• Mon fils de 15 ans ne m’écoute pas!

    Bonjour,

    Je vous explique l’histoire en gros, car par courriel c’est très long à vous expliquer. Mon fils a 15 ans et suit très peu nos conseils, voir même pas du tout! Premièrement, il joue sans cesse aux jeux vidéo en ligne en chattant avec ses soi-disant amis (es) même si ce sont de purs étrangers. On ne peut plus avoir de conversation Parent-Enfant, car il y a toujours de la chicane. L’autre problème, plus sérieux, est qu’il a un ordinateur dans sa chambre. Il chat sur Facebook en parlant en mal de ses parents(nous). Lorsqu’il est privé d’une sortie ou autre petite punition, il nous dit que l’on est des « criss de parents vraiment entêtés » et qu’on le tient en prison, etc. On surveille ses conversations et lorsqu’on lui a dit qu’on le faisait, évidemment, il a changé son mot de passe et nous avons plus accès.

    Quoi faire?

    Denis


    Bonjour Denis,

    Il me fait plaisir de prendre un moment pour vous offrir quelques pistes de réflexions ou d’action qui pourraient faciliter grandement la relation avec votre adolescent.

    Je dois tout d’abord vous dire que quoiqu’il y ait des éléments importants qui traduisent un malaise chez votre fils, plusieurs de ses réactions sont typiques de l’adolescence.   Par contre, ça ne veut pas dire qu’il faut attendre que ça passe sans rien faire, mais plutôt considérer cette étape comme une occasion de lui apprendre à exercer son jugement et trouver ses propres valeurs. Voici donc en vrac, quelques suggestions :

    • Favorisez une ambiance détendue à la maison. Il doit avoir envie de se joindre à la vie familiale pour le plaisir. Souvent, sans le remarquer, nous passons plus de temps à critiquer nos adolescents qu’à relever leurs bons coups. Ne laissez pas la relation tendue avec l’adolescent prendre toute la place : offrez-vous des moments de plaisir avec les autres membres de la famille, surtout en sa présence ou lorsqu’il peut vous entendre rire. Continuez à avoir du plaisir même s’il vous offre son air le plus désintéressé en guise d’accompagnement !
    • Développez une écoute attentive de ce qu’il exprime.   Pour ce faire, attendez un moment où il est calme pour lui reformuler ce qu’il a mentionné dans un moment de colère. Par exemple, dans votre cas, vous pourriez lui dire : « Comme ça tu trouves qu’on est entêtés, et tu te sens en prison ici ? »   Le plus difficile à ce moment, c’est d’écouter réellement ce qu’il a à dire jusqu’au bout…  Attention de ne pas tomber dans la justification rapidement ou se mettre à le critiquer.
    • Intéressez-vous à ce qu’il fait, même à ses jeux vidéo et à ses « amis » en ligne. Tentez de savoir ce qui lui plait dans ces jeux, qu’est-ce qu’il apprécie des personnes avec qui il communique. Vous pourriez être surpris puisqu’il y a parfois beaucoup d’entraide et d’échanges malgré tout. Ce ne sont certes pas ce genre de relations humaines que l’on souhaite pour nos jeunes et il est important de l’attirer vers des relations plaisantes à la maison et à l’extérieur, mais être derrière un écran est parfois facilitant pour certains jeunes qui se sentent maladroits dans leurs relations. Ils s’y sentent souvent recherchés et valorisés pour leurs compétences et leurs conseils alors qu’ils se sentent ignorés de leurs pairs à l’école.
    • Soyez fermes, mais aimants dans l’application des règles et des conséquences lorsqu’il ne les respecte pas. Allez-y étape par étape si vous avez laissé passer beaucoup de choses depuis longtemps. Insistez par exemple sur la politesse quand il s’exprime, en lui demandant calmement de reformuler adéquatement ce qu’il vient de dire, mais laissez passer le fait qu’il s’exprime sur un ton impatient. Vous y reviendrez dans une autre étape : il vous reste quelques années encore pour parfaire son éducation. Vous pourriez limiter le temps d’ordinateur (s’il a payé lui-même son ordinateur, vous payez quand même la connexion et pourriez la débrancher à certaines heures), exiger qu’il passe 20 ou 30 minutes à table tous les soirs (assurez-vous d’avoir du plaisir en évitant les sujets chauds), et demander qu’il participe aux tâches dans la maison.
    • Acceptez que, pour le moment, il soit en colère et vous déteste. Les adolescents doivent avoir des limites et vivre des frustrations pour apprendre à composer avec celles-ci.   Soutenez-vous entre parents, rappelez-vous vos bons coups et tout ce que vous faites de bon pour votre enfant sans attendre sa reconnaissance. Vous faites de votre mieux et vous cherchez des réponses pour améliorer la relation. N’hésitez pas à demander de l’aide pour y arriver : éduquer un enfant est tout un défi, d’autant plus qu’il n’y en a pas 2 pareils.
    • À 15 ans, il est aussi important de respecter leur intimité et la confidentialité de leurs échanges. Ses propos sont injustes? Peu importe, c’est ce qu’il ressent. Misez sur l’importance de demeurer respectueux lorsqu’il s’adresse à vous. Bien des parents oublient tout le mal qu’ils ont eux-mêmes pensé de leurs parents à cet âge…
    • Exprimez-lui votre désir de lui donner le meilleur cadre familial possible selon ce que vous êtes et selon vos valeurs, et ce, même s’il est possible que vous vous trompiez parfois. Votre rôle consiste à faire ce que vous croyez être le meilleur pour lui, même s’il n’est pas d’accord. Vous pouvez même choisir un symbole qui représenterait par exemple votre désir de vivre une belle relation avec lui, puis déposer ce symbole à un endroit visible. Par exemple, vous pourriez mettre sur le frigo une photo représentant une famille qui discute ensemble en ayant du plaisir. Ne mettez pas de pression, exprimez seulement votre désir.
    • Finalement, il pourrait être nécessaire de lui imposer des conséquences lorsqu’il est impoli : refuser un transport, retarder l’achat de souliers ou autre chose, interdire une sortie, mettre un mot de passe sur la connexion Internet, etc. Par contre, je remarque que l’application des conséquences est assez difficile à doser. Il est fréquent que les parents misent soit sur les conséquences et négligent l’aspect relationnel ou l’inverse. Un extrême comme l’autre pose problème et le principal défi est d’allier une relation aimante à une discipline où les règles et conséquences sont claires et cohérentes. Il importe donc d’évaluer quel aspect semble être moins présent dans votre vie familiale : les règles, limites et conséquences, ou l’écoute, l’empathie et l’accompagnement chaleureux ?

    Sur ce, je vous laisse sur un conseil d’un sage scientifique, M. Albert Einstein : « La folie c’est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent… »  Je vous encourage donc à tenter de nouvelles approches auprès de votre fils sans jamais abandonner, jusqu’à ce que vous arriviez à rétablir la relation !

    Bonne chance !