Cliquez ici

Il rejette son père

Bonjour Nanny Secours,

Une jolie question ce matin (en fait plusieurs questions, mais sur un même thème)…peut-être pourriez-vous m’aider. Mon fils de 3 ans ne veut rien savoir de son papa depuis quelques mois, mais c’est plus frappant depuis quelques semaines. Il faut que ce soit toujours maman pour le bain, l’habiller, l’histoire, le dodo… Il refuse même de donner un bisou à son papa et un câlin. Il a de la misère à lui dire bonjour le matin ou lorsqu’il revient du travail. « Non, c’est maman! ». C’est toujours la réponse que je reçois. Mon mari commence à être totalement découragé et déprimé. Il ne comprend pas ce qu’il lui a fait. Et moi non plus d’ailleurs. Est-ce que c’est possible que j’aie provoqué quelque chose sans m’en rendre compte? Est-ce que je suis trop « colleuse » avec mon grand garçon? Ça lui prend toujours 2-3 câlins de maman avant de dormir, et s’endort difficilement si je ne suis pas là. Même la nuit lorsqu’il se réveille, il crie « non, veux maman » dès que mon mari arrive dans sa chambre. Il n’écoute pas son papa et lui dit « non » à chaque fois qu’il lui demande quelque chose.

J’ai un autre petit garçon de 1 an. Je ne peux pas être toujours celle qui s’occupe des deux enfants. On ne plie donc pas malgré les pleurs. Mon mari continue à le coucher, à se lever la nuit malgré les « non » de notre fils de 3 ans…mais rien ne change. On dirait même que ça empire. Qu’est-ce qu’on fait? Je trouve très difficile de voir mon mari aussi découragé. Ça le blesse beaucoup, et ça le rend plus irritable avec mon grand garçon. Il commence à manquer de patience…

J’ai allaité mes 2 garçons jusqu’à 8 mois. Donc, pendant que j’allaitais le plus jeune, mon grand garçon était surtout avec son papa pour les repas, le bain, le dodo… et c’est lui qui l’a davantage discipliné durant cette période puisque j’étais souvent avec le bébé. Est-ce que ça peut avoir joué? Est-ce que, dans sa tête, mon grand garçon associe mon mari à la discipline et maman aux câlins?

Merci de nous donner des conseils parce qu’on ne sait plus quoi faire…et surtout, on ne comprend pas qu’est-ce qu’on a pu faire pour alimenter ça!

Caroline Arpin


Bonjour!

Votre question est très intéressante puisque ce genre de situation semble plus fréquent qu’on pourrait le croire lorsqu’il y a deux enfants assez rapprochés. Donc vous avez deux jeunes enfants, dont un plus exigeant et semblant demander plus de réconfort auprès de sa maman que de son papa. Est-ce qu’un événement aurait pu perturber votre enfant il y a quelques semaines, ce qui expliquerait en partie que ces comportements soient plus visibles maintenant et qu’il se soit désintéressé de son papa? Est-ce que malgré les moments difficiles, votre fils accepte de passer du temps de qualité avec votre conjoint?

Est-ce qu’il y a une différence si vous êtes proche ou si vous êtes absente au moment où votre enfant doit être en relation avec son père? Ces questionnements susciteront probablement quelques idées pour la suite… Il est aussi fort possible que ce soit simplement le complexe d’Oedipe. Je vous invite à consulter une réponse précédente sur le sujet : « Non! Je veux juste maman! »

Ceci étant dit, je me permets tout de même de vous proposer quelques trucs qui pourraient vous aider! Puisque vous semblez avoir déjà une routine établie pour les dodos et les réponses aux besoins de votre enfant, on part avec un bon pas d’avance!

Le parent neutre la nuit

Le papa prend sa place et continue de prendre soin de son fils malgré les pleurs de celui-ci, ce qui est déjà un excellent départ. Je suggèrerais tout d’abord de persévérer avec le papa qui se lève la nuit en ajoutant un élément : le papa se lève, vérifie que fiston va bien, le rassure et retourne se coucher si tous ses besoins sont comblés tout en restant un parent neutre (ton de voix monocorde, gestes répétitifs, juste ce qu’il faut pour que l’enfant voit que son papa n’accorde pas trop d’importance à la crise). Maman n’intervient pas par la suite, cela déferait ce qu’on tente de mettre en place, soit la confiance entre le papa et le fiston.

La persévérance

Continuer avec les routines, c’est un bon moyen de rassurer nos enfants. L’élément qui pourrait être modifié serait la constance du parent « donneur-de-soin » dans les moments routiniers : le papa donne le bain, maman raconte l’histoire (peu importe votre choix, l’idée est de départager les tâches à accomplir). L’enfant comprendra rapidement qu’il ne peut pas négocier sur qui s’occupe de lui et éventuellement on pourra changer le parent « donneur-de-soin » quand le petit sera prêt à passer à une nouvelle étape (ce qui peut prendre 3 à 4 semaines!).

Du temps de qualité

Que chaque parent ait la chance de passer du temps de qualité en individuel avec son enfant (sans la présence de l’autre parent). Ceci augmenterait les bons moments passés avec papa et ce dernier serait probablement plus patient si les moments de tendresse se multipliaient avec ses garçons. Vous pourriez même instaurer des temps privilégiés chacun votre tour avec les garçons afin que les enfants n’associent pas un parent au plaisir et l’autre à la discipline. Quand on réussit à faire baisser le stress, quand on ne fait qu’être présent à l’autre sans attente précise et qu’on peut jouer avec un parent, je suis certaine que cela peut contribuer à l’amélioration de la relation père-fils et même mère-fils. Ces périodes n’ont pas besoin d’être très longues, mais si on installe une routine de moments privilégiés tous les jours, il est prévisible que tout rentre dans l’ordre rapidement.

Histoires de gars!

Dernier point… vous savez, votre conjoint pourrait aussi passer du temps masculin avec ses garçons. Qu`est-ce que le papa aime faire? Construction, mécanique, entretien de l’aménagement paysager, visionnement d’un bon film au cinéma??? Bon, à vous de voir ce qui pourrait le rendre tellement heureux que même fiston va en redemander d’être en sa compagnie!