Cliquez ici

Il est trop vieux pour elle!!!

Il est trop vieux pour elle!!!

Bonjour,

J’ai une adolescente de 17 ans qui a quitté la maison en octobre 2011, car nous sommes des parents trop stricts d’après elle. Ma fille est une athlète depuis l’âge de 5 ans dans les arts martiaux. Elle fait de la compétition partout dans le monde comme l’Irlande, Serbie et Afrique du Sud. Cela requiert donc beaucoup d’entraînement en plus d’aller à Toronto 2 fois par mois pour un gros entraînement.

Au mois d’août, elle a rencontré un gars de 21 ans sur l’internet. Elle nous a dit qu’il était juste un ami. Nous lui avons expliqué de faire attention car elle ne le connaît pas et il est trop vieux pour elle….bla bla bla. Les mensonges ont commencé de sa part. Elle disait être chez des amis:  eh bien non !  Elle était avec lui !  On lui avait acheté un iPhone donc comme conséquence on a décidé de lui enlever. En septembre, le garçon m’envoie un message sur mon Facebook pour me dire que je dois accepter leur relation sinon…, que je ne peux pas l’empêcher de la voir, qu’elle est malheureuse…

J’ai confronté mon adolescente, qui m’a dit « OK je ne le verrai plus. Je vais me concentrer sur mon entraînement et le collège. » D’autres mensonges ont suivi, car elle le voyait encore puisque ma belle-mère autorise qu’ils aillent chez elle pour se voir. En 2010, nous avons eu une dispute avec ma belle-mère et son ami donc, nous n’avons plus de relation avec eux.

En octobre, elle m’a dit : « Je m’en vais passer la soirée chez mon meilleur ami Dominique et j’entre à minuit, pas de problème. » À 1:30am elle n’était toujours pas rentrée. J’ai appelé chez Dominique et il m’a dit qu’elle n’était pas là mais dans un party… J’ai attendu et elle est arrivée 15 minutes plus tard avec une amie. J’étais fâchée et je l’ai confronté mais je lui ai dit qu’on s’en reparlerait le lendemain.

À ma grande surprise, le dimanche matin elle est partie en sortant par la fenêtre de sa chambre. J’ai donc appelé chez son amie et son père pour me faire dire qu’ils sont chez le fameux gars de 21 ans. Ma fille m’a appelé pour me dire qu’elle était en sécurité et a raccroché. Elle m’a rappelé le soir pour me dire qu’elle était chez sa grand-mère, en sécurité. Elle est revenue à la maison le lundi vers 3pm. Son père et moi avons tenté de lui parler en lui disant que nous ne pouvons pas l’empêcher de voir ce gars-là, mais qu’il n’est pas le bienvenu ici après ses propos à mon égard. On a des règlements et elle doit les respecter.  Est-elle prête à les respecter ou elle le choisit? Elle nous a répondu qu’elle le choisissait lui et elle est partie. Elle demeure chez ma belle-mère depuis. Elle ne nous a jamais avertis.

En novembre, nous avons reçu une lettre d’avocat nous demandant de lui rendre ses effets personnels. Donc, je lui ai apporté son linge et ses effets personnels. J’ai essayé de la raisonner, mais elle m’a dit que nous étions trop strictes et qu’elle ne reviendrait pas à la maison.

Et cela dure encore, mon coeur de mère est tellement brisé. J’ai essayé mainte et mainte fois de lui parler, mais en vain. Que puis-je faire d’autres?

Nous lui avons tout donné… amour, argent, temps et elle ne veut plus rien savoir de nous. C’est comme si elle était devenue une enfant ingrate.

Carole (une maman avec beaucoup de chagrin)


Bonjour,

Tout d’abord, je dois vous dire que je compatis avec votre chagrin. Beaucoup de parents vivent très difficilement le départ d’un enfant de la maison enfant, mais les circonstances dans lesquelles s’est produit ce départ ajoutent beaucoup à la difficulté. Mais j’ai bon espoir que mes quelques suggestions pourront grandement améliorer votre relation avec votre fille.

Ma première observation est que vous semblez vivre une grande déception envers votre fille pour qui vous avez consacré beaucoup de temps et d’argent afin de la soutenir dans le développement de son talent. Même si ce n’est pas clairement nommé, je pressens une inquiétude relativement à ses choix de vie actuels et futurs. Cependant, lorsque nos enfants grandissent, ils doivent apprendre à prendre des décisions et à les assumer. Est-ce que votre fille, au fil des ans, a eu l’occasion de faire des choix et d’en assumer les conséquences ou bien était-elle une enfant docile qui se conformait à toutes les demandes sans les remettre en question? Si elle était docile et ne manifestait jamais d’opposition, il est normal que ce soit un choc pour vous. Par contre, il arrive un moment où tout enfant manifeste le besoin de faire ses propres expériences. L’amour lui donne souvent des forces insoupçonnées pour s’affirmer, parfois même de façon très radicale, surtout lorsque cet enfant a longtemps tenté de se conformer aux attentes des autres.

Les adolescents changent parfois si radicalement et si rapidement que nous, en tant que parents, avons bien du mal à les suivre et à s’adapter. Votre fille a d’abord tenté de ne pas vous décevoir ou vous contredire en utilisant les mensonges et la fuite… Ces moyens maladroits n’ont pas su vous inspirer confiance et vous avez tenté de reprendre le contrôle de la situation, ce qui n’a pas eu l’effet escompté : elle a claqué la porte et vous a violemment rejetés, emménageant chez une grand-maman plus permissive et utilisant la loi pour récupérer ses effets personnels. C’est de toute évidence un choc violent! Mais à cet âge et surtout dans les conditions actuelles, il semble que vous n’ayez plus aucun pouvoir pour l’encadrer. La seule solution qui vous reste, consiste donc à rétablir une relation d’amour gratuit et de soutien pour qu’elle puisse se réaliser en tant qu’adulte.

