Cliquez ici

Elle grimpe partout malgré les punitions

Elle grimpe partout malgré les punitions

Bonjour,

Je vous écris, car j’ai des questions et je me disais que peut-être vous auriez de nouvelles idées pour moi…. Nous avons une petite fille de 18 mois dans 2 semaines (LILY). Moi je suis maman à la maison….

1er problème:
LILY monte partout sur le dessus des divans, sur les tables de salon, sur les chaises, etc., etc.. Elle en fait une fixation…

  • Nous avons beau pratiquer la méthode 1,2,3, et en suite la chaise de punition, mais elle ne comprend pas du tout….
  • Nous avons essayé de détourner son attention en lui montrant autre chose ou en lui changeant les idées.
  • J’ai essayé la méthode de répéter 2 fois et la 3e fois sur la chaise de punition.
  • J’ai essayé aussi le 1,2,3 après 3 sur la chaise….

J’essaie de ne pas lui interdire trop de choses. Je lui interdis des choses spécifiques comme par exemple de ne pas être debout sur les meubles et autres meubles ou de toucher les choses qui ne sont pas à elle et qui peuvent être dangereuses. Les autres choses, elle peut lui toucher, car je veux qu’elle puisse explorer pour apprendre. En gros, quand on donne une consigne, elle ne nous écoute jamais et elle fuit même notre regard quand on lui demande quelque chose ou quand on essaie de faire le retour après la chaise de punition.

2e problème:
Mon deuxième problème est la nuit. Ma fille se réveille toujours la nuit. Jamais à la même heure. Nous la couchons vers 7h30-8h le soir et elle a la même routine chaque soir. Son bain vers 6h30-7h ensuite on s’amuse un peu, on regarde la télé en relaxant, on lui donne un peu de lait chaud et ensuite, si elle ne s’endort pas dans les bras de papa épuisé, on monte la coucher dans sont lit.

Je n’ai pas de problème à la coucher le soir. Le problème est vraiment qu’elle se réveille la nuit et elle pleure tant que je ne viens pas. Quand je viens la voir, j’essaie de la recoucher sans la prendre, mais elle pète une grosse crise à s’en étouffer tant que je ne la prends pas…. Si je la prends pour la consoler elle arrête tout de suite de pleurer, mais après, j’en ai pour 1h ou 2h à la rendormir, car elle ne veut plus que je la remette dans sont lit. Parfois, je la rendors et dès que je la remets dans sont lit, elle se réveille automatiquement et refait une crise……….  Je sais très bien qu’il ne faudrait pas que je la prenne!!! Mais je ne sais pas quoi faire, car elle pleure à s’en étouffer….. J’ai essayé de ne pas y aller du tout et juste de lui dire de faire dodo, mais y a rien à faire, elle crie jusqu’à ce que je sois là. Ça vient par période. Parfois, je peux avoir 2 semaines de break où elle ne se réveille plus et tout d’un coup elle recommence. C’est comme ça depuis qu’elle est bébé. Avez-vous une solution pour moi???

Merci à l’avance !

Une maman complètement épuisée de ne pas dormir et aussi de répéter !

Isabelle
  


Bonjour Isabelle,

Je comprends votre épuisement ! Lorsqu’un enfant est très actif le jour, habituellement nous arrivons à récupérer la nuit. Ça ne semble pas être votre cas, puisque votre sommeil est dérangé. Je vais tenter de vous suggérer des pistes qui pourront vous aider.

Vous abordez 2 problématiques : 1) les difficultés à se rendormir seul et 2) le fait qu’elle grimpe partout et ne semble pas vous écouter.  Débutons par le sommeil.

Si j’ai bien compris, la coucher en soirée ne semble pas être un problème. Vous avez déjà établi une routine, ce qui est une première clé de réussite. Bravo ! Ai-je bien compris que parfois elle s’endort dans les bras de papa et parfois seule dans son lit ? Si tel est le cas, tentez de la coucher dans son lit avant qu’elle ne s’endorme dans vos bras. Lorsqu’un enfant a pris cette habitude, il cherchera à la reproduire la nuit.

