussi besoin de prévoir : quoi, où, avec qui, quand, combien de temps et pourquoi : pas tout en même temps  !  Elle a besoin de ce type de repères : « On va faire ceci dans 5 minutes et après tu pourras jouer »

    • Pour le temps :
      • Donnez-lui des repères : « Dans 10 minutes, tu vas prendre ton bain. »
      • Il est utile d’avoir un minuteur pour l’aider : même si elle ne comprend pas tout, elle sait que le temps approche.
    • Donnez-lui des choix,
      • Elle va du bébé assisté à la petite fille qui apprend le début de l’autonomie : plutôt que « À table ! », ajoutez « Tu voudras une compote ou un yaourt au dessert ?».
      • À l’heure de s’habiller : « Tu préfères ta robe bleue ou la rose »…
        • On utilise un levier détourné: “Tu dois faire ceci et tu as le choix entre 2 possibilités seulement (un choix étudié par vous).
        • Mettez des mots sur ce que vous la voyez vivre et ressentir, elle saura qu’elle est écoutée et soutenue, en apprenant à se décoder elle-même et à exprimer ce qu’elle vit.
        • Cessez toute discussion et attention quand elle râle ou fait une crise :
          • L’ignorer dans ces moments difficiles lui retire les gains d’attentions négatives.
          • Souligner ses bonnes attitudes renforce son gout aux attentions positives.
        • Vous pouvez également choisir une journée où vous prendrez en note les moments difficiles. Regardez ensuite la différence entre votre impression et le nombre d’interventions. Cela vous éclairera sur : les heures plus favorables aux crises (la fatigue, la faim accentuent souvent les épisodes), la durée, les raisons, avec qui, etc. Prendre ce recul et noter sur papier est un bon éclairage.

    Ne prenez pas tout de front : choisissez votre ou vos deux pistes de changement, soyez patients, et décidez de la façon d’intervenir avec votre conjoint.  Informez ensuite votre maman et l’assistante maternelle des nouvelles attitudes pour vous adapter au mieux aux besoins de votre enfant.

    J’espère que ces quelques points pourront vous aider à vivre plus confortablement ce moment difficile mais nécessaire.

    Et continuez à gratouiller vos chats !