Pour y arriver, il serait important que vous identifiiez et exprimiez toutes les émotions que vous vivez. Ressentez-vous de la colère, de la tristesse, de l’impuissance, de la fatigue, de la rage, de la culpabilité, etc. ? Vous pourriez les écrire ou les nommer à une personne de votre entourage qui a une bonne écoute. Plus vous serez libérée de toute cette charge émotive, plus il vous sera aisé d’ouvrir votre cœur pour entendre ce que votre fille veut vous exprimer. C’est là votre plus grand défi : au lieu de parler à votre fille et de lui expliquer vos attentes et vos déceptions, vous devrez l’écouter, et ce, jusqu’à la fin… Sa peine, ses reproches (fondés ou non) et même sa colère.   Vous devrez l’écouter avec attention et accueillir toutes les émotions que ses mots susciteront chez vous. Vous vivrez possiblement de la culpabilité ou un sentiment d’injustice dans ses reproches, puisque certains seront peut-être exagérés, d’autant plus que vous avez sûrement fait ce que vous croyiez être le meilleur pour elle. Évitez quand même de vous justifier et  laissez-la terminer. Reformulez ses phrases au besoin, démontrez-lui que vous vous intéressez réellement à ce qu’elle vit même si vous ne comprenez pas ou que vous êtes en désaccord. Une fois qu’elle aura livré le fond de sa pensée, exprimez-lui votre tristesse, vos inquiétudes, votre désir de reprendre contact avec elle et de la soutenir encore dans la réalisation de ses rêves, ou toute autre émotion qui vous habite. Demandez-lui quelle serait la relation idéale qu’elle souhaiterait entre vous.   Et à la fin de la rencontre, rappelez-lui votre désir le plus cher et dites-lui que vous êtes prête à attendre le moment où elle sera prête à renouer.

Autre piste de solution : j’aime beaucoup travailler avec les symboles dans ce genre de situation. Je vous suggère donc de choisir un objet qui représentera votre désir (renouer avec votre fille, sentir qu’elle fait de bons choix pour elle ou encore qu’elle revienne vivre avec vous : peu importe que ce désir soit réaliste ou non). Une plante symbolise souvent très bien une relation qu’on souhaite vivante, florissante. Un bibelot ou une belle photo peuvent aussi très bien convenir. Mettez ce symbole bien à la vue dans votre maison et prenez-en soin en lui parlant (dans votre tête si vous trouvez ridicule le fait de parler à un objet !) Votre désir est légitime, qu’il soit réalisable ou non. Mais le seul fait de l’accueillir et d’en prendre soin diminuera grandement votre souffrance. L’espoir que votre fille accepte un jour d’y répondre est très apaisant tout en diminuant la pression sur elle.

Je vous suggère aussi de parler seule à seule avec elle afin qu’elle se sente plus à l’aise : avoir deux personnes devant soi est toujours un peu intimidant, et encore plus dans ce genre de situation. Votre mari pourrait faire la même démarche un peu plus tard.

J’aimerais aussi vous inviter à réfléchir à la possibilité d’entreprendre une démarche de réconciliation avec le copain de votre fille. Au départ, vos craintes (qui, soit dit en passant, étaient légitimes) vous ont fait lui claquer la porte sans condition et il semble avoir été maladroit dans son approche avec vous. Mais puisque la relation semble vouloir durer, il pourrait être pertinent que vous tentiez de le connaître et de créer un lien avec lui. Allez-y étape par étape. Commencez par vous intéresser à ce que votre fille ressent pour lui, ce qu’ils ont en commun, leurs projets, etc.  Puis, quand vous vous sentirez un peu plus à l’aise et que la situation sera meilleure avec votre fille, offrez-leur d’aller manger en famille au restaurant (un terrain neutre est toujours facilitant). Tentez de repartir sur de bonnes bases : admettez que votre réaction a été un peu excessive, intéressez-vous à ce qu’il exprime et laissez-lui l’occasion de vous démontrer qu’il s’intéresse sincèrement à votre fille. S’il s’avère être arrogant ou fermé, vous pourrez mettre des limites quant à sa présence chez vous, mais d’abord offrez-lui une chance… Vous découvrirez peut-être pourquoi votre fille l’aime tant !

Finalement, je vous inviterais à consulter pour faire toute cette démarche… Il y a beaucoup d’émotions en jeu et écouter votre fille jusqu’au bout demandera une approche très différente de celle que vous avez utilisée dans le passé. Une personne qualifiée pourrait grandement vous soutenir.

Sur ce, je vous souhaite de retrouver une relation de cœur à cœur avec votre fille que vous découvrirez fort probablement sous un nouveau jour à la suite de cette expérience. Votre relation pourrait s’en trouver grandie !

Bon courage !

Manon Gauthier - Éducatrice spécialisée

Éducatrice spécialisée et coach familial dans la région de Laval et Montréal, elle intervient auprès des enfants de 0 à 18 ans. Elle est aussi la fondatrice de Coup de pouce Éducation. Membre du Réseau Nanny secours depuis 2013.