Je comprends votre inquiétude à la laisser pleurer, puisqu’elle s’étouffe. Ça peut être très impressionnant. Cependant, en règle générale, il n’y a pas de danger. J’ai connu des enfants qui pleuraient jusqu’à en vomir. Il est facile d’ignorer les pleurs, mais s’il vomit ou s’étouffe, habituellement le parent réagit et c’est normal. Sachez toutefois qu’en accordant de l’attention à ce comportement, l’enfant comprend qu’en agissant de la sorte son parent s’en occupera. Je vous encourage donc à ignorer les pleurs. En ne lui accordant pas d’attention, ils devraient s’estomper. Si vous êtes inquiète, vous pouvez rester près de la porte ou à l’intérieur de la chambre, mais sans la regarder. Vous n’êtes présente que pour vous assurer de sa sécurité. Je vous invite à lire une réponse précédente sur le sujet : « Ma fille ne s’endort pas seule ».

Passons maintenant à votre deuxième question : Que faire pour l’empêcher de grimper partout? Explorer son environnement fait partie du développement de l’enfant. Il est normal qu’elle cherche à grimper, au même titre qu’elle essaie de marcher, sauter, courir… Mon rôle en tant que parent est de la soutenir dans cette exploration, mais aussi de m’assurer de sa sécurité.  Comme vous le mentionnez, il y a des endroits où c’est dangereux ou encore des moments qui ne sont pas permis.

La méthode du retrait sur la chaise à cet âge a habituellement peu d’impact. À 18 mois, l’enfant n’a pas encore bien intégré les notions du bien et du mal ou du danger. Puisqu’il vit dans le moment présent, il est aussi difficile pour lui de se rappeler qu’il sera mis en retrait s’il grimpe sur une chaise. Toutefois, il est en mesure d’associer un sentiment négatif à l’évènement. Si par exemple, j’ai tendance à crier « NON! » en l’empêchant de grimper, il se peut que mon enfant pleure. Il se peut même que cela règle mon problème… mais quel en sera le résultat à moyen ou long terme ? Mon but est-il de créer de l’angoisse ou est-il d’éduquer mon enfant ? Dans ce cas-ci, ce serait de lui permettre de comprendre le danger relié à son geste.

À son âge, il est normal que vous ayez à lui répéter de ne pas grimper sur les divans.  Voici ce que je vous suggère. Dans un premier temps, assurez-vous d’avoir des moments dans la journée où vous lui permettez de grimper et d’explorer son environnement. Vous pouvez même lui créer des parcours avec des coussins et des chaises de cuisine. Vous répondrez à son besoin de bouger tout en vous assurant de sa sécurité.

Dans un deuxième temps, vous pouvez vous aider en lui bloquant l’accès à certains endroits. Elle cherche à grimper sur le divan, alors que vous n’êtes pas disponible pour la surveiller ? Fermez la porte ou mettez une barrière pour l’empêcher d’y aller (lorsque c’est possible) de la même manière qu’on le fait pour interdire l’accès aux escaliers.

De plus, je vous encourage à vous observer. Ce pourrait-il que votre petite cocotte reçoive plus de votre attention lorsqu’elle grimpe partout plutôt que lorsqu’elle joue calmement par terre ? Si c’est le cas, tentez de diminuer l’importance que vous accordez au comportement qui vous dérange et mettez l’accent sur ce que vous souhaitez qu’elle fasse.  Elle grimpe sur la chaise et c’est dangereux ? Au lieu de répéter et de la mettre en retrait, enlevez-la de la chaise et asseyez-la sur une chaise d’enfant ou un coussin en lui disant : « Bravo ma chérie, comme tu t’assois bien ! » Je vous encourage à le lui dire avec beaucoup d’enthousiasme et même d’applaudir. Ainsi, vous mettrez votre énergie sur ce que vous désirez et elle cherchera à le reproduire puisqu’elle aura envie d’entendre à nouveaux vos encouragements et vos félicitations. L’enfant préfère obtenir de la valorisation de son parent plutôt que des réprimandes. Vous éviterez de lui accorder de l’attention pour les comportements indésirables. Même négative, c’est tout de même de l’attention.

Cela demande beaucoup de patience, et surtout de constance, j’en conviens.  Sachez toutefois que vous serez récompensée pour vos énergies ! En acceptant qu’en ce moment cela fait partie de son développement, vous lâcherez prise et vous vous sentirez mieux.