• Il bougonne le matin!

    Bonjour,

    Mon garçon va avoir 3 ans dans un mois. Il est de mauvaise humeur presque tous les matins, il fait des crises pour un rien et ce, à partir du moment où il se réveille. Il demande en criant qu’on vienne le chercher tout de suite. Il ne veut pas descendre de son lit tout seul même si on lui dit qu’il le peut, et il en est capable. Si ce n’est pas le parent qu’il a demandé qui vient le voir, il ne veut pas se faire prendre et crie de plus belle. Parfois il se réveille à 5h du matin, on lui dit que ce n’est pas encore le matin et qu’il faut attendre le jour pour se lever et c’est encore la crise interminable. J’ai installé une minuterie qui allume une petite lumière automatiquement. Cela a fonctionné au début, mais plus maintenant. Il  peut faire sa crise de 5h00 jusqu’à qu’on se lève à 6h30, après cela, il est toujours sur le bord de la crise. Par la suite au déjeuner, il est bougon et peut faire des crises pour des niaiseries, par exemple s’il n’a pas la bonne couleur de verre.

    On ne plie pas à ses caprices et on essaie de lui changer les idées, mais bien souvent c’est très difficile de le sortir de sa crise. C’est souvent la télé qui lui permet d’oublier pourquoi il pleure, on essaie cependant d’éviter de l’installer devant la télé. Je me demande s’il faut le mettre en retrait, même s’il vient juste de se lever (et même à 5h00 du matin). Je crois qu’il n’arrêtera pas par lui-même. Il fait parfois aussi des cauchemars entre 3h30 et 6h, ce qui n’aide pas car il a du mal à se rendormir.

    On se demande quoi faire.

    Merci


    Bonjour,

    Ouf! C’est difficile pour tous de partir la journée du pied gauche! Je comprends votre besoin de conseils et suggestions afin que les débuts de journée soient plus harmonieux pour votre garçon ainsi que pour toute la famille.

    Vous avez mentionné que votre garçon est presque toujours de mauvaise humeur. Que se passe-t-il de différent les matins où il est de bonne humeur? Peut-être qu’en observant bien, vous trouverez des pistes de solutions. Voir la grille d’observation disponible sur le site.

    Je trouve que c’est une excellente idée d’avoir mis une lampe avec minuterie. Est-ce relativement récent? Si oui, et bien laissez votre enfant s’adapter. Expliquez-lui le fonctionnement de la lumière et aussi ce que vous attendez de lui. Vous pouvez également lui dire que, même s’il crie, vous n’irez pas le chercher ni le voir et ce, tant que la lumière ne se sera pas éteinte. Ne lâchez pas. Je sais que c’est difficile, mais si vous y allez, ne serait-ce qu’une seule fois, il réessayera puisque cela a déjà marché.

    Concernant les cauchemars, les enfants ventilent souvent leur journée durant la nuit et les cauchemars sont représentatifs de leur stress, leur crainte ou leur peur. Avez-vous instauré une routine du dodo?  La routine aide à apaiser les enfants et leur offre une sécurité. Vous pouvez aussi mettre une veilleuse dans la chambre de votre enfant. Durant la journée, tentez de l’aider à s’exprimer sur ce qu’il a vécu ou sur ses peurs. Souvent, à 3 ans les enfants ont peur des monstres qui se cachent sous le lit! Attention, n’en parlez pas avant le dodo.

    Quelques conseils :

    • Éviter les sucreries en soirée.
    • Instaurer une routine du dodo.
    • Avoir un contrôle sur le contenu télévisuel en soirée.
    • Fabriquer un capteur de rêve avec votre enfant.

    Il est difficile pour un adulte de se rendormir après avoir fait un cauchemar, alors, imaginez pour un enfant. Je vous suggère de ne pas lui demander de vous expliquer le contenu de son cauchemar durant la nuit, seulement de lui dire que ça arrive et que demain vous serez disponible pour l’écouter. Lui dire que vous êtes là, juste à côté. Ne vous attardez pas dans la chambre, il est important que votre enfant arrive à se sécuriser par lui-même; donc, progressivement, offrez-lui des outils afin qu’il puisse lui-même trouver réconfort (capteur de rêve, ourson à cauchemar, veilleuse…) selon les intérêts de l’enfant. Vous pouvez aussi lui donner vos propres trucs. Les enfants dédramatisent les cauchemars quand ils savent que cela arrive aussi à leurs parents. Et vous, que faites-vous pour vous calmer après avoir fait un cauchemar?

    La mauvaise humeur du matin

    Concernant les crises de votre enfant le matin, voici quelques propositions; choisissez celle avec laquelle vous vous sentez le plus à l’aise d’essayer, mais surtout en mesure de maintenir avec constance durant un bon moment.

    • N’allez pas chercher votre enfant lorsqu’il est en crise. Dites-lui « Je vais aller te chercher dans ton lit avec plaisir quand ça fera 3 minutes que tu seras calme ». S’il continue à crier ou argumenter, faites seulement le perroquet. Répétez sur un même ton, calme et monotone. Il est possible que vous ayez à vous lever un peu plus tôt pour vous assurer de ne pas vous mettre en retard.
    • N’allez pas chercher votre enfant lorsqu’il est en crise. Offrez-lui un choix. Soit il se calme et vous allez le chercher, soit il continue sa crise et il devra se lever seul, de façon autonome.
    • Le coucher plus tôt. Est-il possible que votre enfant soit encore trop fatigué le matin? C’est épuisant faire des cauchemars et se réveiller souvent. Essayez de le coucher un peu plus tôt.
    • Durant la routine du dodo, dites-lui ce que vous attendez de lui à son réveil le lendemain matin en utilisant des images. « Demain matin mon grand, on se réveille tous dans la bonne humeur! Utilise ton pied droit pour sortir du lit, tu vas voir, c’est le pied de la joie du matin! »
    • Est-ce que votre enfant aime faire du houla hop (cerceau)? Si oui, vous pourriez utiliser un cerceau. À l’intérieur, vous dessinez un grand sourire. Ainsi, il devra faire un saut dans le cerceau en sortant du lit. S’il sort de mauvaise humeur, demandez-lui s’il a fait le grand saut dans son bonhomme sourire! Encouragez-le à y retourner! Vous pourriez même y aller vous aussi!
    • N’achetez pas la paix. Je comprends que ça donne une petite pause d’acheter la paix en ouvrant la télé ou en allant le chercher même s’il est en crise, mais ça n’aide pas à régler la problématique. Au contraire, ce n’est que recommencement. Au lieu d’acheter la paix, faites un tableau récompense. Par exemple, un lever avec le sourire donne droit à 10 minutes de télévision. Pas de sourire égale pas de télévision.

    Je comprends que l’objectif est que votre enfant se lève seul, de façon autonome, mais je pense que le premier pas est qu’il se lève de bonne humeur!

    Je vous souhaite de beaux matins en famille dans la bonne humeur!