Cliquez ici

Comment se faire écouter par son enfant?

Papa aussi crie quand il est faché

Enfant terrible : Comment lui faire comprendre la patience et l’autorité à 18 mois?

Bonjour « Nanny secours »,

J’ai obtenu vos coordonnées par Brigitte Langevin, grâce à qui aujourd’hui mon fils dort comme un bébé, car j’ai bien suivi TOUS SES CONSEILS. Je me rapproche de vous, car mon petit dort définitivement très bien, mais… maintenant, c’est un problème de comportement qui apparait. Carl, 18 mois, est un bébé très physique, qui a besoin de bouger dans l’espace. Il a besoin de pousser, de tracter, de soulever, de monter bref je suis épuisée.

Je suis assistante maternelle et j’accueille 2 petites filles, de 12 et 18 mois, sages comme des images. Lorsque je parle à mon fils, ou le reprend, car il ne se comporte pas très bien, il ne me regarde jamais dans les yeux, et jette les objets, voire se tape la tête une fois contre le sol parfois. Il pleure souvent, et je n’en connais pas la raison, car il ne parle pas du tout! (pas même maman! Seulement « papoul » pour appeler notre poule qui se prénomme Poupoule.)

Il n’est pas patient, lorsqu’on fait les courses ou l’on se promène, il faut toujours être en mouvement, ou avec une sucette ou un gâteau dans la bouche, et encore! Que faire? Comment interagir pour qu’il comprenne la patience et l’autorité? Nous avons commencé à être plus vigilants, voire indifférents lorsqu’il se comporte de manière négative. Nous le punissons aussi, seuls face au mur dans un coin. Mais combien de temps le punir? Que pensez-vous de la punition? Comment puis-je le punir efficacement?

Je le pense relativement réceptif, car depuis que nous avons resserré les vis, il se comporte un peu mieux. Mais par exemple, hier chez une amie qui a un bébé, il jouait avec des petites voitures, sagement, puis s’est ennuyé et est venu me voir en pleurnichant. De plus, lorsque j’ai pris le bébé dans mes bras, il m’a réclamée, n’a pas eu DU TOUT d’agressivité contre le bébé (n’en a d’ailleurs jamais avec les autres enfants, il va plutôt jeter des objets ou se taper la tête un peu contre le sol).

Je ne suis pas une maman mielleuse, qui passe tout. Bien au contraire. Je l’ai donc puni 2 fois dans un cagibi sombre ouvert. Ça a eu l’air de lui faire du bien, mais ce n’est pas ça encore. Je veux un bébé qui obéisse à la voix, à la parole. Déjà, depuis quelques jours, il comprend le « attends ». Il s’immobilise (lorsque je l’habille ou autre). Je suis contente…

C’est pourtant un très gentil petit garçon, qui passe son temps à donner ses gâteaux à tout le monde. Il est très très gracieux. Mais voilà, il me fait tourner en bourrique, MOI, SA MÈRE!!! Pensez-vous qu’il y ait un lien avec le fait que j’accueille des enfants (une de 12 mois et une de 18 mois comme lui, il s’entend très bien avec elles, même s’il fait comprendre que c’est son territoire…).

Je suis désespérée et surtout très épuisée, car je ne le lâche pas pour arriver à mes fins… Je compte même le laisser 2 1/2 journées à la crèche par semaine.

Que faire ? Pouvez-vous m’aider ????

Cathy


Ouf!  Bonjour Cathy,

Votre lettre est très intéressante vous posez beaucoup de questions et vous soulevez plusieurs points.

1-   Carl ne parle pas à 18 mois: généralement, lorsqu’un enfant développe ses habiletés physiques, il met l’apprentissage du langage de côté et vice versa lorsqu’il apprend à communiquer avec des mots. Dans le cas de votre garçon s’il est vrai que LE SEUL MOT qu’il dit est : «papoul», je vous conseille vivement de consulter un orthophoniste ou un audiologiste. Est-il assez stimulé, a-t-il un problème auditif?  De plus, je vous recommande de lire l’article intitulé « Comment stimuler le langage chez les touts petits », que vous trouverez sur le site de Nanny secours.

2-   Parallèlement à cela, vous dites qu’il pleure souvent et que vous n’êtes pas en mesure d’en connaître la raison parce qu’il ne parle pas. Sachez que si votre enfant n’utilise pas de mots pour s’exprimer il doit compenser par un langage non verbal. Carl ne pleure pas pour rien, c’est sa façon à lui de communiquer avec vous. Lorsqu’une telle situation se produit, encouragez-le à utiliser des mots. Soyez patiente et prenez le temps d’analyser son langage non verbal, car la situation est tout aussi frustrante pour lui.

