• Bébé se réveille plusieurs fois par nuit

    Bonjour,

    Nous aurions besoin de conseils ou d’encouragements en ce qui concerne les nuits de notre fille de 7 mois. À 1 mois 1/2 elle faisait déjà ses nuits et tout a bien été jusqu’à 5 mois. Elle a alors recommencé à se réveiller. Nous avons pensé qu’elle avait peut être faim, nous avons essayé de débuter les céréales, mais elle n’en voulait pas. Les nuits ont continué à être instables, à 6 mois nous avons recommencé l’introduction de la nourriture et sur ce plan tout se passe bien, mais les nuits continuent à être instables.

    Quand je dis instable c’est que d’une nuit à l’autre la situation varie. Elle se couche toujours vers 20h-21h, toute seule sans que nous ayons à l’endormir, mais ensuite elle peut se réveiller de 2 à 6 fois par nuit. Jamais très longtemps, parfois la suce et des petites tapes sur les fesses suffisent pour qu’elle se rendorme, mais souvent on doit la sortir du lit car elle ne cesse de pleurer autrement. Si je la prends elle veut le “sein” à tout prix, elle n’a pas vraiment faim, mais ça la calme et elle se rendort rapidement.

    Nous la ramenions toujours dans son lit, mais depuis quelques semaines on la garde avec nous car elle se réveille très souvent et s’est vraiment pénible de se lever à chaque fois quand on est très fatigué. Elle se lève vers 8h le matin et fait une sieste de 1h à 2h en matiné et une ou deux autres siestes de 30min en après-midi/soirée.

    Heureusement, nous avons l’aide de la famille; quand elle se fait garder pour la nuit par une grand-maman ou une grande-tante, elle se réveille seulement une fois ou deux et ne boit pas nécessairement. Elle boit du lait maternelle uniquement, au sein et à la bouteille. Mon conjoint aimerait qu’on applique la technique du 5-10-15, mais je suis hésitante. Elle n’a pas de difficulté à s’endormir seule, je ne comprends pas pourquoi elle n’arrive pas à se rendormir seule lorsqu’elle se réveille la nuit, ni pourquoi elle se réveille aussi souvent. Nous avons essayé différentes choses, une veilleuse, de l’eau au lieu du lait, la suce (qu’elle prend parfois pour s’endormir, mais ne garde jamais très longtemps, la nuit il lui arrive souvent d’être insulté quand on essaie de la lui donner), un chandail qui a l’odeur de maman… On attends toujours quelques minutes avant d’aller la voir dans l’espoir qu’elle se rendorme, mais ça n’arrive que très rarement.

    Devrait-on la laisser pleurer selon la technique du 5-10-15 lorsqu’elle se réveille la nuit. On ne sait plus quoi essayer et nous sommes très fatigués. Nous sommes bien chanceux d’avoir de l’aide, mais malgré tout ça ne suffit pas pour nous permettre de reprendre le dessus. Nous avons aussi un garçon de 2 ans et demi et il est important pour nous de ne pas le négliger malgré toute la fatigue accumulée.

    Merci de vos précieux conseils !

    Parents de deux adorables enfants


    Bonjour Corine,

    Comme je sympathise avec vous! Je me souviens très bien être passé par cette étape difficile où nous manquons de sommeil et nous demandons si nous redormirons un jour. Heureusement, vous avez un réseau sur lequel vous pouvez compter pour avoir un peu de répits, c’est une grande richesse.

    Premièrement, vous devez savoir qu’au alentour de 8 mois, le bébé commence une période normale d’angoisse de séparation. Durant cette période, votre bébé commence à prendre conscience qu’il est une personne distincte de vous. Avant cela, il se voit comme votre prolongement. Alors, lorsque vous le quittez, il se sent abandonné.

    En outre, la période de sommeil est parsemée de micro-réveil (environ 4 à 6 par nuit). C’est durant cette période que l’adulte va changer de position. Le bébé lui cherchera à combler ses besoins. Selon moi, votre fille cherche à combler son besoin de sécurité lors de ses réveils. Vous avoir prêt d’elle, avec votre odeur et votre chaleur la rassure et lui permet de bien dormir.

    Maintenant, sachant cela, voici ce que je vous conseille…

    Soyez attentive aux pleurs de bébé, apprenez à les distinguer. Lorsqu’il s’agit d’un pleur de type « chignage » ou colère vous pouvez le laisser pleurer un peu avant d’intervenir. Par contre, lorsqu’il s’agit d’un pleur de détresse (une vraie peine !!), il vous faut intervenir rapidement. À ce moment, votre bébé à vraiment besoin d’être réconforté. Plutôt que l’amener avec vous, je vous propose de vous installer dans sa chambre afin qu’il apprenne à être bien dans celle-ci la nuit. Plus vous l’amènerez avec vous, plus bébé vous le demandera.

    Si possible, impliquez davantage papa les premières nuits. Un des rôles du papa, est d’aider à défusionner la maman et le bébé. Avec papa, bébé apprend qu’il peut être aimé et en sécurité par une autre personne que sa maman. De plus, en ne sentant pas l’odeur du lait maternel, il ressentira moins le besoin d’avoir le sein pour se rendormir.

    Lorsque vous vous relevez, évitez de parler à bébé, si vous le faites, dite-lui seulement : « c’est la nuit, on fait dodo » et replacez sa couverture ou son doudou au besoin. Vous pouvez le caresser, mais éviter de le prendre autant que possible.

    Ensuite, assoyez-vous près du lit et fermez-vous les yeux (l’idée est que votre regard soit fixé ailleurs que sur bébé). Bébé pleure, attendez 5 minutes et retournez le coucher sans dire un mot. La fois suivante attendez 10 minutes. Chaque fois ajoutez 5 minutes supplémentaires (C’est le fameux 5-10-15, mais un peu modifié),  jusqu’à ce que bébé dorme. Vous procédez ainsi durant toute la première semaine.

    La 2e semaine, vous vous éloignez du lit en suivant la même recette. La 4e semaine, vous sortez de la chambre. Toujours le 5-10-15. Vous vous demandez pourquoi faire les semaines 2 et 3? En faisant ces étapes, bébé assimile tranquillement que vous êtes toujours là. Lorsque vous recouchez bébé, vous devez être convaincu que vous faites la bonne chose et qu’il sera bien. Si vous hésitez à le coucher avec vous ou craignez qu’il se réveille, bébé le ressentira et les chances qu’il se réveille à nouveau seront augmenter.

    Vous avez flanché une nuit? Ne vous culpabilisez pas, reprenez le processus.

    N’oubliez pas la routine avant le dodo, même lorsqu’il est bébé cette étape est importante! Elle crée une transition entre la journée et la nuit, sécurise l’enfant, favorise le sommeil, en plus d’être un moment privilégié entre vous et votre enfant.

    En utilisant ces conseils avec constance et persévérance, bébé finira par être sécurisé et dormira mieux. Donc, vous aussi!

    Vous ne croyez pas y arriver seule? Contactez un coach de votre région, celui-ci pourra vous guider et vous encourager dans le processus.

    Bonne nuit!