• Mon bébé ne dort pas à la garderie!

    Bonjour,

    J’ai un bébé qui vient d’avoir 6 mois. Ça fait 1 mois et demi qu’il a commencé la garderie en milieu familial. On a essayé les transitions pour qu’il s’habitue, mais il devient irritable dès que j’arrive. Les enfants l’accueillent parfois en criant. Mon problème est à l’heure de la sieste. Il ne dort jamais beaucoup, même avec moi, c’est maximum 1heure. Il ne dort que 10 minutes. Je le dépose à 9h15 le matin et je reviens le chercher à 14h40. Quand j’arrive, je le retrouve dans la chambre sur une chaise haute en train de pleurer alors que tous les autres dorment. L’éducatrice ferme même la porte pour ne pas qu’il réveille les autres et qu’elle puisse désinfecter la salle à diner. Je me demande si c’est correct de sa part ou pas? Chez nous, je le fais jouer par terre, et si j’ai besoin de faire le ménage, je le mets sur sa chaise haute à la cuisine, ou une chaise vibrante dans la pièce où je suis.


    Bonjour,

    Je comprends très bien votre question ainsi que le sentiment d’incertitude qui vous habite présentement, j’essayerai donc de répondre le mieux possible à votre question. Tout d’abord, afin de répondre à votre question initiale, je ne pense pas que cette intervention soit appropriée. Toutefois, je n’ai que très peu d’informations sur les circonstances. Je vous invite donc fortement à en discuter ouvertement avec elle afin de mieux saisir son objectif et par le fait même lui exprimer votre malaise face à cette méthode. N’hésitez pas à lui dire que vous désirez qu’elle intervienne d’une autre façon.

    Maintenant, vous me dites que votre poupon va à la garderie en milieu familial depuis 1 mois. La période nécessaire pour qu’un enfant s’habitue à un nouvel environnement est d’environ trois à six semaines. Il se peut que votre bébé ne soit pas encore tout à fait à l’aise dans son nouveau milieu.  Aussi, vous me mentionnez que votre enfant ne dort pas beaucoup, même à la maison. Cela est peut-être dû à son rythme personnel, sa personnalité ou a une difficulté à se détendre.

    Voici quelques conseils pour bien vivre l’intégration :

    Il est important, dans un premier temps, de vous sentir en confiance avec la responsable de service de garde qui s’occupera de votre enfant. Une rencontre préparatoire peut-être très bénéfique pour tout le monde. Lors de cette rencontre, vous pouvez discuter avec la personne responsable de ses valeurs, de ses méthodes éducatives et des activités qu’elle propose aux enfants de son groupe. Discutez de ses intérêts; pourquoi pratique-t-elle ce métier, comment gère-t-elle les crises, les oppositions, les situations conflictuelles entre les enfants. Comment organise-t-elle ses journées. Voilà quelques suggestions de questions qui vous permettront de savoir si vous serez à l’aise de laisser votre enfant dans ce milieu de garde.

    Lors des premières journées (au moins deux jours), passez quelques heures avec votre enfant dans le service de garde. Observez comment celui-ci prend contact avec les autres enfants, avec le matériel mis à sa disposition, comment l’éducatrice intervient avec les enfants du groupe. Arrive-t-il à s’éloigner de vous?

    Par la suite, laissez-le quelques heures (une à deux heures) durant la période de jeux et revenez le chercher. Ajouter une heure de plus chaque jour. Au bout d’une semaine, laissez-le dormir à la garderie et voyez comment il réagit. Pour certains enfants, cette période de la journée est plus difficile à vivre. L’éducatrice devrait être en mesure de rassurer ce nouvel enfant soit en le prenant dans ses bras, en lui offrant un objet de transitions : sa doudou, sa suce, un vêtement imprégné de votre odeur, etc. Laisser pleurer un enfant dans une chaise haute ne me semble pas à priori une méthode très rassurante, en même temps je ne connais pas tout le contexte de cette intervention. Je vous invite donc à discuter avec la RSG de votre enfant, celle-ci devrait être en mesure de vous fournir plus d’explications. Si celle-ci est en manque d’idées afin d’intervenir plus adéquatement, elle peut demander conseil à son bureau coordonnateur ou encore faire appel à un de nos coachs familiaux pour la soutenir.

    Pour conclure, je vous dirais qu’il est important de se rappeler que les besoins affectifs de base d’un jeune poupon sont de se sentir aimé, de recevoir de l’affection par les contacts physiques, qu’on lui parle, qu’on le stimule et qu’on l’entoure. Il est bon qu’il puisse vivre quelques petits délais, mais en même temps on ne devrait jamais laisser pleurer un enfant trop longtemps et ignorer son chagrin.

    J’espère que j’ai pu vous éclairer et vous permettre de mieux vivre cette période délicate et primordiale au bien-être de votre enfant de vous et de celle de la responsable du service de garde en milieu familial. Naître et grandir propose un texte qui pourrait aussi vous être utile : Faciliter la transition en service de garde chez les 0-12 mois.