3-   Carl ne vous regarde pas dans les yeux. Lorsque vous le réprimandez: afin de vous assurer d’avoir toute son attention, vous devez établir le contact visuel avec Carl. Pour y parvenir, je vous conseille de vous pencher pour avoir vos yeux à la hauteur de ses yeux. Vous pouvez également renforcir votre contact avec lui en faisant appel à plusieurs sens à la fois comme en lui touchant le bras ou la main, par exemple. Choisissez ensuite des mots simples, et expliquez-lui brièvement ce qu’il a fait de mal et ce que vous attendez de lui à l’avenir.

4-   Les punitions: Premièrement, les punitions doivent être utilisées avec parcimonies. Vous ne devez surtout pas y avoir systématiquement recours chaque fois que votre enfant se comporte mal. Ce qui est important de comprendre au sujet des punitions c’est qu’elles n’enseignent pas à l’enfant comment bien se comporter, mais plutôt que, son comportement actuel ou le geste qu’il vient de poser n’est pas adéquat. La nuance ici est importante. Les punitions sont des méthodes correctives et non instructives. Vous perdrez un temps fou à vouloir éduquer votre enfant en lui disant seulement ce qu’il ne peut pas faire sans lui apprendre clairement ce qu’il doit ou peut faire.

Il existe plusieurs méthodes et techniques éducatives qui sont d’excellentes alternatives aux punitions. Comme lecture de départ, je vous suggère  le Ebook « SOS discipline, pourquoi, quand, comment » (sur le site de nanny secours, onglet librairie virtuelle) très bien fait, ce guide saura vous éclairez et apporter des alternatives à la méthode du retrait que vous appliqué avec Carl.

5-  « Je veux un bébé qui obéisse à la voix, à la parole.» Impossible à moins d’instaurer un régime dictatorial et d’être prête à vivre avec les conséquences à court et long terme d’un tel régime. Carl n’a que 18 mois, il est loin de maîtriser toutes les subtilités du langage verbal. Vos attentes face au comportement de votre fils me semblent irréalistes. Ça prend de la patience, de la constance et de la persévérance pour éduquer un enfant. En apprenant et en appliquant des techniques d’intervention non punitives, vous aurez du plaisir à être avec votre enfant. Vous ne serez plus aussi fatiguée et épuisée puisque vous ne serez plus en constante opposition avec son comportement.

6-   «Comment interagir pour qu’il comprenne la patience et l’autorité?» La meilleure manière d’apprendre la patience à un enfant est de donner l’exemple. Soyez patiente et il apprendra la patience. Une autre excellente façon d’apprendre la patiente à un enfant est de tenir vos promesses. Si vous dites à Carl : « nous irons au parc tantôt », le moment venu rappelez-lui votre promesse pour qu’il constate que l’attente valait la peine puisque vous allez maintenant au parc avec lui.

7-   Le territoire. Les difficultés que vous vivez ne me semblent pas en lien avec les 2 petites filles que vous accueillez. Ceci dit, il en demeure pas moins qu’à 18 mois, le lien affectif de l’enfant envers ses parents est très fort. Vous êtes sa mère à lui.  En vous voyant avec un autre bébé dans les bras, ses besoins, d’amour, d’affection et d’être rassuré se sont éveillés. Dans ces cas-là, prenez quelques minutes pour le rassurer et lui dire que vous l’aimez. Sans lâcher le bébé de votre amie, vous pouvez facilement lui envoyer un bisou soufflé, le faire venir à vous et lui faire un câlin avec un bras, lui passer une main dans les cheveux et lui dire qu’il est votre bébé à vous .

8- Lorsque vous faites vos courses ou lors de vos promenades, ce peut-il que Carl ait seulement envie de marcher à vos côtés au lieu de rester dans son carrosse? Vous l’avez dit vous-même au début de votre lettre. Carl est un enfant très physique, si vous alternez marche et carrosse ça devrait l’aider à demeurer plus calme. Faites toutefois attention aux sucreries. En lui donnant toujours des sucettes ou des gâteaux, vous apprenez à Carl à compenser ses frustrations et son impatience en mangeant. Aujourd’hui ce sont des sucreries. Lorsqu’il sera plus vieux, ce pourrait être des cigarettes, de l’alcool ou des drogues. Rappelez-vous le bon vieux dicton…la modération à bien meilleur goût. Ne serait-ce que pour sa santé dentaire.

Si vos promenades se font en voiture, ayez des jouets à porter de main avec lesquels il pourra jouer comme un toutou en peluche, un téléphone-jouet, des marionnettes (attachés à son siège pour ne pas passer votre temps à les ramasser). Ça peut être aussi des comptines sur CD ou un volant fixé au siège pour « conduire comme les grands ».

Pour ce qui est des 2 1/2 journées à la crèche par semaine la décision vous appartient. Je suis sûre qu’avec la toutes les pistes d’intervention et les suggestions que je vous propose, vous n’en ressentirez plus le besoin très bientôt. Par ailleurs, si vous éprouvez de la difficulté dans le choix ou la mise en application des techniques suggérées dans le Ebook,  n’hésitez pas à faire appel à une coach familiale près de chez vous.

Je vous souhaite beaucoup de plaisir avec votre charmant petit garçon!